Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Robert Forster
Interview  (Paris)  mercredi 6 mars 2019

Inferno est un disque somme dans la carrière de Robert Forster. Après avoir passé des mois sur le livre Grant & I, inside and outside The Go-Betweens, autobiographie du groupe qui fut, en son temps, un des plus beaux fleurons de la pop, Robert Forster s'est replongé dans ses souvenirs. C'est ainsi qu'est né ce disque sur le temps qui passe, les amis qui manquent et la vie qui continue.

Il viendra, le jeudi 28 novembre, à la Boule Noire de Paris défendre ce disque, écrit durant l'été austral à Brisbane sous des latitudes tropicales puis enregistré à Berlin alors que la capitale allemande étouffait durant une vague de chaleur.

Nous avions parlé avec le grand (autant par la taille que par le talent) et trop rare Robert Forster dans une brasserie du 14ème arrondissement de Paris en mars dernier.

L'atmosphère du disque est une atmosphère d'été. En 2018, lorsque le disque a été enregistrée, vous avez vécu dans l'hémisphère sud en hiver et dans l'hémisphère nord en été. Comme un oiseau migrateur ?

Robert Forster : En effet. J'ai écrit toutes les chansons en Australie. Je suis arrivé à Berlin en mai pour une douzaine de jours, pour rencontrer les gens avec lesquels j'allais travailler, voir le studio... et je suis revenu pour enregistrer pendant l'été caniculaire de 2018. Mais l'atmosphère du disque provient d'abord de l'écriture qui a eu lieu pendant la période la plus chaude en Australie, chez moi, à Brisbane.

Est-ce que l'atmosphère de Berlin a joué sur le disque ?

Robert Forster : Hormis la température, non. Si j'ai choisi de travailler à Berlin, c'est uniquement pour travailler dans le studio de Victor Van Vugt, il y avait déjà réalisé mon premier album solo, Danger in the past, en 1990. Il n'y avait pas d'autres raisons pour moi de choisir cette ville pourtant emblématique de la musique.

Le titre de l'album, Inferno, a-t-il un sens caché ?

Robert Forster : Encore une fois, non. Il fait juste référence à la chaleur à Brisbane. C'est une chaleur tropicale. Inferno a été une des premières chansons de l'album que j'ai écrite, et en plus c'est le single. Je suis originaire de Brisbane, j'ai grandi là-bas. Je connais bien ces chaleurs torrides. C'est d'abord le titre de la chanson qui m'est venu. Une fois que j'avais le titre, c'est seulement là que je l'ai écrite. Ce titre m'a paru assez fort pour être aussi celui de l'album.

Vous avez travaillé avec Victor Van Vugt, mais les musiciens que vous avez choisi pour vous accompagner sur ce disque sont aussi des personnes avec lesquelles vous aviez déjà travaillé. Pourquoi ?

Robert Forster : Je connais bien Robert Bromiley, qui joue de la guitare et de la basse. Quant à Karin Bäumler, c'est ma femme. Nous avions déjà travaillé ensemble sur les morceaux, à la maison, avant de rentrer en studio. Mais je ne connaissais pas le batteur, Michael Muhlhaus, que j'ai rencontré pour la première fois lors de l'enregistrement. Je ne connaissais pas le studio, mais je connaissais Victor. Sur certains aspects, j'étais donc en terrain je t'ai donc en terrain connu. Mais il y avait quand même des nouveautés pour moi durant cet enregistrement.

En écoutant l'album, j'ai eu l'impression d'entendre le disque d'un chanteur en paix avec lui-même. Est-ce le cas ?

Robert Foster : Si c'est l'impression que donne ce disque, j'en suis ravi. J'ai écrit certaines chansons du disque en même temps que j'écrivais le livre "Grant & I", sur l'amitié qui me liait à Grant (ndlr : McLennan, l'autre chanteur des Go-Betweens, décédé dans son sommeil en 2006). Mais je ne saurais pas dire à quel point elles sont connectées à mon passé. C'est trop proche de moi. Jusqu'à présent, la littérature et les arts étaient mes principales sources d'inspiration. Mais pendant 10 ans, je n'avais pas écrit de chanson, pas une seule. Mon travail était devenu journaliste et écrivain. Les chansons sont venues à moi alors que je pensais à Grant. Je le vis comme une sorte de petit miracle.

Dans vos clips ou sur scène, vous semblez toujours avoir une blague en réserve. Êtes-vous comme ça dans la vie ?

Robert Foster : C'est une partie de moi. Il n'y a pas une grande différence entre mon image publique et moi-même. Bien entendu, en famille, je ne suis pas toujours comme ça. C'est la partie de moi que je surjoue lorsque je suis en public, et même en studio. Je suis le Robert Foster qu'on attend. Mais il n'est pas si différent que ça du vrai moi. Je n'aurais pas pu interpréter pendant des années un personnage complètement inventé.

Vous venez à Paris en concert le 28 novembre à la Boule Noire. La dernière fois que je vous ai vu dans une salle de concer à Paris, c'était en tant que spectateur à un concert de The Apartments. J'ai lu qu'il y avait peut-être un projet en cours avec Peter Milton Walsh, pouvez-vous m'en dire plus ?

Robert Forster : Pour l'instant, je ne peux rien dire. Je vais d'abord me concentrer sur la tournée. J'aimerais venir jouer plus souvent en France, ça fait très longtemps que je ne suis pas venu. Je serai accompagné de ma femme. Et si j'ai quelque chose à vous dire, c'est surtout de prévenir tous vos amis de ce concert à La Boule Noire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Inferno de Robert Forster

En savoir plus :
Le site officiel de Robert Forster
Le Bandcamp de Robert Forster
Le Soundcloud de Robert Forster
Le Facebook de Robert Forster


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=