Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Robert Forster
Interview  (Paris)  mercredi 6 mars 2019

Inferno est un disque somme dans la carrière de Robert Forster. Après avoir passé des mois sur le livre Grant & I, inside and outside The Go-Betweens, autobiographie du groupe qui fut, en son temps, un des plus beaux fleurons de la pop, Robert Forster s'est replongé dans ses souvenirs. C'est ainsi qu'est né ce disque sur le temps qui passe, les amis qui manquent et la vie qui continue.

Il viendra, le jeudi 28 novembre, à la Boule Noire de Paris défendre ce disque, écrit durant l'été austral à Brisbane sous des latitudes tropicales puis enregistré à Berlin alors que la capitale allemande étouffait durant une vague de chaleur.

Nous avions parlé avec le grand (autant par la taille que par le talent) et trop rare Robert Forster dans une brasserie du 14ème arrondissement de Paris en mars dernier.

L'atmosphère du disque est une atmosphère d'été. En 2018, lorsque le disque a été enregistrée, vous avez vécu dans l'hémisphère sud en hiver et dans l'hémisphère nord en été. Comme un oiseau migrateur ?

Robert Forster : En effet. J'ai écrit toutes les chansons en Australie. Je suis arrivé à Berlin en mai pour une douzaine de jours, pour rencontrer les gens avec lesquels j'allais travailler, voir le studio... et je suis revenu pour enregistrer pendant l'été caniculaire de 2018. Mais l'atmosphère du disque provient d'abord de l'écriture qui a eu lieu pendant la période la plus chaude en Australie, chez moi, à Brisbane.

Est-ce que l'atmosphère de Berlin a joué sur le disque ?

Robert Forster : Hormis la température, non. Si j'ai choisi de travailler à Berlin, c'est uniquement pour travailler dans le studio de Victor Van Vugt, il y avait déjà réalisé mon premier album solo, Danger in the past, en 1990. Il n'y avait pas d'autres raisons pour moi de choisir cette ville pourtant emblématique de la musique.

Le titre de l'album, Inferno, a-t-il un sens caché ?

Robert Forster : Encore une fois, non. Il fait juste référence à la chaleur à Brisbane. C'est une chaleur tropicale. Inferno a été une des premières chansons de l'album que j'ai écrite, et en plus c'est le single. Je suis originaire de Brisbane, j'ai grandi là-bas. Je connais bien ces chaleurs torrides. C'est d'abord le titre de la chanson qui m'est venu. Une fois que j'avais le titre, c'est seulement là que je l'ai écrite. Ce titre m'a paru assez fort pour être aussi celui de l'album.

Vous avez travaillé avec Victor Van Vugt, mais les musiciens que vous avez choisi pour vous accompagner sur ce disque sont aussi des personnes avec lesquelles vous aviez déjà travaillé. Pourquoi ?

Robert Forster : Je connais bien Robert Bromiley, qui joue de la guitare et de la basse. Quant à Karin Bäumler, c'est ma femme. Nous avions déjà travaillé ensemble sur les morceaux, à la maison, avant de rentrer en studio. Mais je ne connaissais pas le batteur, Michael Muhlhaus, que j'ai rencontré pour la première fois lors de l'enregistrement. Je ne connaissais pas le studio, mais je connaissais Victor. Sur certains aspects, j'étais donc en terrain je t'ai donc en terrain connu. Mais il y avait quand même des nouveautés pour moi durant cet enregistrement.

En écoutant l'album, j'ai eu l'impression d'entendre le disque d'un chanteur en paix avec lui-même. Est-ce le cas ?

Robert Foster : Si c'est l'impression que donne ce disque, j'en suis ravi. J'ai écrit certaines chansons du disque en même temps que j'écrivais le livre "Grant & I", sur l'amitié qui me liait à Grant (ndlr : McLennan, l'autre chanteur des Go-Betweens, décédé dans son sommeil en 2006). Mais je ne saurais pas dire à quel point elles sont connectées à mon passé. C'est trop proche de moi. Jusqu'à présent, la littérature et les arts étaient mes principales sources d'inspiration. Mais pendant 10 ans, je n'avais pas écrit de chanson, pas une seule. Mon travail était devenu journaliste et écrivain. Les chansons sont venues à moi alors que je pensais à Grant. Je le vis comme une sorte de petit miracle.

Dans vos clips ou sur scène, vous semblez toujours avoir une blague en réserve. Êtes-vous comme ça dans la vie ?

Robert Foster : C'est une partie de moi. Il n'y a pas une grande différence entre mon image publique et moi-même. Bien entendu, en famille, je ne suis pas toujours comme ça. C'est la partie de moi que je surjoue lorsque je suis en public, et même en studio. Je suis le Robert Foster qu'on attend. Mais il n'est pas si différent que ça du vrai moi. Je n'aurais pas pu interpréter pendant des années un personnage complètement inventé.

Vous venez à Paris en concert le 28 novembre à la Boule Noire. La dernière fois que je vous ai vu dans une salle de concer à Paris, c'était en tant que spectateur à un concert de The Apartments. J'ai lu qu'il y avait peut-être un projet en cours avec Peter Milton Walsh, pouvez-vous m'en dire plus ?

Robert Forster : Pour l'instant, je ne peux rien dire. Je vais d'abord me concentrer sur la tournée. J'aimerais venir jouer plus souvent en France, ça fait très longtemps que je ne suis pas venu. Je serai accompagné de ma femme. Et si j'ai quelque chose à vous dire, c'est surtout de prévenir tous vos amis de ce concert à La Boule Noire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Inferno de Robert Forster

En savoir plus :
Le site officiel de Robert Forster
Le Bandcamp de Robert Forster
Le Soundcloud de Robert Forster
Le Facebook de Robert Forster


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=