Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine
Petit Palais  Du 14 novembre 2019 au 23 février 2020

Pour sa programmation 2019-2020, le Petit Palais propose en collaboration avec Museo Nazionale di Capodimonte à Naples, une saison napolitaine avec deux expositions inéditesinvitant à la(re)découverte de deux artistes majeurs en leur temps : Vincenzo Gemito ("Vincenzo Geito - Le sculpteur de l'âme vénitienne") et le peintre baroque Luca Giordano.

Conçue par sous le commissariat de Christophe Leribault, directeur du Petit Palais, Sylvain Bellenger, directeur du Museo e Real Bosco di Capodimonte, Stefano Causa, professeur d'histoire de l'art, et Patrizia Piscitello, responsable du département des expositions et des prêts du musée de Capodimonte, la rétrospective "Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" réunit une sélection de 90 oeuvres pour la plupart présentées pour la première fois hors d'Italie.

Et ce dans une superbe scénographie de Véronique Dollfus qui, par une utilisation des conséquents volumes du Petit Palais, a créé une mise en situation et en perspective des toiles monumentales en s'inspirant tant de l'architecture intérieure des édifices religieux que de celles des palais auxquels les oeuvres étaient destinées.

De la déambulation chronologique, se dégagent les fondamentaux et tropismes de Luca Giordano, du sacré au profane en passant par l'érotisme.

. Luca Giordano : le grand spectacle de la peinture baroque

A Naples, alors dans une des plus importantes villes d’Europe, quand naît Luca Giordano en 1634 Caravage est mort depuis plus de vingt ans mais la peinture baroque sous influence du naturalisme caravagesque poursuit sa triomphale trajectoire.

Formé par José de Ribera, haut figure de l'école napolitaine et du ténébrisme dont il adopte la composition nerveuse et tourmentée ("Le Martyre de Saint Pierre", "La Crucifixtion de Saint Pierre", "le Bon Samaritain" ).

Puis il affirme une suprématie qui tient à sa polyvalence picturale et sa maîtrise de l'art de la fresque décorative soutenues par un style lumineux et dynamique lui attirent les faveurs tant des commanditaires ecclésiastiques que des patriciens.

De surcroît, il s'avère pragmatique en s'adaptant à la demande et par sa rapidité d'exécution, à son actif un impressionnant corpus de plus de cinq mille oeuvres, pour sublimer le baroque, dans lequel il instille toutefois miniaturisme et émotion, vers le grandiose.

Et, surtout, il opère par syncrétisme stylistique. Outre l'attention prêtée aux expérimentations de ses contemporains néovénitiens tels Pierre de Cortone et Mattia Preti, et Le Bernin, tête de proue du baroque romain, Luca Giordano procède à une hybridation subtile du style des grands maîtres du Seicento.

A cet égard, éclairante s'avère la mise en regard de ses oeuvres avec des représentations contemporaines du même sujet telle celle du "Christ à la colonne" de Pierre de Cortone ou celui du martyre de Saint Sébastien traité par José de Ribera et Mattia Preti.

Luca Giordano combine la ligne de Michel-Ange, et sa fameuse "terribilita", le dramatisme chromatique de Véronèse, le maniérisme du Titien, la luminosité du Dominiquin, l'expressivité du Tintoret, la mise en scène architecturale de Raphaël et le naturalisme de Caravage, toutefois comme le précisent les commissaires dans une démarche opposée qui n'est pas celle de la peinture à la nature mais de la nature à la peinture.

Opérant dans le registre de la peinture de dévotion, il excelle dans le tableau d'autel et l'exposition s'ouvre en majesté sur un panorama de retables ordonnés autour d'une sculpture de Lorenzo Vaccaro de Saint Michel Archange dont la théâtralité est simultanément patente et rendue expressive par le tourbillon des figures dans un clair-obscur audacieux ("La Sainte Famille et les symboles de la Passion", "Saint Michel Archange chassant les anges rebelles", "Saint Thomas de Villeneuve distribuant les aumônes" et l'"Extase de Saint Nicolas de Tolentino").

Et il s'exprime dans des compositions monumentales célébrant la gloire de l'Eglise "Madone au rosaire") et des oeuvres votives célébrant l'action tant des saints évangélistes, des moines missionnaires sanstfiiés ("Saint François-Xavier baptisant les Indiens" que San Gennaro, le protexeur de Naples ("San Gennaro inteédant pour le cessation de la peste").

Giordano opère également dans la peinture de cabinet destinée aux salons des palais aristocratique et donc la scène de genre profane avec le genre du nu pour lequel il use d'une iconographie mythologique à la manière du Titien avec la femme alanguie dans la position de l'odalisque ("Le Retour de Perséphone","Lucrèce et Tarquin", Vénus dormant avec Cupidon et satyre".

Enfin Luca Giordano a déployé son talent de fresquiste dans les églises napolitaines ainsi que hors-les-murs durant sa période espagnole qu'une installation vidéo panoramique permet d'apprécier et notamment de voir les fresques qui recouvrent l'intégralité des murs de l'église Saint-Antoine-des-Allemands de Madrid

Et à ne pas rater "L'Assomption de la Vierge" qui réunit les deux éléments du baroque, le faux bois trompe-l'oeil et le grandiose et le Cabinet graphique qui atteste de la pratique émérite du dessin de Luca Giordano.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=