Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine
Petit Palais  Du 14 novembre 2019 au 23 février 2020

Pour sa programmation 2019-2020, le Petit Palais propose en collaboration avec Museo Nazionale di Capodimonte à Naples, une saison napolitaine avec deux expositions inéditesinvitant à la(re)découverte de deux artistes majeurs en leur temps : Vincenzo Gemito ("Vincenzo Geito - Le sculpteur de l'âme vénitienne") et le peintre baroque Luca Giordano.

Conçue par sous le commissariat de Christophe Leribault, directeur du Petit Palais, Sylvain Bellenger, directeur du Museo e Real Bosco di Capodimonte, Stefano Causa, professeur d'histoire de l'art, et Patrizia Piscitello, responsable du département des expositions et des prêts du musée de Capodimonte, la rétrospective "Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" réunit une sélection de 90 oeuvres pour la plupart présentées pour la première fois hors d'Italie.

Et ce dans une superbe scénographie de Véronique Dollfus qui, par une utilisation des conséquents volumes du Petit Palais, a créé une mise en situation et en perspective des toiles monumentales en s'inspirant tant de l'architecture intérieure des édifices religieux que de celles des palais auxquels les oeuvres étaient destinées.

De la déambulation chronologique, se dégagent les fondamentaux et tropismes de Luca Giordano, du sacré au profane en passant par l'érotisme.

. Luca Giordano : le grand spectacle de la peinture baroque

A Naples, alors dans une des plus importantes villes d’Europe, quand naît Luca Giordano en 1634 Caravage est mort depuis plus de vingt ans mais la peinture baroque sous influence du naturalisme caravagesque poursuit sa triomphale trajectoire.

Formé par José de Ribera, haut figure de l'école napolitaine et du ténébrisme dont il adopte la composition nerveuse et tourmentée ("Le Martyre de Saint Pierre", "La Crucifixtion de Saint Pierre", "le Bon Samaritain" ).

Puis il affirme une suprématie qui tient à sa polyvalence picturale et sa maîtrise de l'art de la fresque décorative soutenues par un style lumineux et dynamique lui attirent les faveurs tant des commanditaires ecclésiastiques que des patriciens.

De surcroît, il s'avère pragmatique en s'adaptant à la demande et par sa rapidité d'exécution, à son actif un impressionnant corpus de plus de cinq mille oeuvres, pour sublimer le baroque, dans lequel il instille toutefois miniaturisme et émotion, vers le grandiose.

Et, surtout, il opère par syncrétisme stylistique. Outre l'attention prêtée aux expérimentations de ses contemporains néovénitiens tels Pierre de Cortone et Mattia Preti, et Le Bernin, tête de proue du baroque romain, Luca Giordano procède à une hybridation subtile du style des grands maîtres du Seicento.

A cet égard, éclairante s'avère la mise en regard de ses oeuvres avec des représentations contemporaines du même sujet telle celle du "Christ à la colonne" de Pierre de Cortone ou celui du martyre de Saint Sébastien traité par José de Ribera et Mattia Preti.

Luca Giordano combine la ligne de Michel-Ange, et sa fameuse "terribilita", le dramatisme chromatique de Véronèse, le maniérisme du Titien, la luminosité du Dominiquin, l'expressivité du Tintoret, la mise en scène architecturale de Raphaël et le naturalisme de Caravage, toutefois comme le précisent les commissaires dans une démarche opposée qui n'est pas celle de la peinture à la nature mais de la nature à la peinture.

Opérant dans le registre de la peinture de dévotion, il excelle dans le tableau d'autel et l'exposition s'ouvre en majesté sur un panorama de retables ordonnés autour d'une sculpture de Lorenzo Vaccaro de Saint Michel Archange dont la théâtralité est simultanément patente et rendue expressive par le tourbillon des figures dans un clair-obscur audacieux ("La Sainte Famille et les symboles de la Passion", "Saint Michel Archange chassant les anges rebelles", "Saint Thomas de Villeneuve distribuant les aumônes" et l'"Extase de Saint Nicolas de Tolentino").

Et il s'exprime dans des compositions monumentales célébrant la gloire de l'Eglise "Madone au rosaire") et des oeuvres votives célébrant l'action tant des saints évangélistes, des moines missionnaires sanstfiiés ("Saint François-Xavier baptisant les Indiens" que San Gennaro, le protexeur de Naples ("San Gennaro inteédant pour le cessation de la peste").

Giordano opère également dans la peinture de cabinet destinée aux salons des palais aristocratique et donc la scène de genre profane avec le genre du nu pour lequel il use d'une iconographie mythologique à la manière du Titien avec la femme alanguie dans la position de l'odalisque ("Le Retour de Perséphone","Lucrèce et Tarquin", Vénus dormant avec Cupidon et satyre".

Enfin Luca Giordano a déployé son talent de fresquiste dans les églises napolitaines ainsi que hors-les-murs durant sa période espagnole qu'une installation vidéo panoramique permet d'apprécier et notamment de voir les fresques qui recouvrent l'intégralité des murs de l'église Saint-Antoine-des-Allemands de Madrid

Et à ne pas rater "L'Assomption de la Vierge" qui réunit les deux éléments du baroque, le faux bois trompe-l'oeil et le grandiose et le Cabinet graphique qui atteste de la pratique émérite du dessin de Luca Giordano.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=