Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des territoires (...et tout sera pardonné ?)
Théâtre de la Bastille  (Paris)  novembre 2019

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Baptiste Amann, avec Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault et Olivier Veillon.

 Troisième rendez-vous en six ans avec Baptiste Amann et sa saga-série théâtrale qui raconte trois jours de la vie d'une fratrie de quatre adultes qui viennent de perdre leurs parents.

Mauvaise pioche pour le jour de l'enterrement choisi par ces petits-bourgeois : leur banlieue est en pleine émeute. La ville flambe et l'un des frères, Benjamin, victime collatérale des violences, est blessé grièvement.

C'est pour cela que Sam (Samuel Réhault), Hafiz (Solal Bouloudnine) et Lyn (Lyn Thibault) sont, au début de "Des Territoires (… et tout sera pardonné ?)" dans le couloir d'un hôpital à attendre avec Moussa (Yohann Pisiou), l'ami de la famille, de pouvoir voir leur frère qui se trouve dans un état presque terminal...

Pas besoin d'avoir vu les précédents épisodes pour suivre les 2 h 30 mm de cet épisode ultime. Ce qu'il faut dire, avant tout, c'est rappeler que l'originalité du travail de Baptiste Amann est de confronter l'histoire banale de ces quatre personnages, même s'ils sont saisis à un moment "historique" de leur petite vie, avec la "Grande Histoire", voir "la Très Grande Histoire".

Dans le premier volet "Jour 1 (Nous sifflerons sur la Marseillaise)", le quatuor découvrait que sous la maison de leurs parents, il y avait les os de Condorcet. S'en suivait un va-et-vient entre leurs retrouvailles agitées avec pour enjeu de vendre ou de ne pas vendre le pavillon, et l'irruption de la Révolution française sous la forme de ses grandes figures. Pareillement, dans le deuxième, "Jour 2 (D'une prison l'autre)", parmi les émeutiers de banlieue surgissait Louise Michel, suivie des Communards.

Cette fois-ci, la "Grande Histoire" va prendre la forme de la guerre d'Algérie. A l'heure où Benjamin meurt, l'hôpital dans lequel il agonise est en plein tournage d'un film sur la guerre d'Algérie. Une actrice (Nailia Harzoune) révise son texte dans la salle d'attente où se trouve Sam. Elle joue la "poseuse de bombes" Djamila Bouhired qui sera défendue par le jeune Maître Vergès (Alexandra Castellon)...

Comme dans chaque épisode, Baptiste Amann sait bien élaguer les événements historiques, les rendre clairs et cohérents pour un public qui les connaît mal et est peut-être nourri de préjugés sur les sujets abordés. Car les trois périodes choisies sont riches en polémiques et il faut vraiment être habile et avoir beaucoup travaillé les questions pour s'en sortir aussi bien que l'auteur-metteur en scène des "Territoires".

La Guerre d'Algérie est particulièrement minée, surtout qu'il n'hésite pas à prendre pour héroïne une figure clivante puisqu'elle a participé à des attentats. Evidemment elle a aussi été torturée par les parachutistes français et est défendue par un avocat qui, lui, est encore célèbre post-mortem, et n'est pas en odeur de sainteté.

Pourtant, Baptiste Amann tient le pari de ses parti-pris. Il réussit là où échoue par exemple Alexandra Badea dans "Points de retour (Quais de Seine)" car sa scène d'exposition clarifie tout de suite les choses.

Dans un studio radio, le cinéaste explique comment il conçoit de parler de la Guerre d'Algérie à un journaliste plus vrai que nature dans la mauvaise foi (Olivier Veillon) qui est loin d'être bienveillant et qui, ainsi, permet de désamorcer les reproches futurs que l'on pourrait faire à Baptiste Amann.

Il faut aussi dire que ses acteurs sont tous impeccables et qu'ils sont parfaitement capables de jouer non seulement un rôle mais trois ou quatre. Sans doute sont-ils aussi aidés par la qualité des dialogues qu'ils soient volontairement "sitcom" dans la petite histoire familiale ou reconstituent des scènes comme le procès de Djamila Bouhired dans la partie historique.

Baptiste Amann réussit formidablement ce passage qui, pourtant, pouvait être "casse-gueule" : il créé un prétoire "exotique" encombré de feuillages qui laisse à penser de manière subliminale qu'on est dans un "procès colonial".

Cerise sur le gâteau, il fait jouer à Alexandra Castellon, qui s'en sort magnifiquement, le rôle de Jacques Vergès. On aura d'ailleurs le droit d'entendre sa plaidoirie qui est en soi un texte d'une qualité littéraire rare.

"Des Territoires (...et tout sera pardonné ?)" multiplie les scènes d'anthologie et si l'on cherchait un sens général à cette œuvre hors norme, ce serait de prouver que les différends familiaux, les chamailleries petites-bourgeoises autour d'un héritage, s'estompent quand le monde s'embrase. Le peuple a encore besoin de l'Histoire pour se transcender et s'unir, pour se dépasser plus tard et pour l'instant simplement retrouver son unité et son humanité.

Belle leçon pour un beau moment théâtral.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=