Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La tempête qui vient
James Ellroy  (Editions Rivages)  novembre 2019

C’était il y a déjà quatre ans, les éditions Rivages nous proposaient un formidable ouvrage du maître James Ellroy, un pavé de plus de 800 pages qui ouvrait un nouveau quatuor à venir sur la ville de Los Angeles pendant la Seconde Guerre mondiale. Perfidia, le premier volet, commençait la veille de l’attaque Pearl Harbor pour se terminer à peine un mois après. L’auteur nous montrait l’hystérie du climat de guerre et les machinations faites aux citoyens américains d’origine japonaise après Pearl Harbor.

Il aura donc fallu attendre quatre longues années pour pouvoir enfin toucher la suite de ce quatuor avec la sortie ce mois-ci du deuxième volet, La tempête qui vient, publié toujours chez Rivages. L’attente fut longue mais la qualité de l’ouvrage de James Ellroy nous montre qu’il est parfois utile d’attendre longtemps pour toucher le Graal.

La tempête qui vient est un immense livre, dans la lignée de Perfidia, un ouvrage qui se dévore, plein de talent et de passion que l’on n’est pas prêt d’oublier et qui, nous donne une irrésistible envie de lire le prochain volet, sans savoir combien de temps on va devoir (encore) attendre.

Los Angeles est encore sous le choc de l’attaque de Pearl Harbor. Les Américains d’origine japonaise sont massivement arrêtés tandis que des pluies torrentielles s’abattent sur la ville. Un corps est découvert dans Griffith Park à la faveur d’un glissement de terrain. Les flics du LAPD n’y voient qu’une affaire de routine. Ils ont tort. C’est un signe avant-coureur du CHAOS.

Le Chaos, c’est un incendie criminel et un braquage de grande ampleur qui refont surface, une Cinquième Colonne menacante, des nazis locaux surexcités, des trafics en tout genre des deux côtés de la frontière Etats-Unis-Mexique, des morts en pagaille dont deux flics dont les cadavres sont retrouvés dans un repaire de drogués, un attaché naval japonais disparu et des intrigues amoureuses.

La tempête qui vient, débute le 30 décembre 1941, là où se terminait Perfidia. En cette veille de la nouvelle année, la guerre avec le Japon a été déclarée, l’internement des citoyens américains d’origine japonaise est en plein essor et Los Angeles subit des pluies torrentielles. Le sergent Dudley Smith a été promu Capitaine et opère depuis la Basse Californie, où il se livre en compagnie de Claire De Haven à un lucratif trafic de drogues, tout en travaillant en sous-main avec les services secrets. Elmer Jackson, sergent à la Brigade des mœurs du LAPD sert de "bagman" à Dudley Smith, tout en gardant un œil sur Hideo Ashida, un génie de la police scientifique de Los Angeles, soupçonné de collusion avec l’ennemi en raison de ses origines japonaises.

Aux côtés de la charmante Joan Conville, Hideo Ashida se retrouve à travailler sur l’identité du cadavre exhumé à Griffith Park suite au glissement de terrain provoqué par les intempéries. Il s’agit probablement d’une des 34 victimes d’un incendie qui avait ravagé le parc en 1933. La victime semble avoir été mêlée à un célèbre hold-up de 1931 au cours duquel un important chargement d’or avait disparu. Ce magot, jamais retrouvé, continue de provoquer des convoitises, y compris chez les enquêteurs. Et c’est là qu’au cœur de la tempête sont retrouvés deux enquêteurs dans un repaire notoire de drogués.

Tous ces personnages vont se livrer une guerre personnelle et sans merci sur fond de guerre mondiale, un conflit dont la furie dévastatrice ne fait qu’empirer de jour en jour, le Chaos à Los Angeles n’étant que le reflet à l’échelle d’une ville de celui qui secoue le monde.

Une fois encore, James Ellroy nous offre un grand roman criminel qui se double d’une impressionnante fresque historique. Avec son indéniable et immense talent d’écriture, il manie à merveille l’art de mêler sans coutures les histoires criminelles, les enquêtes de LAPD et les rivalités entre flics à la grande histoire, qui influe évidemment sur les destins individuels des personnages.

Il joue comme de coutume sur une variété d’outils stylistiques et narratifs (points de vue qui diffèrent, rapports, émissions de radio, unes de journaux) ce qui donne une vie incomparable à ce qui pourrait n’être qu’un tourbillon de personnages et d’actions. Il possède en même temps une capacité incroyable à associer dans sa fiction des évènements que notre regard sur l’histoire américaine pourrait considérer comme dépourvus de liens. Cela permet d’établir alors une vraie connivence avec le lecteur qui pense se voir révéler sa vérité, celle faite d’un mélange de faits réels et d’imagination sans jamais nous livrer sa recette.

Avec cet ouvrage, l’auteur en profite aussi pour explorer et exploser tous les bas-fonds américains de l’époque, la corruption omniprésente et au cœur de l’ouvrage mais aussi le racisme, l’antisémitisme (l’ouvrage s’ouvre sur un discours radiodiffusé de Charles Coughlin qui prêche l’antisémitisme), le trafic de drogue, le fascisme et le nazisme.

La tempête qui vient est donc un immense livre, un polar vertigineux dans la lignée de Perfidia et des ouvrages précédents de l’auteur américain. Lire un ouvrage de James Ellroy reste une expérience significative tant ses livres dépassent à chaque fois les codes classiques du polar. Ses oeuvres sont toujours complexes et exigeantes mais aussi passionnantes. On aime se perdre autour de ses personnages qui traversent l’œuvre du maître, on accepte avec plaisir de ne pas toujours tout comprendre et on apprécie l’absence de moralité de l’auteur dans ses livres.

La tempête qui vient est une véritable bourrasque littéraire, une véritable claque pour le lecteur qui ne peut rester indifférent devant le talent immense que possède James Ellroy pour nous proposer des livres grandioses que l’on ne peut pas oublier. James Ellroy est un génie et La tempête qui vient est un de ses nombreux chefs-d’œuvre.

Alors vite, on rattrape son retard en lisant Perfidia (si ce n’est pas déjà fait) et on se rue sur La tempête qui vient. Impossible d’être déçu…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Reporter criminel" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de James Ellroy
Le Facebook de James Ellroy


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=