Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kanal
Andrzej Wajda  décembre 2019

Réalisé par Andrzej Wajda. Pologne. Drame. 1h36 (Sortie le 4 décembre 2019 - 12 mars 1958). Avec Avec Teresa Izewska, Tadeusz Janczar, Tereza Berezowska, Wienesyslaw Glinski, Emil Karewicz, Tadeusz Gwiazdowski, Wladyslaw Sheybal et Stanislaw Mikulski.

Au moment où Andrzej Wajda tourne "Kanal" et donne à voir une plongée sans fard dans les égouts de Varsovie des survivants de l'insurrection de la capitale polonaise, le cinéma américain se nourrit de films de guerre qu'ils soient l'oeuvre des grands maîtres comme Raoul Walsh, John Ford ou Anthony Mann, ou de jeunes réalisateurs comme Robert Aldrich, Samuel Fuller ou même Stanley Kubrick.

Ce que propose Wajda, influencé par le néo-réalisme italien et l'expressionnisme allemand, c'est une toute autre vision de la guerre. Pas question de montrer la victoire du bien sur le mal, de héros finalement invincibles parce que leur mort signifierait un coup fatal pour l'ennemi nazi.

Non. Ici ce sont des hommes - et des femmes ! - qui ont mené un combat désespéré (sans entrer dans les raisons peu avouables qui ont rendu la victoire impossible) dont on va suivre l'inexorable chemin vers un sort tragique et prévisible.

Contrairement au cinéma où claque la bannière étoilée, symbole quasi invincible du bon "impérialisme" luttant contre le mauvais germanique ou nippon et continuant contre les méchants suppôts du communisme, coréens pour l'instant, vietnamiens pour bientôt, la guerre, selon Wajda, ce sont des consciences qui veulent libérer le peuple de la servitude.

Ce ne sont pas non plus des têtes brûlées, des sergents fort en gueule menés par des chefs qui ont une vision. Non ce sont des cohortes d'hommes unis dans la fuite comme ils l'étaient peu avant dans la lutte. C'est un collectif où chaque homme est quelqu'un qui compte, avec ses forces et ses faiblesses, ses lâchetés et ses faits d'armes.

Quand on voit "Kanal" d'Andrzej Wajda pour la première fois, on a l'impression - et après on en conserve le souvenir - que tout se passe dans la pénombre des égouts où les hommes marchent les uns derrière les autres essayant d'éviter les obstacles et de sombrer dans les eaux suintantes. En fait, ce qui fait toute la force du film n'en est que la partie centrale, qui suit les derniers combats de la résistance varsovienne.

Jadis, "Kanal" d'Andrzej Wajda était aussi intitulé "ils aimaient la vie" rappelant quelque part le poème d'Aragon mis en musique par Léo Ferré, "L'Affiche rouge" où le poète parlait d'autres résistants, ceux du groupe Manouchian, eux aussi condamné à une mort inexorable par la volonté barbare des nationaux-socialistes allemands.

"Ils aimaient la vie à en mourir" dit Aragon et c'est ce qu'on voit dans ce magnifique exercice de style lyrique d'un cinéaste de trente ans qui tourne avec "Kanal" son second long métrage après "Génération" film lui aussi consacré à la guerre.

Dans ce travail où compte énormément les lumières et les ombres, il ne faut pas oublier l'admirable photo du chef opérateur Jerzy Lipman qui fera aussi celle non moins remarquable du "Couteau dans l'eau", le seul long-métrage polonais de Roman Polanski.

Malavida ressort en salles et en DVD, "Kanal" et "Cendres et Diamant, qui achève la "trilogie de la guerre" composée par Wajda. Il faut profiter de ces ressorties pour réévaluer (et très haut) un cinéaste européen majeur, dont le dernier film, "Les Fleurs bleues" date d'il y a à peine trois ans et terminait superbement une filmographie entamée par des ?uvres aussi marquantes que "Kanal" et "Cendres et diamant"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=