Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kanal
Andrzej Wajda  décembre 2019

Réalisé par Andrzej Wajda. Pologne. Drame. 1h36 (Sortie le 4 décembre 2019 - 12 mars 1958). Avec Avec Teresa Izewska, Tadeusz Janczar, Tereza Berezowska, Wienesyslaw Glinski, Emil Karewicz, Tadeusz Gwiazdowski, Wladyslaw Sheybal et Stanislaw Mikulski.

Au moment où Andrzej Wajda tourne "Kanal" et donne à voir une plongée sans fard dans les égouts de Varsovie des survivants de l'insurrection de la capitale polonaise, le cinéma américain se nourrit de films de guerre qu'ils soient l'oeuvre des grands maîtres comme Raoul Walsh, John Ford ou Anthony Mann, ou de jeunes réalisateurs comme Robert Aldrich, Samuel Fuller ou même Stanley Kubrick.

Ce que propose Wajda, influencé par le néo-réalisme italien et l'expressionnisme allemand, c'est une toute autre vision de la guerre. Pas question de montrer la victoire du bien sur le mal, de héros finalement invincibles parce que leur mort signifierait un coup fatal pour l'ennemi nazi.

Non. Ici ce sont des hommes - et des femmes ! - qui ont mené un combat désespéré (sans entrer dans les raisons peu avouables qui ont rendu la victoire impossible) dont on va suivre l'inexorable chemin vers un sort tragique et prévisible.

Contrairement au cinéma où claque la bannière étoilée, symbole quasi invincible du bon "impérialisme" luttant contre le mauvais germanique ou nippon et continuant contre les méchants suppôts du communisme, coréens pour l'instant, vietnamiens pour bientôt, la guerre, selon Wajda, ce sont des consciences qui veulent libérer le peuple de la servitude.

Ce ne sont pas non plus des têtes brûlées, des sergents fort en gueule menés par des chefs qui ont une vision. Non ce sont des cohortes d'hommes unis dans la fuite comme ils l'étaient peu avant dans la lutte. C'est un collectif où chaque homme est quelqu'un qui compte, avec ses forces et ses faiblesses, ses lâchetés et ses faits d'armes.

Quand on voit "Kanal" d'Andrzej Wajda pour la première fois, on a l'impression - et après on en conserve le souvenir - que tout se passe dans la pénombre des égouts où les hommes marchent les uns derrière les autres essayant d'éviter les obstacles et de sombrer dans les eaux suintantes. En fait, ce qui fait toute la force du film n'en est que la partie centrale, qui suit les derniers combats de la résistance varsovienne.

Jadis, "Kanal" d'Andrzej Wajda était aussi intitulé "ils aimaient la vie" rappelant quelque part le poème d'Aragon mis en musique par Léo Ferré, "L'Affiche rouge" où le poète parlait d'autres résistants, ceux du groupe Manouchian, eux aussi condamné à une mort inexorable par la volonté barbare des nationaux-socialistes allemands.

"Ils aimaient la vie à en mourir" dit Aragon et c'est ce qu'on voit dans ce magnifique exercice de style lyrique d'un cinéaste de trente ans qui tourne avec "Kanal" son second long métrage après "Génération" film lui aussi consacré à la guerre.

Dans ce travail où compte énormément les lumières et les ombres, il ne faut pas oublier l'admirable photo du chef opérateur Jerzy Lipman qui fera aussi celle non moins remarquable du "Couteau dans l'eau", le seul long-métrage polonais de Roman Polanski.

Malavida ressort en salles et en DVD, "Kanal" et "Cendres et Diamant, qui achève la "trilogie de la guerre" composée par Wajda. Il faut profiter de ces ressorties pour réévaluer (et très haut) un cinéaste européen majeur, dont le dernier film, "Les Fleurs bleues" date d'il y a à peine trois ans et terminait superbement une filmographie entamée par des ?uvres aussi marquantes que "Kanal" et "Cendres et diamant"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=