Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Helena Rubinstein - La collection de Madame
Musée du Quai Branly  Du 19 novembre 2019 au 28 juin 2020

Le Musée du Quai Branly prend le relais l'exposition "Helena Rubinstein - L'aventure de la beauté" initiée au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme la saison précédente qui relatait le parcours exceptionnel de celle qui allait devenir la pionnière mondiale des cosmétiques ainsi qu'une collectionneuse avertie de peinture moderne et d'objets des arts premiers.

Ainsi, sous le commissariat de Hélène Joubert, conservateur en chef et responsable de l'Unité patrimoniale des collections Afrique, la monstration "Helena Rubinstein - La collection de Madame réunit une partie de sa collection d'arts extra-occidentaux, et principalement d'art africain, qui,selon sa volonté, a été vendue à sa mort.

Un florilège des pièces acquises à Paris au gré de sa fréquentation des cercles intellectuels du Tout Paris des Années folles et ses rencontres avec les collectionneurs d'avant-garde alors fascinés par le primitivisme est présentée dans une élégante scénographie de cimaises rose poudrée réalisée par le Studio Vaste rythmées par des photographies d'archives.

L'Impératrice de la beauté* face à la beauté première

Helena Rubinstein vivait au sein de sa collection installée dans son immeuble de l'Ile Saint-Louis, dans le salon africain naturellement mais également dans le salon de musique et notamment sur un immense mur-vitrine devant laquelle elle posait vnlontiers comme le montre les clichés d'époque.

Une collection qui, tout en étant placée sous le signe de l'éclectisme, des objets utilitaires aux oeuvres votives, révèle un tropisme pour les représentations féminines et les masques faciaux, la commissaire indiquant que la fascination de sa propriétaire pour les jeux de miroir et le masque "considéré comme un sur-visage, ou portrait choisi, et ses potentiels d'identification et de régénérescence", sujets au coeur de sa gamme de produits de beauté.

Ainsi, en regard des reliquaires anthropomorphes Kota du Gabon, qui étaient très prisés et dont le Musée du Quai Branly détient de nombreux exemplaires qui ont été montrés dans l'exposition "Les Forêts natales - Arts d'Afrique équatoriale atlantique", trône l'objet fétiche d'Helena Rubinstein, une marionnette féminine du Mali, nommée Yayoroba, incarnation de l’idéal physique et spirituel féminin.

Parmi les masques, s'avère singulier le masque-heaume à quatre faces du Gabon par sa composition avec quatre visage féminins inscrits dans une forme de coeur que et son registre de masque blanc.

La collection comportait également des chefs d'oeuvre rares telle la statue camerounaise de la reine Bangwa, prêtresse dansante procédant du culte de la terre, femme de dieu et archétype de la maternité, qui figure sur la photographie de Man Ray et devant laquelle pose la modèle et danseuse guadeloupéenne Adrienne Fidelin pour célébrer la beauté noire.

A ne pas rater, au rang de la singularité, le masque de protection au faciès perforé avec à la bouche tubulaire garnie de crins et le masque d'initiation féminin avec sa coiffe en fibres végétales tressées, tous deux ivoiriens, la pomme de canne de cultivateur en forme d'oiseaux du Burkina-Faso, ou de la rareté, telle la figurine féminine Mossi du Burkina-Faso à la construction stylisée en résonance avec les codes cubistes.

 

* dixit Jean Cocteau

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=