Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Architecture
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  décembre 2019

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Pascal Rambert, avec Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Anne Brochet, Marie-Sophie Ferdane, Arthur Nauzyciel, Stanislas Nordey, Denis Podalydès (en alternance Pascal Rénéric), Laurent Poitrenaux et Jacques Weber.

Avec "Architecture", Pascal Rambert annonce avoir écrit un "memento mori pour penser notre temps", celui de la montée des nationalismes, des velléités guerrières et de la résurgence de l'antisémitisme qui concourent à l’effondrement de l'humanisme initié au début du 20ème siècle.

Et cela à travers l'histoire d'une famille élitaire confrontée aux convulsions historiques, procédé qui n'est pas sans résonance, ainsi que par sa structure en en trois actes articulés autour d'une scène chorale, avec le scénario du film "Les Damnés" de Luchino Visconti, dont le metteur en scène Ivo von Hove* a présenté une adaptation théâtrale,et dont il pourrait constituer un préquel.< /p>

Toutefois, le contexte d'"Architecture" diffère, non seulement par sa temporalité mais par son ancrage sociologique qui n'est pas celui d'une lignée aristocratique allemande reconvertie dans l'industrie lourde se compromettant avec le pouvoir nazi qui signait la mort de Dieu mais d'une famille de la grande bourgeoisie intellectuelle viennoise dont l'attitude symbolise la défaite de l'esprit et des élites du début du 20ème siècle qui augure de la montée des monstres.

De surcroît, Pascal Rambert use de la thématique du pandémonium familial, et subsidiairement de sa déclinaison conjugale pseudo-strindbergienne, orchestré par un père égocentrique et vieillissant, chantre du classicisme et disciple inconditionnel du culte de la beauté (Jacques Weber) marié en secondes noces à une jeune poétesse versée dans la rime érotique (Marie-Sophie Ferdane), qui règne en despote tyrannique, du haut de son pouvoir patriarcal, de son ego surdimensionné et de sa notoriété d'architecte réputé.

Et ce, par une pratique assidue de la soumission, la violence physique et morale exercée sur ses jeunes enfants ayant été remplacée à leur âge adulte par l'humiliation et le mépris pour ceux qu'il considère comme des êtres fades et médiocres et qui s'avèrent des nerveux (neur)asthéniques inaccomplis, compassés dans leur posture d'intellectuel, saisis par la crainte du "notre père tout-puissant", sidérés par l'effroi devant les convulsions du monde tel un lapin de nuit devant les phares d'une automobile et surtout empêtrés dans leurs petits drames autocentrés.

Si l'opus est introduit par une ronde chorale évoquant "La danse" du quadriptyque "L'Eternel été" du peintre néo-traditionnaliste et spiritualiste Maurice Denis dans laquelle s'unissent les protagonistes vêtus dans le camaïeu blanc des élégants costumes d'Anaïs Romand, la scène première, celle de la démentielle ire du père, colère faisant suite au sabotage de son apothéose éphiphanique, celle de la remise de médaille pour son oeuvre glorifiée, dans laquelle il dresse sans aménité le portrait de sa progéniture, brosse un tableau moins idyllique.

Du côté des filles, une psychanalyste (Emmanuelle Béart) et une éthologue (Anne Brochet), toutes deux dépressives et sexuellement frustrées, et leurs conjoints, respectivement "la teigne", un militaire dépressif en temps de paix (Arthur Nauzyciel), et "la hyène", un journaliste pamphlétaire (Laurent Poitreneaux).

Pour les rejetons masculins, le fils quasi autiste (Pascal Rénéric) fumiste compositeur de musique expérimentale formant un amoureux couple de bègues avec "la dingue" doublée d'une pythie épileptique (Audrey Bonnet) et le fils rebelle et inverti (Stanislas Nordey), philosophe théoricien de la la fonction performative de la parole qui ne parvient pas à "tuer le père".

Leur périple qui couvre la période 1910-1930 se déploie en une succession de scènes d'affrontement et de monologues, constituant autant de diatribes de style, de l'épique au lyrique, et sujets divers, de la guerre au populisme en passant par la liberté d'orientation sexuelle et la revendication féministe du droit à la jouissance, dans lesquels se retrouvent les fondamentaux rambertiens tenant notamment au théâtre d'acteur et à la relation bilatérale se déclinant essentiellement en confrontation violente.

Il revêt la forme d'une fresque au long court, trois heures sans entracte, se déroulant dans la scénographie-installation de l'auteur, une ébauche d'intérieur bourgeois avec un changement de mobilier faisant office d'abscisse chronologique, et s'achevant par un dispensable épilogue méta-théâtral.

Pascal Rambert a construit une belle machine théâtrale dans laquelle, même s'ils portent le prénom de leur interprète et bénéficient de la qualité émérite des officiants, les personnages n'accèdent jamais à l'incarnation car l'opus ressort au théâtre de profération.

 
* "Les Damnés"

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=