Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elvira
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  décembre 2019

Comédie dramatique de Brigitte Jaques-Wajeman d'après le soeuvres de Molière et Louis Jouvet, mise en scène de Toni Servillo, avec Toni Servillo, Petra Valentini, Francesco Marino et Davide Cirri.

En 1986, au programme de l'Athénée, était jouée avec en tête de distribution Philippe Clévenot, "Elvire Jouvet 1940" de Brigitte Jaques-Wajeman, pièce tirée de "Molière et la comédie classique" de Louis Jouvet.

Elle contait comment Louis Jouvet faisait travailler à Claudia, une de ses élèves de troisième année, la scène 6 de l'Acte IV de "Dom Juan" de Molière, dite des "Adieux d'Elvire". Dans cette version, Claudia était jouée par Maria de Medeiros. On peut les retrouver dans la captation qu'en fit Benoît Jacquot.

C'est donc aujourd'hui, le grand Toni Servillo, l'acteur phare du cinéma italien contemporain ("La Grande Bellezza", "Viva la liberta") qui met en scène cette pièce, traduite par Giuseppe Montesano sous le titre d'"Elvira", et qui, surtout, interprète le Maître.

Tout de suite, quand il entre et parle, le spectateur français découvre un être chaleureux et sans doute moins cassant que le protagoniste de "Drôle de drame". En italien, l'acteur qui joue Jouvet a un avantage sur son homologue qui le joue en français : il n'a pas besoin de choisir entre conserver sa voix où, quand même, "imiter un peu" la fameuse diction de Jouvet, sa manière particulière de faire résonner la langue française.

Servillo, qui s'impose d'emblée sans contestation, a choisi la proximité à la fois avec son actrice et le public, puisque les deux ou trois premiers rangs de l'orchestre ont été transformés en banquettes pour le metteur en scène.

Servillo est souvent de plain-pied dans la salle à quelques centimètres des premiers spectateurs. Il n'élève pratiquement jamais la voix, se fait didactique mais pas professoral, ne semble jamais s'énerver contre le trio qui répète la scène. Mais si Sganarelle et Dom Juan sont présents pour donner la réplique, incarnés par Francesco Marini et Davide Cirri, c'est avant tout le personnage d'Elvira jouée par Petra Valentini qui compte pour Jouvet-Servillo.

Sur la scène presque vide se détache un gros poste de TSF, et le spectacle commence par une chanson de la partenaire de Jouvet dans "Hôtel du Nord", Arletty qui chante "Mon cœur de Parisienne". Quelques notes d'accordéon, suivies d'un couplet qui aboutit au refrain : "Aimer sincèrement de mon cœur tendre..."

Tout le propos de Jouvet à Elvire va tourner autour de comment Elvire peut encore aimer sincèrement Dom Juan alors qu'elle sait que celui-ci est un libertin, comment son sentiment et sa raison vont s'opposer dans cette scène capitale.

Les notes sténographiées par Charlotte Delbo retracent toutes les séances qui vont s'étaler de février à septembre 1940, date où la voix d'Hitler remplace celle d'Arletty et annonce le départ de Jouvet pour l'Amérique du Sud. Si l'on en croit la pièce, l'interdiction professionnelle qui touche Claudia victime des lois raciales a fortement contribué à cet exil.

Toute la pièce bruit sourdement de cette tension et l'on sent que ce travail très méticuleux et contradictoire sur une seule scène cache autre chose que la description de la méthode Jouvet. En s'accrochant à l'art, on oublie peut-être un peu l'Histoire en train de se faire ou plutôt de se défaire.

Petra Valentini, toute en énergie gracieuse, fournit une belle réplique à oni Servillo qui ne joue en rien les séducteurs et est tout à son travail. Son Jouvet est un pur chercheur de formes, un créateur à la recherche du jeu juste et dénué d'arrière-pensées. Il est convaincant et d'une sobriété sans faille, sans doute bien supérieure à celle de son modèle.

En passant d'une langue à l'autre, le texte n'a rien perdu de sa saveur et l'on en sort envoûté par l'acteur et par ce qu'il a fait justement comprendre de ce qu'être acteur veut dire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=