Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rien que pour moi
J.L. Butler  (Editions Sonatine)  novembre 2019

Voilà la saison 2019 Sonatine qui se termine de la meilleure des façons avec un ouvrage particulièrement savoureux que ce thriller écrit par J.L. Butler, intitulé Rien que pour moi.

J.L. Butler est le pseudonyme de Tasmina Perry, une auteure à succès britannique qui compte treize romans à son actif. Ses livres ont été traduits en vingt langues et vendus à plus de deux millions d’exemplaires à travers le monde. Elle a été avocate et s'est finalement reconvertie en journaliste de mode.

Elle a travaillé pour Marie Claire, Glamour et était rédactrice du magazine Style (UK) lorsque son premier roman, Daddy’s Girls (2006) a rencontré un grand succès. En 2004, elle lance son propre magazine, Jaunt, dédié aux voyages et à la mode. Tasmina Perry se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture de ses livres. Elle vit à Londres avec son époux et son fils.

Tout commence comme un conte de fée. Avocate à Londres, Francine Day tombe folle amoureuse de son nouveau client, Martin, un banquier d’affaires qui l’a engagée pour s’occuper de son divorce. L’attraction est réciproque, c’est le début d’une aventure clandestine.

Lorsque Francine embauche un détective privé pour suivre Donna, la femme de Martin, afin de préparer son dossier, elle s’aperçoit vite que son nouvel amant ne lui a pas dit toute la vérité. Désespérée, elle décide un soir d’aller espionner le couple au domicile conjugal. Le lendemain, elle apprend que Donna a disparu pendant la nuit et que Martin fait figure de suspect aux yeux de la police. Bientôt, l’étau se referme sur Francine, qui est la dernière à avoir vu Donna vivante.

Voilà là un thriller à la mécanique particulièrement bien huilé qui nous embarque dans la capitale britannique dans le monde des affaires et de la finance. Héroïne de l’ouvrage, Francine s’avère être un personnage qui ne laisse pas indifférent le lecteur, l’agaçant parfois de par ses actions, ses réactions et son comportement pour ensuite le laisser un peu plus indulgent quand on apprend qu’elle souffre de troubles bipolaires qui l’oblige à prendre un traitement (qu’elle ne prend pas toujours avec assiduité).

La disparition de l’épouse de son amant va être une véritable détonation. Des questions se posent très vite. Est-elle morte ? Est-ce une disparition ? Francine est persuadée que Martin n’est pour rien dans cette disparition et elle va tout faire pour tenter de l’innocenter, étant prête à tout, même à contourner certaines règles déontologiques de sa profession. Qu’est-ce que l’on ne ferait pas par amour ?

On la suit donc, se mettre en danger, prendre des risques et continuer à croire à l’innocence de Martin malgré les révélations sur lui qui arrive au fil des pages. Le lecteur va alors au fil des pages apprendre la terrible vérité après avoir suivi de multiples fausses pistes et rebondissements. La tension et l’intrigue montent en puissance de façon remarquable, avec toujours la même technique utilisée par les auteurs de thriller, des chapitres courts qui donnent un rythme soutenu à l’histoire donnant l’envie au lecteur de lire à chaque fois un nouveau chapitre.

Difficile donc de se séparer de l’ouvrage quand on a celui-ci bien en mains, difficile aussi de lâcher ce personnage de Francine qui est au cœur de l’ouvrage, difficile enfin de ne pas avouer que le prologue de l’ouvrage qui annonce de façon angoissante et géniale le dénouement n’est pas incroyable.

Rien que pour nous est donc un thriller à la mécanique parfaite, dans lequel le lecteur se demande jusqu’à la dernière ligne à qui il peut faire confiance. C’est un thriller psychologique parfaitement construit, intelligent qui nous propose l’exploration torride d’un amour fou qui peu à peu tourne à l’obsession.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Tasmina Perry
Le Facebook de Tasmina Perry


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=