Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Fin du courage
La Scala  (Paris)  décembre 2019

Lecture-spectacle d'après l'essai éponyme de Cynthia Fleury par Isabelle Adjani et Laure Calamy dans une mise en espace de Nicolas Maury.

La philosophe Cynthia Fleury a écrit en 2010 un essai intitulé "La Fin du courage" dans lequel elle expliquait que le courage n'était plus enseigné dans les sociétés dites démocratiques. En s'appuyant principalement sur Victor Hugo, un modèle selon elle d'homme sans ressentiment, donc courageux, elle y expliquait comment refaire du courage l'horizon des sociétés post-modernes.

En concevant une version théâtrale de son travail philosophique, elle s'est amusée à faire d'elle-même un personnage confronté à la fois à la société médiatique devant "vendre" son concept de "fin du courage" et aussi devant affronter "en vrai" ce qu'elle avait conçu au niveau abstrait.

Dans cette mise en espace de Nicolas Maury, si passionnante qu'on en oublie vite que les deux actrices tiennent en main leur textes, l'auteure, jouée par Isabelle Adjani, se retrouve face à une journaliste interprétée par Laure Calamy. Toute en noire, cachée derrière d'énormes lunettes, la philosophe est fermée sur elle-même pendant que son intervieweuse en veste jaune et en jupe est ultra-extravertie.

Pourtant, le contraste caricatural n'aboutit pas au désastre annoncé. Peu à peu, Cynthia-Isabelle s'ouvre en découvrant que sa partenaire n'est pas la stupide bête de média qu'elle aura pu être. "Vous avez raison..." concède-t-elle, presque étonnée dans leurs échanges qui ne sont pas aussi superficiels qu'elle s'y attendait. Ce qui devait être son pire cauchemar est un moment qui passe finalement "très vite" et qui va lui permettre d'asseoir sa réputation... et ses ventes.

Ainsi, quand la journaliste, cette fois-ci timide et presque bafouillante, vient la voir dans son "cabinet philosophique", non seulement elle l'écoute mais accepte - à contre cœur - de l'accompagner pour aller escalader une montagne. Elle s'y sent contrainte car la journaliste est allée jusqu'au bout de son courage pour lui avouer qu'elle écrivait aussi.

La philosophe s'en veut sans doute de l'avoir sous-estimer. Toujours est-il que les voilà toutes les deux sur un flanc d'une montage : la philosophe y fait l'expérience de la peur, la journaliste la joie d'être là avec quelqu'un qu'elle admire, qui compte énormément pour elle et qu'elle a su convaincre de l'accompagner, ce qui constitue une prouesse, et qui sera peut-être bientôt... son amie.

Au-delà des péripéties contenues dans "La Fin du courage", le spectateur comprend in fine que les deux femmes théoriquement antagonistes n'en sont plus qu'une en osmose.

Qu'en devenant un personnage public Cynthia Fleury est toujours un peu la femme en noir ombrageuse de ses débuts mais qu'elle est aussi devenue paradoxalement quelqu'un de plus épanouie en fréquentant le monde médiatique. Elle y a finalement plus gagné que perdu.

L'idée de réunir pour ce face-à-face une "star" et une "grande comédienne" fonctionne à merveille. Isabelle Adjani s'est vraiment mise dans la peau de Cynthia Fleury jusqu'au mimétisme. Elle a compris qu'elle ne pouvait construire son rôle qu'en ne cherchant pas à nier que celui dévolu à Laure Calamy était bien plus intéressant que le sien.

Celle-ci change du tout au tout d'une scène à l'autre. L'actrice moliérisée l'an passé pour "Le eu de l'amour et du hasard", celle qu'on a vu souvent remarqué dans des mises en scène d'Olivier Py, Clément Poirée ou Vincent Macaigne et qui, depuis "Superdog" de Thomas Bardinet" et "Un monde sans femmes" de Guillaume Brac, a su se rendre indispensable au cinéma, est si rayonnante qu'elle emporte sa partenaire de nouveau du côté de la comédie.

Encordée, en anorak et chaussures d'escalade, elle se moque gentiment d' Adjani-Fleury, bonnet sur la tête, terrorisée sur la paroi rocheuse et qui continue à développer des théories philosophiques pas forcément à propos. Dès lors, Adjani devient irrésistible de drôlerie et retrouve ses marques de comédienne.

"La Fin du courage", comme les deux femmes, atteint un sommet. Le public ne s'y trompe pas : lui aussi est emporté par l'ivresse des cimes théâtrales que vient de lui faire partager deux grandes actrices à l'unisson dans cette quête.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=