Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Fin du courage
La Scala  (Paris)  décembre 2019

Lecture-spectacle d'après l'essai éponyme de Cynthia Fleury par Isabelle Adjani et Laure Calamy dans une mise en espace de Nicolas Maury.

La philosophe Cynthia Fleury a écrit en 2010 un essai intitulé "La Fin du courage" dans lequel elle expliquait que le courage n'était plus enseigné dans les sociétés dites démocratiques. En s'appuyant principalement sur Victor Hugo, un modèle selon elle d'homme sans ressentiment, donc courageux, elle y expliquait comment refaire du courage l'horizon des sociétés post-modernes.

En concevant une version théâtrale de son travail philosophique, elle s'est amusée à faire d'elle-même un personnage confronté à la fois à la société médiatique devant "vendre" son concept de "fin du courage" et aussi devant affronter "en vrai" ce qu'elle avait conçu au niveau abstrait.

Dans cette mise en espace de Nicolas Maury, si passionnante qu'on en oublie vite que les deux actrices tiennent en main leur textes, l'auteure, jouée par Isabelle Adjani, se retrouve face à une journaliste interprétée par Laure Calamy. Toute en noire, cachée derrière d'énormes lunettes, la philosophe est fermée sur elle-même pendant que son intervieweuse en veste jaune et en jupe est ultra-extravertie.

Pourtant, le contraste caricatural n'aboutit pas au désastre annoncé. Peu à peu, Cynthia-Isabelle s'ouvre en découvrant que sa partenaire n'est pas la stupide bête de média qu'elle aura pu être. "Vous avez raison..." concède-t-elle, presque étonnée dans leurs échanges qui ne sont pas aussi superficiels qu'elle s'y attendait. Ce qui devait être son pire cauchemar est un moment qui passe finalement "très vite" et qui va lui permettre d'asseoir sa réputation... et ses ventes.

Ainsi, quand la journaliste, cette fois-ci timide et presque bafouillante, vient la voir dans son "cabinet philosophique", non seulement elle l'écoute mais accepte - à contre cœur - de l'accompagner pour aller escalader une montagne. Elle s'y sent contrainte car la journaliste est allée jusqu'au bout de son courage pour lui avouer qu'elle écrivait aussi.

La philosophe s'en veut sans doute de l'avoir sous-estimer. Toujours est-il que les voilà toutes les deux sur un flanc d'une montage : la philosophe y fait l'expérience de la peur, la journaliste la joie d'être là avec quelqu'un qu'elle admire, qui compte énormément pour elle et qu'elle a su convaincre de l'accompagner, ce qui constitue une prouesse, et qui sera peut-être bientôt... son amie.

Au-delà des péripéties contenues dans "La Fin du courage", le spectateur comprend in fine que les deux femmes théoriquement antagonistes n'en sont plus qu'une en osmose.

Qu'en devenant un personnage public Cynthia Fleury est toujours un peu la femme en noir ombrageuse de ses débuts mais qu'elle est aussi devenue paradoxalement quelqu'un de plus épanouie en fréquentant le monde médiatique. Elle y a finalement plus gagné que perdu.

L'idée de réunir pour ce face-à-face une "star" et une "grande comédienne" fonctionne à merveille. Isabelle Adjani s'est vraiment mise dans la peau de Cynthia Fleury jusqu'au mimétisme. Elle a compris qu'elle ne pouvait construire son rôle qu'en ne cherchant pas à nier que celui dévolu à Laure Calamy était bien plus intéressant que le sien.

Celle-ci change du tout au tout d'une scène à l'autre. L'actrice moliérisée l'an passé pour "Le eu de l'amour et du hasard", celle qu'on a vu souvent remarqué dans des mises en scène d'Olivier Py, Clément Poirée ou Vincent Macaigne et qui, depuis "Superdog" de Thomas Bardinet" et "Un monde sans femmes" de Guillaume Brac, a su se rendre indispensable au cinéma, est si rayonnante qu'elle emporte sa partenaire de nouveau du côté de la comédie.

Encordée, en anorak et chaussures d'escalade, elle se moque gentiment d' Adjani-Fleury, bonnet sur la tête, terrorisée sur la paroi rocheuse et qui continue à développer des théories philosophiques pas forcément à propos. Dès lors, Adjani devient irrésistible de drôlerie et retrouve ses marques de comédienne.

"La Fin du courage", comme les deux femmes, atteint un sommet. Le public ne s'y trompe pas : lui aussi est emporté par l'ivresse des cimes théâtrales que vient de lui faire partager deux grandes actrices à l'unisson dans cette quête.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=