Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pikku
5, 3, 2, 1  (Lafolie Records)  novembre 2019

Le disque d’une artiste à l’imagination féconde et libre

Sans doute n’avez-vous jamais entendu parler de Pikku. C’est tout à fait normal car cette jeune musicienne d’origine polonaise, âgée de 22 ans (et qui a eu la chance - ou pas ! - de grandir dans la ville de naissance de Klaus Kinski) publie son premier album : album où son imaginaire enchanté est chanté en polonais, anglais, français ou japonais.

Pleine de fantaisie, les chansons de Pikku sont sans exubérance aucune ; non, rien n’est farfelu ici, ni gratuit.

Si sa voix comme son chant enfantin, dont le caractère clivant doit être souligné, évoquent Cocorosie, Björk, Mùm ou Kate Bush la musique, quant à elle, bien que puissant sans trahison ni excès prendre place dans ce sillage, échappe à tout qualificatif. La forme des morceaux, les différentes directions esthétiques, les choix de productions comme les très nombreux instruments donnent à sa musique une singularité certaine : kalimba, ukulélé, basson, balle de ping-pong, guitares, percussion électroniques ou organiques, marimba, piano, synthé, entrelacs de voix, violons, sons aquatiques, percussions aux résonnances de verre, boîte à rythmes, etc.

Bref, cet album est doté d’une riche palette de sons mais sans fourmillement sonore, tant chaque morceau semble épuré, nul effet ici, nulle démonstration. Car oui, le risque, lorsqu’on est doué, presque virtuose comme Pikku et que l’on a une imaginaire libre et fécond, est d’en faire démonstration, d’aller vers la surcharge (coucou les jazzeux) d’étaler et de s’étaler. Au contraire ici, les morceaux sont riches mais modestes et précis.

L’album s’ouvre discrètement ("As your arms unfold") au son du kalimba, d’un clair arpège de guitare électrique et d’un chant céleste. L’on se dit tout de suite que Pikku est notre amie, enfin qu’on aimerait bien qu’elle le soit !

Rupture de ton avec "Eggshells" et sa fanfaresque rythmique au basson - les rebonds d’une balle de ping-pong nous rendent tout guilleret.

Puis vient le délicatement mélancolique "Heartbreak". Les percussions de verre y brillent comme brill sur un lac gelé un soleil froid dans un ciel nappé de cordes ; un petit quelque chose d’un morceau de post-rock ambiant.

Dans la même veine romantico nostalgique, il nous faut mentionner l’exquis "J’ai connu la neige" et "Nuku nuku ii" dont le piano au minimalisme coulant évoque un peu Sakamoto.

Le sensuel "Pillow sessions" aux sons et percussions organiques, aux expressifs et délicats arrangements de cordes réchauffent un peu tout ça.

Les morceaux plus électroniques - le percussif "Madame Raymonde", "Niewiniatko", boîte à rythmes, violons et sons aquatiques et le planant "Daj Mi Tego Jednego" et ses entrelacs de voix - ponctuent le disque.

Cette musique est d’une féerie enchanteresse, d’une poésie naïve et sobrement lyrique. Une musique qui, bien que semblant évidente, étonne. Evidente elle l’est, à une nuance près : évidente comme 5, 3, 2, 1.

5, 3, 2, 1 est un album de forêt, de sous-bois hanté par les lutins, les fées, les elfes que l’on surprend dans leur habitat et qui nous veulent du bien. C’est tout juste si ils ne nous invitent pas à les suivre.

Pikku a un talent fou et tout aussi fou et incontestable que sa compatriote et aînée Ela Orleans.

Parions gros (c’est sans risque) que ce disque vous enchantera et que Pikku (petit en finnois) deviendra grande, mais pas trop.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Pikku
Le Soundcloud de Pikku
Le Facebook de Pikku


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=