Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce MC Pampille
Sur le banc de touche  (Yes High Tech)  novembre 2019

Fouilla mon belet, mon matru y m’a fait découvrir le rap et j’avais le babot, jusqu’à ce que j’écoute MC Pampille.

Bon, si tu n’as rien compris, c’est que t’es pas de Saint-Etienne, et le plus simple pour toi, c’est d’écouter le morceau "Trap dico de gaga" sur le nouvel album de MC Pampille pour prendre un cours accélérer et apprendre ce dialecte.

Pour te situer le personnage, il est tout de vert vêtu, parle le gaga (notre "patois") avec l’accent stéphanois. Alors attention, si le personnage peut paraître un peu caricatural, voire comique, ne te laisse pas avoir par l’enveloppe. Rien que les titres "La vieille dame" ou "La balade du Pillou" vont vite remettre les points sur i. On trouve là un titre en hommage à notre belle ville et une ode à la paternité.

Parce que oui, c’est le come back, "La remontada", pour ce fan des verts. On retrouve la recette de MC Pampille : un bon vieux rap des familles (que je découvre lentement grâce à mon garagna) et quelques surprises avec un titre pop folk.

Mais MC Pampille sait aussi nous faire marrer, notamment avec "Le blues de la D1" qui pour autant n’en perd pas son sérieux et dénonce le foot business. Tout comme "Les écrans de fumiers" qui aborde la prépondérance des réseaux sociaux dans nos vies. Il se moque des chauffards et nous gratifie avec son accent et de sa gouaille stéphanoise de titres d’excellente facture. Parce que oui, faire de l’humour c’est facile, mais il faut que la musique soit impeccable. Et là c’est le cas.

Mais qui est vraiment MC Pampille, hein ? D’où vient-il ? Quelles sont ses influences ? Tellement de questions et si peu de réponses. Alors j’ai lancé un message sur le net et BIM, j’ai eu son accord pour une interview.

Alors, parce que je t’aime bien et qu’on n'a jamais été aussi proche de Noël comme le dirait un de nos chroniqueurs fétiches, je suis allé enquêter directement à Geoffroy Guichard le soir du match ASSE-PSG, match qui restera dans les mémoires mais c’est un autre sujet.

Voici donc une petite interview avec le rappeur Stéphanois, que je remercie au passage pour son accueil. Une interview à la cool, avec quelques interruptions de fans, mais MC Pampille a su rester disponible pour tous et je l’en remercie.

Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs qui ne connaissent pas forcément MC Pampille ?

MC Pampille : Alors, MC Pampille, je suis né le 5 juin 77 à la clinique du Rond-Point, c’est plus une clinique maintenant, c’est une boulangerie. Je suis un enfant de la Métare et j’ai toujours vécu à la Métare et je suis chanteur-auteur-compositeur-interprète, clown, triste.

Alors justement…

MC Pampille : Ah tu vois que j’arrive à te faire rebondir !

En effet. On parle de toi comme d’un humoriste, mais il y a dans le dernier album, des paroles très profondes, comme dans "La vieille dame" ou en encore "La balade du Pillou". Tu es en train de changer de voie ?

MC Pampille : Tu as raison. MC Pampille s’est reposé, il a eu un enfant, il a vieilli et t’as vu il parle de lui à la troisième personne comme Alain Delon (rires). Je me suis dit pourquoi pas utiliser l’humour, mon personnage pour dire des choses qui me tiennent à cœur et mettre un peu de fond, alors qu’avant il y en avait mais pas tant que ça.

Quelles sont les influences de MC Pampille (à ce sujet, j’ai retrouvé dans mes archives un album des Blagues Panthers) ?

MC Pampille : C’est mon crew de base, créé par DJ Alain, c’est une parodie du rap américain et c’est le crew qui m’a fait naître avec MC Boobool et toute l’équipe. Mes influences c’est NTM, IAM, de mon époque, ce qui m’a amené au hip-hop et pour le rap américain je suis de la vieille génération avec Wu Tang entre autres.

Comment tu composes ?

MC Pampille : Je travaille surtout avec DJ Alain, qui est de Montbrison, c’est avec lui que je composais à la base et là pour cet album, je me suis entouré d’autres producteurs DRK, le DJ de Kény Arkana et Guizmo, Maurice Deritz qui est un ancien DJ de Redbong et Vantournoot qui est un franco-belge stéphanois.

On bosse sur des thématiques, ils m’envoient les prod, je bosse dans mon coin sur les paroles et après on fait un mix et on essaie d’en sortir quelque chose.

Quel regard tu portes sur l’évolution de la musique et des supports ?

MC Pampille : Ça a été un peu la mort du disque. Ça a contribué au fait que les artistes ne sortent plus de réels nouveaux albums. On écoute morceau par morceau, par ci par là et on loupe un peu ça (sur ce genre de plateforme) quand il y a un message sur l’ensemble de l’album. Et écouter un album en entier comme on faisait avant, ça se perd, on l’écoutait dans son ensemble. Le travail d’un artiste, dans n’importe quel style, c’est du premier au dernier morceau.

Mais les gens reviennent aux objets. C’est bien beau le numérique. Le vinyle revient. On revient à l’objet parce que quand on aime bien quelqu’un, on aime bien avoir un objet. En tout cas, c’est mon cas quand un artiste me plaît. Il m’arrive quand même, comme tout le monde de piocher sur internet, je jette la pierre à personne.

T’imagines-tu jouer sans le parler gaga, sans l’uniforme MC Pampille ?

MC Pampille : C’est ce qui m’arrive depuis 98. MC Pampille, c'est une transposition de temps en temps. Depuis 98, je suis dans le milieu du rap avec Redbong, on a eu 16 ans de carrière, avec Mondogift on a un projet, on est en train de monter un spectacle hip-hop pour enfant qui s’appelle les vents de la galaxie, pour l’année prochaine. Pampille revient de manière sporadique, repart et laisse la place au vrai moi.

Question foot : tu penses que l’ASSE va finir première ?

MC Pampille : Première du championnat ? Vous nous sentez finir premier ? (il s’adresse aux fans venus le voir). J’ai envie de te dire j’y crois, MAIS, cette année ça va être compliqué, on est mal barré. Il faut toujours y croire, ce n’est pas pour rien qu’on est en vert, c’est l’espoir. Un jour peut-être. Mais comme on dit à Sainté, premier ou dernier on s’en fout, on supporte notre équipe jusqu’au bout.

C’est sur ces paroles pleines de bon sens que nous avons conclu et j’ai rendu MC Pampille à ses fans qui, il faut bien le dire, commençaient à s’impatienter !

Comme toujours, les liens qui vont bien pour découvrir cet artiste, son album et son univers !

 

En savoir plus :
Le site officiel de MC Pampille
Le Bandcamp de MC Pampille
Le Soundcloud de MC Pampille
Le Facebook de MC Pampille


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=