Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Equilibrio
Vincenzo Marra 

Réalisé par Vincenzo Marra. Italie. Drame. 1h30 (Sortie le 25 décembre 2019). Avec Mimmo Borrelli, Roberto Del Gaudi, Giuseppe D'Ambrosio, Astrid Meloni et Paolo Sassanelli.

Finis les curés triomphants d'antan, les Don Camillo prêts à en découdre avec l'alter ego communiste. Finis les petits curés raisonneurs et gauchisants prédisant la déchristianisation, comme le jeune Nanni Moretti dans "La Messe est finie".

Dans "L'Equilibrio" de Vincenzo Marra, l'homme de Dieu, Giuseppe est confronté à toutes les horreurs actuelles (pédophilie, drogues, déchets radioactifs, chômage massif et petite criminalité généralisée).

Missionnaire en Afrique, il se fait muter dans une petite paroisse près de Naples car il veut rester fidèle à ses v?ux de célibat ébranlés par une militante défendant les migrants.

Bref, Giuseppe est un curé d'un autre temps, pensant quelque chose de désormais impensable dans l'Eglise : il doit par amour des hommes les défendre coûte que coûte de tout ce qui les oppresse ou les humilie.

Don Antonio, son prédécesseur, avait trouvé un arrangement : il se battait contre la décharge très dangereuse qui provoquait de graves maladies à ses ouailles... et oubliait que la ville était gangrénée par la pauvreté, les trafics et les violences sexuelles sur les femmes et les enfants.

Dans ce film très fort, on revoit une Italie qu'on voyait dans énormément de films, à commencer par les premiers Pasolini comme "Accatone" ou "Mamma Roma". Certes, les bidonvilles ont disparu, mais les habitants vivent dans des cités assez déglinguées, couvertes de déchets et où les enfants jouent toujours dans la rue car le terrain de sport est le domaine réservé de la chèvre du petit chef dealer du coin.

On est quand même dans la quatrième puissance européenne, et cet état de déliquescence, où le politique a disparu et où la police est anecdotique, interroge sur le mirage qu'a été la réalité de la croissance italienne au 20ème siècle.

Le père Giuseppe est totalement impuissant. Un des enfants de choeur, un des rares personnages favorables à sa cause dira : "vous avez essayé". Quelques cailloux semés dans un monde où les petites frappes gardent groupés dans une cour tous les drogués pour qu'ils n'aient pas l'idée de traîner en ville et d'obliger les policiers à faire quelque chose...

Interprété par Mimmo Borrelli, acteur et dramaturge napolitain, le père Giuseppe est un très beau personnage d'ecclésiastique, complexe et paradoxal.

"L'Equilibrio" de Vincenzo Marra a l'avantage d'avoir un regard critique sur ses fonctions mais n'en fait ni un hypocrite ni un pantin anachronique.

Ce regard chrétien sur un curé qui "aime son prochain" paraît presque une provocation. Ce film amer mais plein de compassion repose des clichés cyniques apposés désormais sur les prêtres.

Même Don Antonio, qui pourrait être présenté de manière détestable, a ses raisons. C'est peut-être aussi pour ça que le film s'intitule "L'Equilibre".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=