Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sukkwan Island
David Vann  (Editions Gallmeister)  janvier 2020

Pour Olivier Gallmeister, l’éditeur de Sukkwan Island, peu de livres ont le pouvoir de changer votre vie. Il y a un "avant" et un "après" Sukkwan Island. L’histoire de Jim et de Roy, un père et son fils, partis vivre seuls sur une île déserte est bouleversante, choquante et terrible. Pour la décrire, les qualificatifs sont nombreux. Vous adorerez ce livre ou vous le détesterez, mais une chose est certaine : jamais vous ne l’oublierez. Et de combien de romans peut-on dire ça ?

Ce n’est donc pas une surprise de voir les excellentes éditions Gallmeister nous proposer la réédition de Sukkwan Island de David Vann avec une préface de Delphine de Vigan et une postface de David Vann sur la genèse de l’ouvrage.

Aux Etats-Unis, Sukkwan Island fait partie d’un recueil de nouvelles, Legend of a suicide, publié en 2009. En France, Gallmeister fait le choix de publier séparément la plus longue des nouvelles de ce recueil : c’est Sukkwan Island, en janvier 2010. Immédiatement, le livre est repéré et défendu par les libraires et la presse. Tous parlent de cette fameuse page 113 et de ce jeune auteur au talent incroyable. Le succès est énorme et le prix Médicis étranger vient couronner le livre en novembre. Depuis, l’auteur bâtit livre après livre une œuvre extraordinaire qui vient souvent puiser son inspiration dans son histoire familiale qui touche toujours à l’universel.

Alors voilà, si vous n’avez pas encore eu le privilège de lire cet ouvrage, cette superbe réédition vous permettra de connaître l’histoire de ce père et de ce fils au milieu d’une île sauvage de l’Alaska, de lire ce livre majeur et de vivre une expérience unique.

Une île sauvage du sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Superbe ouvrage que ce Sukkwan Island, construit autour de deux parties bien distinctes, avec dans un premier temps le point de vue de Roy, le fils, puis la voix du père Jim dans un second temps. La première partie décrit les doutes qui s’insinuent dans l’esprit de Roy. Il découvre la fragilité de son père, sa lâcheté aussi et la nécessité de le soutenir. La deuxième partie est une véritable descente aux enfers. L’ensemble couvre donc une histoire tragique qui se prolonge après un évènement marquant, un drame qui arrive comme un coup de poing au cours du livre, que je vous laisse le soin de découvrir, le tout dans un univers hostile merveilleusement décrit par la plume de David Vann.

Le style utilisé par l’auteur est un mélange de froideur et de noirceur, une écriture clinique qui donne une dimension angoissante à la lecture. Dès les premières pages, cette confrontation entre un père immature et dépressif et son fils, revêche et immature, laisse à penser au lecteur qu’un drame semble inévitable.

Tout est parfaitement maîtrisé dans cet ouvrage. Il y a d’abord cette nature, omniprésente, rude et hostile qui traverse l’ouvrage. Il y a cette relation père-fils, déstabilisante à souhait et violente aussi. Relation faite de tourments multiples, de réactions pas toujours adaptées, souvent disproportionnées qui font que le lecteur a du mal à avoir de l’empathie et de la sympathie pour les deux. Il y a aussi cette manière de nous décrire les tourments qui empoisonnent la vie de Jim, les questions qu’il se pose, la raison qui le fuit, ses atermoiements et son manque de lucidité.

Et puis il y a l’écriture de l’auteur, sublime, qui fait que le lecteur se retrouve plongé au cœur de cette île sauvage, au cœur de cette relation père-fils, témoin d’un drame qui arrive, oppressé par une lecture où la tension monte au fil des pages.

Alors voilà, Sukkwan Island est un livre qui vous happe dès les premières pages pour ensuite vous scotcher et qui finit par vous conquérir, non sans passer par de nombreuses émotions au fil des pages. Autour d’une narration magnifique, qui met en avant une nature sauvage et cruelle et qui creuse au plus profond de la nature humaine, David Vann s’affirme avec cet ouvrage comme un écrivain exceptionnel que je vous invite vivement à découvrir si vous ne le connaissez pas encore.

 

En savoir plus :
Le Facebook de David Vann


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=