Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une histoire d'amour
La Scala  (Paris)  janvier 2020

Comédie dramatique écrite et mise en scène d’Alexis Michalik, avec Pauline Bression, Juliette Delacroix, Alexis Michalik et Marie-Camille Soyer (en alternance Lior Chabbat), Violette Guillon et Amélia Lacquemant).

Auteur, metteur en scène et comédien à succès, Alexis Michalik est un artiste touche à tout à la plume plutôt prolixe.

Après une rentrée littéraire qui a salué l’arrivée en librairie de son premier roman, "Loin", le voici reparti avec "Une histoire d’amour" à la conquête des planches, alors que pas moins de 4 de ses créations sont encore jouées aux quatre coins du monde ("Le Porteur d’histoire", "Le Cercle des Illusionnistes", "Edmond" et "Intra-Muros").

Cette fois-ci cependant il ne s’attelle pas seulement à l’écriture et à la mise en scène, mais retourne également à ses premiers amours scéniques en interprétant un des rôles titre du spectacle.

Une histoire d’amour est avant tout une histoire tout court, celles de plusieurs vies entremêlées par les relations et les émotions de ses protagonistes que l’on suit sur plus de 15 ans d’existence.

Tout commence en 2005 par une rencontre tout ce qu’il y a de plus courante et une discussion autour d’un café. Il y a d’une part Katia, jeune femme au passé familial douloureux qui a dressé de nombreuses barrières intérieures pour se protéger, et Justine plutôt inexpérimentée et équilibrée, incarnation parfaite de la jeune hétérosexuelle blanche que la vie a plutôt bien traitée.

Elles vont tomber amoureuses, s’unir, vouloir un enfant via une double insémination artificielle dont une, mais seulement une hélas, va fonctionner. Katia tombe enceinte, Justine s’éloigne. Le couple se sépare et Katia élève seule sa fille Jeanne.

Plusieurs années plus tard Katia tombe malade. Elle est condamnée. Qui va pouvoir s’occuper de sa fille ? William son alcoolique de frère, auteur cynique et amoché par la vie ? Justine ? Et Jeanne, adolescente sensible et précoce, qu’en pense-t-elle ?

S’enclenche alors une mécanique complexe de sentiments qui ne le sont pas moins, autour de l’amour, de son absence, de l’abandon, de la trahison, mais également de la beauté, de la création et au final, de la vie elle-même.

Avec "Une histoire d’amour", Alexis Michalik bascule sensiblement du registre qui a fait sa renommée, celui des récits historiques à tiroirs, vers une narration plus linéaire, plus épurée, au final plus intimiste et certainement plus propice à s’intéresser aux subtilités des âmes humaines.

Il n’en perd pour autant pas son sens du rythme, de la relance et de la répartie, entrainant avec brio le spectateur dans un perpétuel tourbillon de changements à vue, de joutes verbales drolatiques, de relances narratives et de musiques soigneusement placées pour exacerber les mots et les intentions.

Et s’il en fait parfois un peu trop, si les ficelles sont ci et là un peu épaisses, les bons sentiments trop exacerbés ou les situations convenues, c’est son sens du dosage et du timing qui maintient sans cesse la pièce sur le fil ténu de la réussite et fait passer sans coup férir le spectateur du rire au larme en un tour de main. Un véritable numéro d’équilibriste où, force est de constater spectacle après spectacle, il excelle.

Les comédiennes, impeccablement bien dirigées sont quant à elle absolument merveilleuses, drôles, justes, émouvantes et parfaitement complémentaires. À la douceur fuyante de Marie-Camille Soyer (Justine) répond la dureté et la souffrance de Juliette Delacroix (Katia), tandis que la grâce de Pauline Bression (Claire) et l’ingénue et très prometteuse Violette Guillon (Jeanne) contrebalancent le cynisme et le sourd désespoir de William joué par Alexis Michalik à la présence solaire, presque malgré lui.

Histoire universelle, casting impeccable, mise en scène intelligente et rythmée, cette histoire d’amour, complexe dans sa simplicité a tous les ingrédients d’un succès qu’on lui souhaite car mérité.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=