Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une histoire d'amour
La Scala  (Paris)  janvier 2020

Comédie dramatique écrite et mise en scène d’Alexis Michalik, avec Pauline Bression, Juliette Delacroix, Alexis Michalik et Marie-Camille Soyer (en alternance Lior Chabbat), Violette Guillon et Amélia Lacquemant).

Auteur, metteur en scène et comédien à succès, Alexis Michalik est un artiste touche à tout à la plume plutôt prolixe.

Après une rentrée littéraire qui a salué l’arrivée en librairie de son premier roman, "Loin", le voici reparti avec "Une histoire d’amour" à la conquête des planches, alors que pas moins de 4 de ses créations sont encore jouées aux quatre coins du monde ("Le Porteur d’histoire", "Le Cercle des Illusionnistes", "Edmond" et "Intra-Muros").

Cette fois-ci cependant il ne s’attelle pas seulement à l’écriture et à la mise en scène, mais retourne également à ses premiers amours scéniques en interprétant un des rôles titre du spectacle.

Une histoire d’amour est avant tout une histoire tout court, celles de plusieurs vies entremêlées par les relations et les émotions de ses protagonistes que l’on suit sur plus de 15 ans d’existence.

Tout commence en 2005 par une rencontre tout ce qu’il y a de plus courante et une discussion autour d’un café. Il y a d’une part Katia, jeune femme au passé familial douloureux qui a dressé de nombreuses barrières intérieures pour se protéger, et Justine plutôt inexpérimentée et équilibrée, incarnation parfaite de la jeune hétérosexuelle blanche que la vie a plutôt bien traitée.

Elles vont tomber amoureuses, s’unir, vouloir un enfant via une double insémination artificielle dont une, mais seulement une hélas, va fonctionner. Katia tombe enceinte, Justine s’éloigne. Le couple se sépare et Katia élève seule sa fille Jeanne.

Plusieurs années plus tard Katia tombe malade. Elle est condamnée. Qui va pouvoir s’occuper de sa fille ? William son alcoolique de frère, auteur cynique et amoché par la vie ? Justine ? Et Jeanne, adolescente sensible et précoce, qu’en pense-t-elle ?

S’enclenche alors une mécanique complexe de sentiments qui ne le sont pas moins, autour de l’amour, de son absence, de l’abandon, de la trahison, mais également de la beauté, de la création et au final, de la vie elle-même.

Avec "Une histoire d’amour", Alexis Michalik bascule sensiblement du registre qui a fait sa renommée, celui des récits historiques à tiroirs, vers une narration plus linéaire, plus épurée, au final plus intimiste et certainement plus propice à s’intéresser aux subtilités des âmes humaines.

Il n’en perd pour autant pas son sens du rythme, de la relance et de la répartie, entrainant avec brio le spectateur dans un perpétuel tourbillon de changements à vue, de joutes verbales drolatiques, de relances narratives et de musiques soigneusement placées pour exacerber les mots et les intentions.

Et s’il en fait parfois un peu trop, si les ficelles sont ci et là un peu épaisses, les bons sentiments trop exacerbés ou les situations convenues, c’est son sens du dosage et du timing qui maintient sans cesse la pièce sur le fil ténu de la réussite et fait passer sans coup férir le spectateur du rire au larme en un tour de main. Un véritable numéro d’équilibriste où, force est de constater spectacle après spectacle, il excelle.

Les comédiennes, impeccablement bien dirigées sont quant à elle absolument merveilleuses, drôles, justes, émouvantes et parfaitement complémentaires. À la douceur fuyante de Marie-Camille Soyer (Justine) répond la dureté et la souffrance de Juliette Delacroix (Katia), tandis que la grâce de Pauline Bression (Claire) et l’ingénue et très prometteuse Violette Guillon (Jeanne) contrebalancent le cynisme et le sourd désespoir de William joué par Alexis Michalik à la présence solaire, presque malgré lui.

Histoire universelle, casting impeccable, mise en scène intelligente et rythmée, cette histoire d’amour, complexe dans sa simplicité a tous les ingrédients d’un succès qu’on lui souhaite car mérité.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=