Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sauf que c'étaient des enfants
Gabrielle Tuloup  (Editions Philippe Rey)  janvier 2020

C’est un immense plaisir que de retrouver un nouvel ouvrage d’une auteure découverte il y a deux ans avec un premier roman que j’avais beaucoup aimé, La nuit introuvable, livre à l’écriture sensible et poétique.

Avec ce deuxième ouvrage, Gabrielle Tuloup aborde la question de l’abus sexuel dans notre société et nous interroge aussi sur la notion de consentement. J’ai lu cet ouvrage juste après celui de Vanessa Springora, Le consentement dont on entend beaucoup parler avec l’affaire Matzneff. J’ai beaucoup aimé celui de Vanessa Springora, on en reparlera sur le site, mais je dois avouer que celui de Gabrielle Tuloup possède de nombreuses qualités qui font que ces deux lectures vont de pair, l’un étant tiré d’une histoire personnelle quand l’autre est un roman.

Ce qui marque la lecture de cet ouvrage, c’est la justesse avec laquelle Gabrielle Tuloup aborde cette question de l’abus sexuel dans notre société. L’auteure nous plonge dans l’intimité de personnages confrontés à la notion de consentement et aux lois du silence que l’on suit dans leur émouvante quête de réparation.

L’histoire se passe dans un collège de Stains. Un matin, la police entre dans ce collège où se trouvent huit élèves, huit garçons qui sont suspectés de viol en réunion sur une jeune fille de la cité voisine, Fatima.

Leur interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ? Il y a les parents, le principal du collège, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde.

L’événement va raviver chez Emma des souvenirs douloureux et la faire beaucoup s’interroger. Face à ce qu’a subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Il est souvent des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom.

L’ouvrage de Gabrielle Tuloup est d’une grande sensibilité. Elle réussit parfaitement à nous montrer les différentes façons de réagir à cet évènement pour les différents protagonistes. En brisant la loi du silence, la jeune Fatima emmène les nombreux adultes de la communauté éducative dans des émotions et des réactions diverses.

Pour certains la présomption d’innocence n’existe pas. Pour d’autres, la victime est presque la coupable et enfin il y a ceux qui cherchent à éviter le sujet pour ne pas avoir à se prononcer. Et au milieu de tout ça, il y a notre époque où les réseaux sociaux sont rois, où les médias font la pluie et le beau temps, le tout avec une justice qui prend son temps.

Vous l’avez donc compris, l’auteure a donc fait le choix de ne pas s’attarder sur le viol, sur le crime en lui-même dont on ne sait pas grand-chose au final. Ce qui l’importe, ce sont les conséquences de ce viol sur les différents personnages. Et force est de constater que ces personnages sont particulièrement réalistes. Gabrielle Tuloup est elle-même enseignante et on voit bien qu’elle connaît parfaitement le personnel éducatif. Et moi, de mon côté, enseignant aussi, j’y ai retrouvé aussi, un peu, mon quotidien professionnel.

Le principal du collège s’interroge beaucoup, sur sa situation professionnelle, ses désirs de mutation, s’il doit quitter le navire pendant la tempête ou rester pour garder le cap d’un établissement secoué par l’affaire. Emma, la jeune prof de français craque complètement, la suite de l’ouvrage nous expliquera pourquoi quand les surveillants ont parfois des réponses à la situation dérangeante. Et puis il y a les parents, incrédules pour la plupart, dévastés aussi et les élèves qui rejouent la loi du silence.

Le lecteur se retrouve alors à suivre toutes ses réactions qui rassemblées lui font comprendre la difficulté d’appréhender ce qui peut bien se passer dans certains quartiers défavorisés. La notion de consentement est évidemment abordée comme celle du bien et du mal qui, aux vues des différentes réactions montrent que tout le monde n’a pas la même définition de ces deux notions.

Alors voilà, une fois encore, l’ouvrage de Gabrielle Tuloup est une petite merveille de livre, un livre superbement écrit qui dégage beaucoup d’émotions tout en nous faisant beaucoup réfléchir sur notre société.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "La nuit introuvable" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Gabrielle Tuloup


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=