Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Et toujours les Forêts
Sandrine Collette  (Editions JC Lattès)  janvier 2020

Cela fait désormais bien longtemps que je ne parcoure plus les quatrièmes de couverture des ouvrages de Sandrine Collette avant de me lancer dans la lecture de ses ouvrages. Un nouvel ouvrage de cette auteure est toujours pour moi un évènement en soi, il me faut le lire et je sais déjà que je vais l’aimer.

Et toujours les Forêts ne déroge pas à ma règle concernant Sandrine Collette. L’auteur a changé d’éditeur, passant aux éditions JC Lattès, nous offrant un ouvrage génial, et je pèse mes mots, dans la lignée de ses précédents.

Dans ce dernier ouvrage, le personnage principal s’appelle Corentin, un être dont personne ne voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village où il vit, ni surtout sa mère qui rêve de s’en débarrasser.

Traîné de foyer en foyer, l’enfance de Corentin est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence. A la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps : les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin et quelque chose se prépare.

La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.

Ce qui est bien avec Sandrine Collette, c’est qu’elle arrive à chaque fois à nous surprendre avec son nouvel ouvrage. On connaît son appétence pour les histoires noires, très noires même et ses décors apocalyptiques. Ici, c’est un monde rural apocalyptique qu’elle nous propose, un monde particulièrement hostile dans lequel il est compliqué de survivre.

On suit le personnage de Corentin, un personnage taiseux comme on en trouve souvent dans les romans de Sandrine Collette. On le suit dans son enfance, dans son adolescence, deux périodes difficiles pour lui, jusqu’à la catastrophe. On le suit ensuite dans son errance, dans son équipée pédestre au cœur d’un monde apocalyptique en feu. Plus d’autres êtres humains, plus de végétation, plus d’animaux non plus, à part un chien aveugle. Corentin doit survivre dans ce monde, retrouver la forêt où vivait Augustine et l’humanité est son miroir.

On ne sait rien de cette catastrophe mais on imagine très bien qu’elle est sûrement la conséquence de notre façon de vivre, de notre désinvolture vis-à-vis de l’environnement, de notre surconsommation qui mène à la pollution. Sandrine Collette nous adresse un message très fort à l’aide de ce livre, celui que l’on se doit de protéger davantage notre planète.

Une fois encore, la force de l’ouvrage tient dans la plume incroyable de Sandrine Collette, une plume qui dégage des émotions incroyables, qui nous remue les tripes tout en nous rapprochant émotionnellement de son personnage. Bouleversante et poignante, la lecture du dernier ouvrage de Sandrine Collette n’a rien à envier à un ouvrage connu de Cormac McCarthy qui traite aussi de l’apocalypse.

Sandrine Collette est une immense auteure, elle nous le prouve avec son dernier ouvrage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Animal" du même auteur
La chronique de "Les larmes noires sur la terre" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Sandrine Collette


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=