Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Et toujours les Forêts
Sandrine Collette  (Editions JC Lattès)  janvier 2020

Cela fait désormais bien longtemps que je ne parcoure plus les quatrièmes de couverture des ouvrages de Sandrine Collette avant de me lancer dans la lecture de ses ouvrages. Un nouvel ouvrage de cette auteure est toujours pour moi un évènement en soi, il me faut le lire et je sais déjà que je vais l’aimer.

Et toujours les Forêts ne déroge pas à ma règle concernant Sandrine Collette. L’auteur a changé d’éditeur, passant aux éditions JC Lattès, nous offrant un ouvrage génial, et je pèse mes mots, dans la lignée de ses précédents.

Dans ce dernier ouvrage, le personnage principal s’appelle Corentin, un être dont personne ne voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village où il vit, ni surtout sa mère qui rêve de s’en débarrasser.

Traîné de foyer en foyer, l’enfance de Corentin est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence. A la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps : les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin et quelque chose se prépare.

La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.

Ce qui est bien avec Sandrine Collette, c’est qu’elle arrive à chaque fois à nous surprendre avec son nouvel ouvrage. On connaît son appétence pour les histoires noires, très noires même et ses décors apocalyptiques. Ici, c’est un monde rural apocalyptique qu’elle nous propose, un monde particulièrement hostile dans lequel il est compliqué de survivre.

On suit le personnage de Corentin, un personnage taiseux comme on en trouve souvent dans les romans de Sandrine Collette. On le suit dans son enfance, dans son adolescence, deux périodes difficiles pour lui, jusqu’à la catastrophe. On le suit ensuite dans son errance, dans son équipée pédestre au cœur d’un monde apocalyptique en feu. Plus d’autres êtres humains, plus de végétation, plus d’animaux non plus, à part un chien aveugle. Corentin doit survivre dans ce monde, retrouver la forêt où vivait Augustine et l’humanité est son miroir.

On ne sait rien de cette catastrophe mais on imagine très bien qu’elle est sûrement la conséquence de notre façon de vivre, de notre désinvolture vis-à-vis de l’environnement, de notre surconsommation qui mène à la pollution. Sandrine Collette nous adresse un message très fort à l’aide de ce livre, celui que l’on se doit de protéger davantage notre planète.

Une fois encore, la force de l’ouvrage tient dans la plume incroyable de Sandrine Collette, une plume qui dégage des émotions incroyables, qui nous remue les tripes tout en nous rapprochant émotionnellement de son personnage. Bouleversante et poignante, la lecture du dernier ouvrage de Sandrine Collette n’a rien à envier à un ouvrage connu de Cormac McCarthy qui traite aussi de l’apocalypse.

Sandrine Collette est une immense auteure, elle nous le prouve avec son dernier ouvrage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Animal" du même auteur
La chronique de "Les larmes noires sur la terre" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Sandrine Collette


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=