Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elephant Man
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  janvier 2020

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Antoine Chalard, avec Clémentine Yelnik, Antoine Chalard et Florent Malburet.

Grâce au film de David Lynch, "Elephant Man", l'histoire de Joseph Carrey Merrick (1862-1890), est bien connue.

Souffrant du syndrome de Protée, une maladie génétique provoquant des difformités irréversibles et très visibles, Joseph dit John Merrick devint un phénomène de foire exhibé d'abord à Londres puis dans toute l'Europe, avant d'être recueilli et soigné jusqu'à sa mort prématurée par le Dr Treves.

Dans un somptueux noir et blanc aux relents expressionnistes, David Lynch faisait de son "Elephant Man", un film quasi-fantastique et du personnage de Merrick un cousin malheureux de Hyde-Jekyll et de Jack l'éventreur.

Tout au contraire, sans occulter la terrible existence que le disgracié mena pendant une grande partie de sa vie, Antoine Chalard n'a pas voulu sombrer dans le pathos ni dans le voyeurisme.

Son évocation de l'Angleterre victorienne n'est pas celle des films d'horreur de la Hammer ni des romans de Samuel Butler ou de Charles Dickens. S'il y a des forces obscures et malveillantes qui sont capables de transformer un homme différent en monstre, il y a aussi des savants progressistes et des humains compréhensifs qui veulent soulager sa souffrance.

Quant à Merrick lui-même, derrière son apparence repoussante, il y a un être sensible, intelligent, capable de raconter son histoire sans en vouloir à ses contemporains pour la peur de la différence qu'ils lui ont sans cesse renvoyée quand ils étaient en sa présence.

Composé de courtes saynètes elliptiques, n'appuyant jamais jusqu'à la caricature pour décrire les personnages au contact de John Merrick, montrant au contraire qu'ils avaient chacun leurs raisons même si elles avaient à voir avec la cupidité et l'absence de charité chrétienne, le spectacle conçu par Antoine Chalard est d'une singulière délicatesse.

Au premier plan, un fauteuil et un phonographe. En se penchant vers son pavillon, Merrick y écoutera non pas "la voix de son maître", mais quelques extraits des Gnossiennes d'Erik Satie et une musique brésilienne, apaisante et envoûtante. Derrière son "masque", il puisera dans la musique une grande consolation et on le devinera ainsi infiniment mélancolique.

Il faut dire que ce masque est l'oeuvre de Galina Molotov et qu'il est paradoxalement d'une grande beauté. Tout comme tout ce qui déroulera sur le plateau. Ainsi, situé en arrière-plan, un tulle en forme d'écran sera l'occasion de voir Merrick en ombre chinoise quand il était présenté dans les baraques des fêtes foraines.

Antoine Chalard n'abusera pas de ces jeux de lumière brillamment orchestrés par Judex Boyer et Fabrice Legros. Ici, rien n'est appuyé, ni les effets scéniques ni les échanges entre les personnages qui, dans les costumes de Marie Vernhes, ne se départissent jamais d'une certaine élégance.

Antoine Chalard est un Docteur Treves compréhensif et humain, Florent Malburet un Merrick jamais haineux et Clémentine Yelnik joue à la perfection les figures féminines qui traversent la vie du réprouvé. On acceptera donc la thèse d'Antoine Chalard affirmant qu'il a connu, malgré tout, un certain bonheur et que son intelligence et sa bonté lui ont permis de transcender son injuste destin.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=