Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elephant Man
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  janvier 2020

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Antoine Chalard, avec Clémentine Yelnik, Antoine Chalard et Florent Malburet.

Grâce au film de David Lynch, "Elephant Man", l'histoire de Joseph Carrey Merrick (1862-1890), est bien connue.

Souffrant du syndrome de Protée, une maladie génétique provoquant des difformités irréversibles et très visibles, Joseph dit John Merrick devint un phénomène de foire exhibé d'abord à Londres puis dans toute l'Europe, avant d'être recueilli et soigné jusqu'à sa mort prématurée par le Dr Treves.

Dans un somptueux noir et blanc aux relents expressionnistes, David Lynch faisait de son "Elephant Man", un film quasi-fantastique et du personnage de Merrick un cousin malheureux de Hyde-Jekyll et de Jack l'éventreur.

Tout au contraire, sans occulter la terrible existence que le disgracié mena pendant une grande partie de sa vie, Antoine Chalard n'a pas voulu sombrer dans le pathos ni dans le voyeurisme.

Son évocation de l'Angleterre victorienne n'est pas celle des films d'horreur de la Hammer ni des romans de Samuel Butler ou de Charles Dickens. S'il y a des forces obscures et malveillantes qui sont capables de transformer un homme différent en monstre, il y a aussi des savants progressistes et des humains compréhensifs qui veulent soulager sa souffrance.

Quant à Merrick lui-même, derrière son apparence repoussante, il y a un être sensible, intelligent, capable de raconter son histoire sans en vouloir à ses contemporains pour la peur de la différence qu'ils lui ont sans cesse renvoyée quand ils étaient en sa présence.

Composé de courtes saynètes elliptiques, n'appuyant jamais jusqu'à la caricature pour décrire les personnages au contact de John Merrick, montrant au contraire qu'ils avaient chacun leurs raisons même si elles avaient à voir avec la cupidité et l'absence de charité chrétienne, le spectacle conçu par Antoine Chalard est d'une singulière délicatesse.

Au premier plan, un fauteuil et un phonographe. En se penchant vers son pavillon, Merrick y écoutera non pas "la voix de son maître", mais quelques extraits des Gnossiennes d'Erik Satie et une musique brésilienne, apaisante et envoûtante. Derrière son "masque", il puisera dans la musique une grande consolation et on le devinera ainsi infiniment mélancolique.

Il faut dire que ce masque est l'oeuvre de Galina Molotov et qu'il est paradoxalement d'une grande beauté. Tout comme tout ce qui déroulera sur le plateau. Ainsi, situé en arrière-plan, un tulle en forme d'écran sera l'occasion de voir Merrick en ombre chinoise quand il était présenté dans les baraques des fêtes foraines.

Antoine Chalard n'abusera pas de ces jeux de lumière brillamment orchestrés par Judex Boyer et Fabrice Legros. Ici, rien n'est appuyé, ni les effets scéniques ni les échanges entre les personnages qui, dans les costumes de Marie Vernhes, ne se départissent jamais d'une certaine élégance.

Antoine Chalard est un Docteur Treves compréhensif et humain, Florent Malburet un Merrick jamais haineux et Clémentine Yelnik joue à la perfection les figures féminines qui traversent la vie du réprouvé. On acceptera donc la thèse d'Antoine Chalard affirmant qu'il a connu, malgré tout, un certain bonheur et que son intelligence et sa bonté lui ont permis de transcender son injuste destin.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=