Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tue-Loup
Interview  (Paris)  2 décembre 2005

Tue-Loup, c'est quatre copains (Thierry Plouze à la guitare, Eric Doboka à la basse, Romain Allanot à la batterie et Xavier Plumas au chant) rejoints par Christian Dasfeld au piano. Dès la sortie de leur premier album La bancale en 1998, il connaît un beau succès.

10 ans après, les cinq amis ont conservé le plaisir de jouer ensemble et sortent Rachel au rocher qui est une belle réussite.

Petite rétrospective et tour d'hoizon avec notamment Xavier Plumas quelques heures avant leur concert à la Maroquinerie.

Tue-Loup, s'est fait un nom en 10 ans déjà.

Xavier Plumas : Cela fera 10 ans en 2006 que nous avons décidé de jouer ensemble. Notre premier disque autoproduit date de 1996 et le premier disque La bancale est sorti en 1997. Le premier n'est vendu que par courrier, internet ou sur nos concerts.

10 ans, 6 albums et semble-t-il 3 jalons : "La bancale", "Penya" et "Rachel au rocher".

Xavier Plumas : C'est vrai que "La belle inutile" a été faite dans la foulée de "La bancale" si ce n'est qu'il a été enregistré à Marrakech ce qui lui donne un son peu particulier, une aération que j'aime beaucoup. On peut les associer au niveau des compositions.

"Penya" est un tournant parce qu'il marque l'arrivée du piano et notre envie de sortir du schéma pop, chanson classique un peu formatée. Nous avions déjà commencé à étirer ce format mais cela s'est vraiment concrétisé avec l'arrivée du pianiste. Nous pouvions apporter des couleurs un peu jazz et plus de liberté à notre musique. "Tout nu" est un peu à part car c'est in album acoustique qu'on a fait à deux. Avec "Rachel au rocher" est une sorte de mélange de "La bancale" et de "Penya".

Nous avons intégré la position du piano ce qui n'était pas évident sur "Penya" et qui est maintenant assimilé. Et nous retrouvé la fraîcheur que nous avions sur "La bancale" dans le sens où nous avons voulu faire cet album très rapidement. Toutes les idées étaient les bienvenues et susceptibles d'être exploitées. Par le passé, sur les morceaux comme "City light" ou "Le martin pêcheur" nous aurions essayé de leur tordre le cou, de les rendre moins évidents, plus tordus. Or, là nous les avons laissé tels quels en nous faisant plaisir.

Quelles sont les difficultés que vous évoquiez avec l'arrivée du piano?

Xavier Plumas : Quand Ajax est arrivé avec son piano sur "Penya", la moitié des morceaux étaient achevés et donc ce n'était pas facile d'y intégrer le piano d'autant que notre musique est déjà assez dense au niveau sonore. C'était donc un essai et un défi comme sur "Torro" avec l'intro au piano. Aujourd'hui, cette questionne se pose plus.

Comment se passe la composition des morceaux au sein de Tue Loup?

Xavier Plumas : Nous sommes tous réunis dans le local de répèt et un de nous démarre un rythme et les autres se greffent dessus. La moitié des morceaux naissent de cette manière. Pour l'autre moitié, j'arrive avec une chanson qui donne parfois des morceaux très épurés et parfois constitue une simple idée qui va partir dans tous les sens.

Vous êtes toujours l'auteur des textes ?

Xavier Plumas : Oui. Soit j'arrive avec un texte soit je pars de la composition musicale quand elle a pris forme et puis après je mets des paroles à la guitare.

Vous avez du stock en matière de textes?

Xavier Plumas : Oui, j'ai toujours quelques textes d'avance car je sais que quand on a composé un morceau qui nous plaît tant qu'il n'y a pas de paroles, le morceau tourne un peu à vide. Quand je n'ai pas de textes, je chante en yaourt anglophone. C'était le cas pour le morceau "Elias". Et ensuite j'ai d'ailleurs eu du mal à y mettre des paroles en français. Et il est donc en anglais. Et le riff de guitare du début c'est quelque chose de très vieux avec quoi je vais chier tout le monde depuis longtemps.

Thierry Plouze : Maintenant ça y est, il est pondu.(Rires)

Vous parliez de couleur jazz et c'est le cas sur la moitié des morceaux de "Rachel au rocher". Cette couleur résulte-t-elle d'une évolution naturelle?

Thierry Plouze : Oui. Nous avions envie de jouer tous ensemble sans qu'il y ait forcément un chant dessus. Nous avons gardé les plages musicales.

Xavier Plumas : Ce qui nous plaît dans le jazz c'est la liberté qui n'existe pas vraiment dans le rock classique. Et puis, le pianiste et le bassiste sont issus du jazz. Donc ils apportent beaucoup de choses au plan harmonique qui vient du jazz. Ce qui ne veut pas dire que nous deviendrons un groupe de jazz mais l'esprit du jazz nous intéresse. Et puis plus le temps passe plus nous avons envie de jouer ensemble.

Curieusement moins on a de succès et plus nous sommes excités de jouer ensemble. Nous essayons de nous surprendre les uns les autres et de ne pas reproduire les mêmes schémas. C'est un plaisir renouvelé. J'espère que nous évoluerons encore. Pour le prochain album nous avons envie de faire de choses plus expérimentales. Mais sans idées préconçues.

Low ou Idaho sont des influences?

Xavier Plumas : Oui, et surtout Tortoise dont je suis un gros fan. Il est vrai que nous écoutons beaucoup de musique anglo-saxonne et plus américaine qu'anglaise. Le défi est de ne pas faire de copie mais d'avoir notre propre son. Nous ne cherchons pas à ressembler aux autres. Les influences se révèlent après les enregistrements. C'est vrai qu'à l'écoute des premières maquette de "Rachel", Eric et moi y trouvions des ressemblances avec Smog. Or, à ce moment-là nous écoutions tous deux beaucoup Smog. Probablement, y a-t-il des influences au niveau de certaines rythmiques mais elle son été digérées et nous les assumons.

Tue-Loup a une identité musicale très forte.

Xavier Plumas : Oui. Cela existe depuis le début du groupe. Il faut dire que nous avons enregistré notre premier album autoproduit très vite, de manière très roots, en 2 jours, non seulement parce que nous n'avions pas de moyens financiers mais aussi parce que 3 mois après s'être rencontrés nous avions déjà conscience du son qui se dégageait de nos compositions et qui avait du sens. Ce qui fait que nous sommes identifiables très rapidement quand nous jouons ensemble. Ce qui est intéressant c'est d'apporter des nuances dans la pesanteur de notre son et de le faire évoluer.

Il y a un travail pour conserver ce son?

Xavier Plumas : Non. Chacun joue comme il en a envie. Je sais que ce qui fait notre particularité est une assise rythmique qui est "posée". Romain, le batteur ne tape mais il a une densité de jeu, une sorte d'inertie, qui fait que l'on n'a pas grand chose à rajouter. Ce qui permet une grande liberté harmonique. Le tout est d'arriver à une cohérence d'ensemble.

Tue-Loup, groupe français, semble un peu à part de la scène dite française.

Xavier Plumas : C'est important pour nous de chanter en français qui est la seule langue dans laquelle je peux vraiment m'exprimer. Nous ne sommes pas intégrés dans la scène française dans laquelle, je vais passer pour un sale con, il n'y a pas de choses intéressantes au niveau des textes chantés en français. En gros, j'adore Fred Poulet et Renaud Papillon Pavarel quand il écrit . Et Murat par fidélité. Mais la nouvelle scène française m'emmerde !

Vous avez d'autres projets parallèles?

Xavier Plumas : J'ai sorti un album il y a 3 mois " Les anges à la sieste" qui s'appelait Fulbert, un projet parallèle avec Cyril Bilbeaud , le batteur de Sloy, et François Chevallier qui est un copain qui co-régisseur d'une compagnie de danse et le metteur en scène de théâtre. La chanteuse est la chorégraphe Marie Lenfant. Je l'ai fait parce que j'avais des textes d'avance et que Tue-Loup qui ne nous occupe plus à 100%.

Tue-Loup marche moins bien qu'avant ?

Xavier Plumas : Oui, nettement. Nous vendons de moins en moins d'albums. Et depuis 2 ans, le nombre de concerts diminue également. L'année dernière nous avons fait une dizaine de dates. Notre ancien label Le Village vert a refusé l'album "Rachel" au motif qu'il n'y avait pas assez de singles. Nous ne voulions pas retourner en studio et nous sommes partis. Retrouver un autre label prend du temps. Maintenant nous sommes chez Naive qui a un catalogue très ouvert.

Nous avons même un autre album de composé prêt à être enregistré dans lequel nous voulons accentuer le côté cuivré. Et puis j'ai un projet d'album avec le slameur Rome Liteau qui aura chant libre. L'album s'appellera "Le goût du bonbon" mais nous n'avons pas encore le nom du groupe. Nous attendons les batteries de Thomas Belhom. Nous proposerons cet album au label T-REC créé par Cyril Bilbeaud et dont nous sommes associés. Ce label est en licence avec Naïve. Donc les projets parallèles leur sont proposés en premier.

"La bancale" est un endroit de chez vous?

Xavier Plumas : Non. C'est "La belle inutile" est un endroit de chez nous. "La Bancale" est un nom inventé à l'occasion d'un court métrage, tourné avec notre ancien bassiste, qui se terminait sur une image glauque d'une fille qui se balançait sur un vieux rocking chair dans un champ avec une poupée dans les bras.

Mettre en musique des images fait partie de vos projets?

Xavier Plumas : Je fais des musiques de théâtre avec François Charpentier. Mais jamais de cinéma. Nous aimerions bien si l'occasion se présente. Il faudrait que Claire Denis nous contacte (rires). Avec Cyril Bilbeaud et François Chevallier nous avons composé de la musique pour un solo de danse. Nous avons même joué en direct pendant la danse à plusieurs reprises.

Et vos musiques sont-elles été utilisées à cette fin?

Xavier Plumas : Une fois le morceau "Kaj Maj" a été utilisé dans le film de Didier Le Pêcheur "J'aimerais pas crever un dimanche".

Quel album donneriez-vous à un ami que vous ne reverriez plus jamais?

Xavier Plumas : "Laughing stock" de Talk Talk, album inusable, que j'écoute au moins une fois par mois. C'est ce vers quoi j'aimerai aller mais ce n'est pas la façon de travailler au sein de Tue-Loup. Je le fais un peu avec François Charpentier. Et l'album acoustique de Mark Hollis. Thierry n'écoute pas beaucoup de musique.

Thierry Plouze : J'écoute surtout de la musique en voiture.

Xavier Plumas : Alors tu donnes ta voiture ! (rires).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Rachel au rocher de Tue-Loup
La chronique de l'album Le lac de Fish de Tue-Loup
La chronique de l'album 9 de Tue-Loup
La chronique de l'album Total musette de Tue-Loup
Tue-Loup en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Tue-Loup en concert à La Maroquinerie (2 décembre 2005)
Tue-Loup en concert au Zèbre de Belleville (jeudi 31 mars 2016)
L'interview de Tue-Loup (lundi 1er avril 2013)
La chronique de l'album La gueule du Cougouar de Xavier Plumas
La chronique de l'album Mayerling de Xavier Plumas
Xavier Plumas en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
L'interview de Xavier Plumas (20 février 2009)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Tue-Loup (1 avril 2013)
Xavier Plumas (20 février 2009)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=