Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le prix de la démocratie
Julia Cagé  (Editions Folio)  janvier 2020

Voilà un ouvrage qui me faisait de l’œil l’an dernier et que je n’avais pas eu le temps de me procurer pour le lire. Du coup, comme souvent, je me suis dit que j’attendrai la sortie en format de poche pour me le procurer et le lire enfin. Pour un prix modeste, on peut donc dorénavant s’acheter l’excellent livre de Julia Cagé, Le prix de la démocratie, qui a reçu de nombreux prix l’an dernier.

Normalienne, titulaire d’un doctorat à l’université d’Harvard, Julia Cagé est professeur d’économie à Sciences Po Paris. Spécialiste d’économie politique, d’économie des organisations et d’histoire économique, elle s’intéresse au financement de la démocratie, en particulier des médias, des partis politiques et des campagnes électorales, en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, dans une perspective comparative.

On pense trop souvent que la démocratie se limite à la possibilité pour le peuple de pouvoir voter. On pense trop souvent que dans la démocratie une personne vaut une voix et que la démocratie repose sur une promesse d’égalité. L’ouvrage de Julia Cagé, particulièrement éclairant, est là pour nous montrer que bien souvent cette promesse d’égalité vient se fracturer sur le mur de l’argent. Le jeu démocratique est de plus en plus capturé par des intérêts privés ; cela passe par le financement des campagnes, les dons aux partis politiques mais aussi par la prise de contrôle des médias.

Pour nous éclairer sur ce qu’elle appelle le véritable prix de la démocratie, Julia Cagé accompagne ses écrits de nombreux documents (graphiques, tableaux, statistiques) qui permettent de mieux comprendre ce qu’elle nous explique.

Evidemment, son ouvrage s’appuie sur une étude inédite des financements politiques privés et publics dans une dizaine de pays différents sur plus de cinquante ans. Julia Cagé passe au scalpel l’état de la démocratie, décortique les modèles nationaux et fait le récit des tentatives (souvent infructueuses mais toujours instructives) de régulation des relations entre argent et politique. Ce qui ressort des différentes règles en vigueur, est leur grande diversité. La France impose une limitation aux dons privés quand l’Allemagne n’en impose et cela a des répercussions sur la vie politique des deux pays, entraînant une forme d’immobilisme en France. En France, l’Etat a mis en place un système de réductions fiscales permettant aux plus riches de se voir rembourser l’essentiel de leurs dons aux partis politiques, alors que les plus pauvres, eux, paient plein pot.

Julia Cagé nous montre que dans tous les pays occidentaux, le poids des plus riches dans le financement de la vie politique se trouve être très élevé. On est donc bien loin de l’idée qu’un citoyen vaut une voix. Elle nous montre aussi que l’inégalité entre les donateurs s’accompagne aussi d’une inégalité entre les donataires. Les partis de droite reçoivent beaucoup plus de dons que les partis de gauche. Cet argent donne a des conséquences sur le scrutin, Julia Cagé le démontre par des statistiques qui montrent que plus un candidat dépense pour sa campagne, plus il obtient de voix, particulièrement pour les élections législatives et municipales.

Evidemment, toutes ces dérives par rapport à l’argent ne viennent pas d’un complot savamment orchestré mais de notre manque collectif d’implication. La question du financement de la démocratie n’a jamais été véritablement posée et celle de la représentation des classes populaires doit l’être sur un mode plus radical.

Alors évidemment, pour sortir de ce qu’elle considère être une impasse, Julia Cagé, en bonne économiste qu’elle est, nous propose des solutions, ce qui apporte une autre qualité à cet ouvrage qui en déborde déjà. Ses solutions permettraient de révolutionner la façon de penser la politique et de rénover la démocratie.

Alors voilà, l’ouvrage de Julia Cagé, Le prix de la démocratie, est un excellent ouvrage, passionnant et éclairant qui nous permet de mieux comprendre ce qu’est notre démocratie à l’heure actuelle tout en pouvant la comparer à celle présente chez nos voisins.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=