Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le ciel à bout portant
Jorge Franco  (Editions Métailié)  janvier 2020

Il existe de nombreux romans sur les narcotrafiquants, je pense notamment à ceux écrits par l’excellent Don Winslow, dont il se dégage souvent un réalisme assez glaçant pour le lecteur. Il en existe moins par contre sur les enfants de ces narcotrafiquants, victimes de leurs propres pères.

Si une des grandes questions de la littérature est comment "tuer" le père, que faire quand son propre père a été le bras droit de l’un des plus grands assassins du pays ? C’est à cette question que tente de répondre le nouvel ouvrage de Jorge Franco, Le ciel à bout portant, qui vient de sortir aux éditions Métailié.

Jorge Franco est né à Medellin, en Colombie en 1966. Il a fait des études de cinéma en Angleterre et des études de littérature en Colombie. Ses livres, qui ont remporté de nombreux prix, ont été traduits dans une quinzaine de langues.

L’histoire qu’il nous raconte dans son nouveau roman que l’on dévore, est celle de Larry qui arrive à Medellin douze ans après la disparition de son père, un mafieux proche de Pablo Escobar. Il revient pour enterrer les os de son père récemment découverts dans un dépôt d’ordures. Dans le même avion qui le mène vers Medellin se trouve aussi Charlie, une riche héritière qui vient aussi enterrer son père. Entre eux, un coup de foudre et des émotions différentes envers celui qu’ils viennent enterrer.

A son arrivée, ce n’est pas sa mère, l’ex miss Medellin, qui l’attend, mais Pedro, dit le dictateur, son ami d’enfance qui vient le chercher pour le plonger dans l’Alborada, une fête populaire de pétards, fusées et feux d’artifice durant laquelle personne ne dort et où tous perdent la tête. Larry retrouve son passé familial et une ville encore marquée par l’époque la plus sombre de l’histoire du pays.

L’ouvrage est construit autour de trois axes narratifs différents : la relation amoureuse qui s’installe entre les deux protagonistes dans l’avion qui les emmènent vers Medellin, un autre nous relatant le retour de Larry dans sa ville natale et un troisième qui revient en arrière dans les années 90 au temps de Pablo Escobar.

L’auteur nous montre avec ce superbe ouvrage les plaies encore béantes laissées par les années Escobar sur la société actuelle colombienne. Pour toutes les familles décrites, le traumatisme est encore présent mais malgré cela Escobar possède toujours une aura assez compliquée à expliquer.

L’auteur nous présente aussi une société et un pays dans lequel le règne de la drogue continue, un pays qui n’en a pas terminé avec ses vieux démons, un pays en situation économique difficile dans lequel les inégalités sociales grandissent, une société dans laquelle les crimes sont encore très nombreux.

Avec son roman, un espoir est possible, celui incarné par Larry et Charlie, qui s’aiment alors que leurs aînés se seraient sûrement entretués s’ils s’étaient rencontrés. Ils incarnent l’espoir d’une Colombie apaisée, soudée par l’amour et non par la haine.

Entrecroisant ces différents plans, l’auteur, étonnant de maîtrise narrative, fait le portrait de la génération des enfants du narcotrafic, qui sont en fait les victimes de leurs pères, et nous interroge sur l’importance de la mémoire pour que l’histoire ne se répète pas.

Jorge Franco nous propose donc avec Le ciel à bout portant un magnifique livre sur la Colombie, sur ses maux au travers de récits individuels superbement écrits.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Jorge Franco


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=