Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Botero
Don Millar 

Réalisé par Don Millar. Canada/Colombie. Documentaire. 1h22 (Sortie le 29 janvier 2020).

 Dès le début de son documentaire, Don Millar proclame que "Fernando Botero est le peintre le plus connu au monde".

A y réfléchir, si l'on tient compte que désormais les artistes atteignant des cotes faramineuses ne sont plus vraiment des peintres (Jeff Koons, Damien Hirst) et que la plupart des représentants du pop art américain ont disparu, la proposition est certainement juste.

Peut-être que dans les milieux artistiques, David Hockney jouit d'une réputation supérieure, mais il est incontestable que le petit Colombien, né à Medellin dans un milieu pauvre, avec un père mort quand il avait quatre ans et une mère couturière, est le plus célèbre artiste pour le citoyen moyen du monde.

Exposé partout, des Champs-Elysées à la Chine, Botero est connu de tous pour ses "grosses femmes", ses sculptures et ses peintures monumentales où tout, des physiques aux objets, semble agrandi.

Dans "Botero" de Don Millar, on découvre un personnage toujours affable, plein d'humour et continuant à être sensible à tout ce qui l'entoure même s'il appartient désormais grâce à son pinceau au monde des très riches.

Très vite en partance pour l'Europe, avec un arrêt capital à Florence où il va découvrir Pierrot Cella Francesca, Botero a commencé par être illustrateur dans un journal colombien. Ayant vendu un de ses premiers tableaux (Frente del mar), il utilise l'argent gagné pour s'installer en Europe. Dès lors, en quelques années, et quelques allers-retours en Colombie suivi d'une installation à New York, il va devenir célèbre.

L'étape majeure sera sa "Mona Lisa à douze ans", qui contient déjà tout ce qui va être sa marque de fabrique, son style : la jeune Mona Lisa, qu'il peint avec beaucoup d'humour, est plutôt ronde et très colorée.

Interrogeant constamment ses proches et lui-même, "Botero" de Don Millar est un film qui retrace avec précision la carrière du peintre, définit ce qu'est son art et donne vraiment envie de connaître un artiste qu'on sous-estime peut-être à cause justement de la "facilité" apparente de son travail qui fait qu'il est immédiatement compréhensible.

Ses détracteurs ont "les poils qui se hérissent" devant "tant de laideur". Certains, moins violents, ne voient en lui qu'un habile illustrateur. C'est oublier sans doute qu'il s'est mis à la sculpture après la peinture et qu'il y a réussi également avec de multiples sujets.

Il a su aussi intégrer sa vie à sa peinture : après la mort prématurée de son plus jeune fils, Pedrito, il s'est pendant plus d'une année consacré uniquement à le peindre, à retrouver ses traits par la peinture. Il s'en est suivi une série d'oeuvres fortes, des pastels surdimensionnés pour une technique difficile à maîtriser et qui sont parmi ses meilleurs tableaux.

Pareillement, il ne s'est jamais désintéressé du sort de la pauvre Colombie perpétuellement en guerre civile ou sous le contrôle des cartels.

Sa série sur la mort de Pablo Escobar est également un moment fort. Plus récemment, il a peint abondamment les atrocités commises par les soldats américains à la prison d'Abu Ghraib.

Si ces dernières œuvres paraissent plus illustratives que la plupart des tableaux de Botero, elles resteront certainement le témoignage le plus fort produit sur ces horreurs, montrant qu'il est un peintre citoyen du monde, humaniste et pas quelqu'un qui a eu une production abondante pour fournir le marché de l'art.

Passionnant par son contenu, réalisé avec rigueur et une photographie qui permet d'avoir une belle idée de ce que ses tableaux donnent en "vrai", "Botero" de Don Millar montre que Fernando Botero n'est pas aussi anecdotique que certains voudraient faire croire.

Cet homme qui peint depuis toujours avec un égal bonheur aura eu une vie enviable. Son œuvre accessible à tous devrait rester longtemps dans les mémoires comme elle a su exister pendant six décennies sans lasser les nombreux amateurs qui ont accroché chez eux avec autant de plaisir ses originaux ou leurs simples reproductions en affiches.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=