Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Contes étranges de N.H. Jacobsen
Musée Bourdelle  Du 29 janvier au 31 mai 2020

En collaboration avec le musée danois Vejen Kunstmuseum, et la participation du Petit Palais, le Musée Bourdelle présente une exposition monographique inédite en France consacrée au céramiste et sculpteur danois Niels Hansen Jacobsen inscrit dans le courant de l'Art nouveau et du Symbolisme.

Avec "Niels Hansen Jacobsen, un Danois à Paris (1892-1902)", les commissaires Teresa Nielsen, directrice du Vejen Kunstmuseum, Amélie Simier, directrice du Musée Bourdelle et Jérôme Godeau, historien de l’art attaché audit musée, se sont donc spécialement attachés à la production des dix années parisiennes de l'artiste installé dans l'atelier de la Cité fleurie sise boulevard Arago, foisonnant creuset artistique de la fin du 19ème siècle.

Ils ont constitué un florilège de plâtres, bronzes et céramiques mis en résonance avec les oeuvres d'artistes contemporains peintres, affichistes et sculpteurs dont notamment Jean Carriès qui fut son inspirateur et bien évidemment Antoine Bourdelle qui, à cette période, explore les thèmes ésotérico-symboliste.

Ils ont donc constitué un florilège de plâtres, bronzes et céramiques mis en résonance avec les oeuvres d'artistes contemporains français, peintres, affichistes et sculpteurs dont notamment Jean Carriès qui fut son inspirateur et bien évidemment Antoine Bourdelle qui, à cette période, explore les thèmes ésotérico-symboliste, mais également de ses compatriotes vivant à la Cité fleurie.

Soutenue par le superbe scénograhie de Cécile Degos et articulée autour de sculptures monumentales aussi saisissantes que significatives, l'exposition se déploie en un parcours non chronologique selon une déambulation qui repose, selon la théorie psychanalytique des pulsions originaires, sur l'intrication pulsionnelle de la pulsion de vie et de la pulsion de mort, dont le monstre constitue la manifestation de l'angoisse générée par leur confrontatio

Jacobsen, voyage en soi au delà du réel

Né dans la rigoriste région du Jutland et de modeste origine,, Niels Hansen Jacobsen formé dans la tradition du néo-classicisme à l’Académie royale des beaux-arts de Copenhague, découvre à Paris le mouvement symboliste et la technique du grès émaillé qui orientent son travail vers une étourdissante expérimentation plastique générant une oeuvre originale empreinte de son identité et sa culture nordiques.

Il s'approprie les préceptes du Symbolisme dans l'utilisation d'un langage et de symboles non à une fin hiérophanique mais comme véhicules d'une plongée dans l'inconscient pour interroger, décrypter et représenter les pulsions archaïques de la nature humaine et les tourments de la psyché.

Et ce selon ses fondamentaux dont, en premier lieu le tropisme de la mythologie nordique, nourrie de contes et légendes, tel celui de "La Petite Sirène" réalisée en 1901, qui décline le motif classique de la femme primordiale, fille de l'eau, ondine, sirène ("La sirène sortie des flots" d'Odilon Redon, "Ulysse et les sirènes" de Gustave Moreau), et Vénus ('La naissance de Vénus" d'Odilon Redon), mise en regard notamment des toiles ornementalistes de son compatriote et voisin Jeans Lund et du buste en biscuit de porcelaine de Jane Avril réalisé par Bourdelle dont le visage émerge d'un univers marin.

La face noire de Vénus est un monstre femelle, la gorgone Méduse que seule peut anéantir la décapitation et dont le visage devient un masque saisi par l'effroi de sa propre mort sur le "Boucler avec le visage de la Méduse" d'Arnold Böcklin.

Celle-ci est mise en perspective de la section synthétique consacrée au masque, depuis un masque No, avec les masques dits réalistes de Jacobsen, dont l'aspect figé renvoie à l'éphéméréité de la vie,ainsi que celui du troll reproduit sur l'affiche de l'exposition et ceux de Carriès, face au fabuleux "Grand vase aux têtes barbues" de ce dernier qui fut sans doute, avec la figure tutélaire de Paul Gauguin, un des émulateurs de ses recherches plastiques avec la technique du grès émaillé.

 Pour Jacobsen, le monstre primitif, hybride de l'ogre, du diable et de l'animal est une force tellurique qu'il représente sous forme d'un troll qui n'a rien d'un gentil lutin mais un géant cornu menaçant et doté de serres puissantes ("Troll qui flaire la chair de chrétien") représentant la cristallisation des angoisses intérieures.

Autre manifestation de l'angoisse, et autre transcription plastique d'un conte d’Hans Christian Andersen, "L’Ombre", manifeste d'une recherche plastique inscrite dans la modernité ornementale de l'Art nouveau, symbolise celle de la mort sous forme d'une femme sépulcrale qui semble en lévitation comme arrêtée par l'artiste dans sa course folle pour attraper et emporter sa proie.

Elle hante l'esprit et se révèle davantage encore la nuit ("Le Jour et la Nuit" et "La nuit profil" de Bourdelle et "La Nuit" de Victor Prouvé) avec des manifestations cauchemardesques telles celles assaillant le "Chopin" de Boleslaw Biegas.

Elle hante l'esprit et se révèle davantage encore la nuit ("Le Jour et la Nuit" et "La nuit profil" de Bourdelle et "La Nuit" de Victor Prouvé) avec des manifestations cauchemardesques telles celles assaillant le "Chopin" de Boles?aw Biegas.

Mais sa manifestation ultime, au delà de celle populaire du squelette armé d'une faux que Jacobsen retient pour l'ensemble "La Mort et la Mère", est celle qui naît de l'ambiguïté attachée à la figure fémine comme symbole de la dualité Eros/Thanatos.

Le monstre n'est plus le père pédophage de l'Antiquité mais la femme séductice et castratrice, la mère matrice originelle qui donne la vie et génère les premières pulsions mais également les premiers traumatismes et frustrations, objet d'amour fusionnel avant l'individualisation imposée pour laquelle le Symbolisme et l'Art nouveau use d'une iconographie novatrice.

Le monstre n'est plus le père pédophage de l'Antiquité mais la femme séductrice et castratrice, la mère matrice originelle qui donne la vie et génère les premières pulsions mais également les premiers traumatismes et frustrations, objet d'amour fusionnel avant l'individuation imposée pour laquelle le Symbolisme et l'Art nouveau use d'une iconographie novatrice, celle de l'arabesque pour revisiter le masque méduséen.

Telles les femmes-fleurs vénéneuses de Jens Lund, l'allégorie glaçante de Georges de Feure ("La Poterie"), la "Madonna" exsangue avec son foetus moribond de Evard Munch variante noire du thème de la mère et l'enfant, "La Vitrioleuse" et la "Femme au chapeau noir" de Eugène Grasset.

Une exposition passionnante qui contribue à la réflexion sur l'esthétique et les canons novateurs du Symbolisme.

Une exposition passionnante qui s'inscrit dans le diptyque "Une saison danoise" avec l'exposition "L’Âge d’or de la peinture danoise, 1801-1864" qui se tiendra au Petit Palais à compter d'avril 2020.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Bourdelle

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Bourdelle


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=