Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce qui est nommé reste en vie
Claire Fercak  (Editions Verticales)  janvier 2020

Et voilà un superbe ouvrage publié chez Verticales, une maison d’édition dont on ne parle pas assez sur Froggy’s delight alors qu’ils ont un catalogue riche de belles publications. Ce n’est donc pas une surprise de retrouver Claire Fercak publiée chez cette maison d’édition.

Claire Fercak est née en 1982, vit et travaille à Paris. Elle est l’auteure de deux romans aux éditions Verticales : Rideau de verre paru en 2007 et Histoires naturelles de l’oubli en 2015. Son nouveau roman, Ce qui est nommé reste en vie, est de toute beauté.

Ultime chambre d’échos d’un hôpital, l’ouvrage que nous propose Claire Fercak donne à entendre les voix d’un groupe de patients qui, atteints d’une incurable tumeur au cerveau, ont encore beaucoup de choses à exprimer, entre éclairs de lucidité, affabulations drolatiques et hantises familières. En alternance avec cette matière sensible et souvent poétique, l’auteure inclut aussi les proches, plongés des mois durant dans cette même aventure intérieure, avant d’affronter l’épreuve du deuil. Ainsi imbriquées, toutes ces bribes portent paradoxalement des moments de répit et les derniers ressorts d’un élan vital.

Dédié à sa maman, l’ouvrage débute par un premier chapitre, Hypernuit, d’une beauté sidérante. Le style est donné, nous avons à faire à une auteure qui sait manier les mots et les maux. Le reste de l’ouvrage ne saurait nous contredire.

Au travers de l’ouvrage, l’auteure explore avec pudeur l’expérience de la maladie et la perte d’un proche. Elle appréhende aussi l’incurabilité de la maladie, se questionnant sur ce que peuvent encore espérer les personnes qui en sont touchés et en même temps se demande comment les familles peuvent faire face à un combat perdu d’avance. Vient ensuite la question du départ, de l’absence de l’être cher, de cette Hypernuit et de la nécessité de vivre encore après l’effacement du proche.

Dans l’hôpital qu’elle nous décrit, les patients sont atteints d’un glioblastome, une maladie qui provoque une dégénérescence du cerveau. L’ouvrage est construit autour de deux formes de chapitres, certains s’adressant à nous sous la forme du vouvoiement et d’autres portant des numéros de chambre, celles des nombreux malades présents dans l’hopital.

Les chapitres destinés à vous sont le témoin du calvaire vécu par le malade et ses accompagnants. Elle détaille aussi parfois les aspects de la maladie, confirmant que l’auteure a dû s’appuyer sur son expérience personnelle et la maladie de sa mère pour nous écrire ses mots. Cela apporte une grande sincérité à l’ouvrage qui nous touche, forcément.

Les chapitres qui portent des numéros de chambre sont des temps de parole débridé donnés aux malades. Evidemment, le style d’écriture n’est plus du tout le même que pour les autres chapitres. Le poids émotionnel des chapitres précédents descend d’un niveau par des bribes d’humour, des courts récits de patients délirants. On comprend néanmoins au travers de ces chapitres comment évolue la maladie, comment le cerveau de ces malades est frappé de dégénérescence, sans pouvoir rien n’y faire.

Alors voilà, Ce qui est nommé reste en vie est un livre sublime, celui d’une grande auteure qui écrit merveilleusement bien. En s’appuyant sur son expérience personnelle, l’auteure nous offre un ouvrage qui touche à l’universel car on a tous été touché par le départ d’un être cher. Elle offre d’autant plus un formidable ouvrage à sa maman qui touche le lecteur.

Ce qui est nommé reste en vie ! Tout est dit et bien dit. Chapeau bas madame Claire Fercak.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=