Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Vertes Années
Paulo Rocha 

Réalisé par Paulo Rocha. Portugal. Drame. 1h25 (Sortie 1963). Avec Avec Isabel Ruth, Rui Gomes et Ruy Furtado.

Lisbonne a mille visages. Júlio ne les connaît pas encore tous : il vient d'arriver de sa campagne, il se perd dans cette drôle de ville, où un habitant compatissant accepte de le guider.

Chez lui, ce ne sera pas les beaux quartiers qui étalent leur opulence tranquille aux yeux de tous. Il vient loger chez son oncle, dans un petit appartement des faubourgs, un endroit décati à mi-chemin entre la ville et la campagne.

C'est d'ailleurs sur cet environnement que s'ouvre "Les Vertes Années" de Paulo Rocha. La caméra balaie les chemins poussiéreux qui sinuent entre les herbes folles, panote le long des immeubles récents, des constructions à bon marché qui ont déjà l'air d'avoir vécu des siècles et des siècles. La banlieue de Lisbonne, en pleine construction dans ces années 1960 coincées entre pauvreté et désir d'émancipation.

Júlio passe ses journées dans un espace tout aussi réduit que l'appartement de son oncle, un vieux beau pas pressé qui se dit très content de son sort, et qui aime avant tout courir les filles et lever le coude avec ses amis dans les bars de Lisbonne. Le jeune homme est apprenti cordonnier. L'atelier est bas de plafond, les hommes passent leurs journées courbés sur les chaussures de cuir, leur petit marteau à la main, la nuque tendue au-dessus de leur tâche.

On sent l?atmosphère confinée, rendue encore plus étouffante par l'odeur des corps en sueur, les senteurs du cuir et la fumée des cigarettes qu'on y fume à la chaîne. Mais parfois, par la fenêtre basse passe une bouffée d'air frais, un souffle nouveau qui a de grands yeux noirs et le visage mystérieux d'un Modigliani.

Ilda est une petite bonne, qui travaille pour une famille bourgeoise qui habite un immeuble moderne et luxueux. Le hall renferme des oiseaux, qui attirent irrésistiblement Júlio, qui retrouve là un peu de sa campagne. D'ailleurs, n'est-il pas pareil à ses oiseaux en cage, lui qui n'arrive même pas à ouvrir la porte sophistiquée de l'immeuble, et qui se retrouve coincé dans ce lieu où il n'est pas à sa place ?

Avec Ilda, ce sont des après-midi d'échappées, des instants arrachés à l'étroitesse du quotidien. Ils vont marcher dans la nature, mais la ville n'est jamais loin : Ilda rêve d'aller voir l'aéroport, symbole d'un monde qui bouge. Entre eux, c'est un amour pur, dans des c?urs qui n'ont encore jamais connu de tels sentiments. "Pur" : le mot vient de la patronne d'Ilda, une bourgeoise terrassée par des migraines, et qui regarde avec nostalgie cette idylle où ni le fiel ni le temps ne sont venus encore s'infiltrer.

Mais cette pureté est un absolu qui n'a sans doute pas sa place dans une société si triste, tout comme le couple n'a pas sa place dans les beaux immeubles qu'ils contemplent des terrasses de Lisbonne.

Ce ne sont que des petites frustrations : lors d'une journée avec l'oncle, ils doivent quitter un restaurant luxueux, mais trop cher, pour finir dans un bouge étroit. L'étroitesse, le manque de place, l'absence de perspective, encore une fois. Les amants n'arrivent même pas à aller ensemble jusqu'à l'aéroport, comme si tout espoir de départ leur était interdit. On ne s'extrait pas impunément de sa condition.

Pourtant, Ilda semble avoir un pied dans ce milieu bourgeois, dont elle connaît au moins les codes. Le temps d'une journée, elle fait rentrer son amant dans l'appartement, et défile devant lui revêtue des robes de sa patronne. Les rêves bourgeois d'Ilda et son goût de la vie, de la danse, sa séduction innée s'opposent au romantisme exacerbé de son amant, plus à l'aise au milieu des gamins pauvres et des herbes folles que dans les salons lisboètes.

Le drame de la jalousie se joue à travers des scènes du quotidien, comme cette dispute autour d'un pull offert à la jeune femme par l'oncle de Júlio, qui finit jeté dans la boue. Avant que le couple, finalement réconcilié, aille le chercher dans la mare.

Le film est ainsi habité de moments de grâce, qui nouent la relation du couple. Mais le romantisme n'a pas sa place dans ce monde où l'argent fait tout, où les bourgeois tripotent les domestiques et les cousines derrière les portes fermées, où le manque d'argent est un obstacle indépassable. On y finit coincé, une dernière fois.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=