Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ted - Grand froid
Pierre Rehov - Cyril Carrère  (Editions La Mécanique Générale)  janvier 2020

Expert en psychopathologie du terrorisme suicide, Pierre Rehov est intervenu auprès du FBI. Il est aussi reporter et réalisateur de documentaires en zone de conflit. Il est enfin romancier, déjà auteur de deux ouvrages, Cellules Blanches et Tu seras jolie. Ted, qui vient de sortir, est son troisième roman.

C’est un bon polar que nous propose Pierre Rehov autour d’un serial Killer nommé Ted Bundy. Construit sur deux périodes différentes et dans deux lieux différents, La Floride et la Sibérie. L’auteur commence par nous présenter Ted Bundy. On est le 24 janvier 1989. Coupable de plus de cent viols, tortures et meurtres de jeunes femmes, Ted Bundy doit être exécuté à l’aube sur la chaise électrique.

Lors de sa dernière confession, les souvenirs lui reviennent et les questions l’assaillent. Est-il un monstre, un psychopathe ou un être possédé, en quête de vengeance ? Et si cet instinct sadique et les abominations qu’il a commises trouvaient leurs racines dans une autre époque, au-delà de toute explication rationnelle ?

En même temps, en alternant les chapitres, nous partons vers l’URSS dans les années 30, direction la Sibérie, les paysages faits de froideur et de toundra. Un scientifique a été arrêté et envoyé au goulag, les camps de détention du régime soviétique. On est en plein régime totalitaire, dirigé par Staline.

Le lien entre les deux histoires ? Le mal évidemment mais aussi autre chose que je laisse au lecteur le soin de découvrir. Ce mal est présenté sous la forme du récit glaçant que fait Ted Bundy de ses actions meurtrières mais aussi de par la nature du régime stalinien décrit par l’auteur, notamment au travers des goulags, instruments de torture du dirigeant soviétique.

Des goulags glacés de Sibérie à la moiteur étouffante de la Floride, ce roman au suspense haletant nous transporte derrière les coulisses de l’histoire, là où la monstruosité règne en maître.

Deuxième polar lu dans la foulée de Ted, celui de Cyril Carrère, auteur qui partage sa vie entre la France et le Japon où il vit depuis 2018. Pharmacologue, ce surdoué des fausses pistes a longtemps travaillé dans l’industrie pharmaceutique avant de devenir chef de projet d’ingénierie d’application.

L’ouvrage a pour personnage principal un certain Lucas qui va voir sa vie basculer en une seconde lorsque sa mère, une brillante avocate nantaise, est retrouvée morte dans un parking souterrain. Si la police conclut à un suicide, Lucas n’y a jamais cru. Convaincu de son assassinat, il se lance dans une enquête qui va le percuter avec une violence inouïe. Pour Lucas, l’heure est venue d’entrouvrir la porte du passé de sa mère quitte à voir l’insoupçonnable s’en échapper.

La vérité est proche, si proche et bien plus terrible et dangereuse que tout ce que Lucas pouvait imaginer. L’ouvrage déroule des faux-semblants, des manipulations et tout un tas de révélations qui emporte le lecteur sans jamais l’ennuyer. On va de découverte en découverte, on rencontre de nouveaux personnages et l’auteur parvient à construire une intrigue rondement menée. Au final, on ne voit pas arriver la fin alors que la tension est à son comble.

Inspirée de faits réels, portée par une atmosphère glaçante et des rebondissements en série, cette révélation des lecteurs 2019, finaliste du prix polar RTL, nous plonge, au fil des pages, dans un nouveau classique du genre.

Alors voilà deux bons thrillers dans un style différent que je vous recommande vivement.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Pierre Rehov
Le Facebook de Pierre Rehov
Le site officiel de Cyril Carrère
Le Facebook de Cyril Carrère


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=