Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sortilège
Ala Eddine Slim  février 2020

Réalisé par Ala Eddine Slim. France/Tunisie. Drame. 2h (Sortie le 19 février 2020). Avec Abdullah Miniawy, Souhir Ben Amara et Khaled Ben Aissa.

Tout récemment, le cinéma tunisien s'aventurait avec succès du côté de la comédie avec "Un Divan à Tunis" de Manele Labidi. Aujourd'hui, c'est aux limites de l'étrange et du fantastique qu'il navigue avec "Sortilège" d'Ala Eddine Slim.

Tout de suite, il faut avertir les spectateurs rétifs aux longs plans séquences et ceux qui n'aiment pas qu'un film apparemment réaliste bascule soudainement hors de la logique : "Sortilège" risque de leur déplaire.

Car Ala Eddine Slim pratique un cinéma radical dont il est entièrement responsable puisqu'il est aussi son propre monteur. Ce qui fera unanimité, c'est sa capacité à proposer de très beaux plans sans jamais verser dans un formalisme maniéré. Ainsi, s'il filme une forêt, il s'attachera à la rendre vivante en filmant les branches sujettes au vent sans que cela soit montré avec ostentation.

Osant mettre sur l'écran des choses incongrues qui échappent à tout réalisme, Alan Eddine Slim peut être comparé à certains cinéastes ésotériques ou symbolistes.

Ainsi, vient aux lèvres le nom d'Apichatpong Weerasethakul, le cinéaste thaïlandais qui obtint la palme d'or à Cannes, pour "Oncle Bonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures", dont les films baignent aussi dans un climat fort en symboles. On pourrait tout aussi bien citer Alejandro Jodorowsky, lui aussi avide d'images surprenantes.

Dans "Sortilège" d'Alan Eddine Slim, on suit la dérive d'un militaire tunisien qui s'extrait du monde pour participer à sa renaissance sous une nouvelle forme.

Pourquoi devient-il silencieux et ne communique-t-il plus que par des textes qui apparaissent sur ses yeux pris en gros plan ? Pourquoi ce nouveau Noé aux élans de Robinson Crusoé reconstruit-il de quoi bâtir une civilisation épurée de tout matérialisme, et, finalement, rend-il l'enfant qu'il a nourri de son sein au vieux monde ?

"Sortilège" d'Alan Eddine Slim est porteur de plus de questions que de réponses. C'est un film qui pourrait être propice à une multitude d'interprétations intellectuelles alors que son auteur, visiblement, ne revendique ni pensée ni philosophie et est encore moins tenté par la métaphysique.

On le sent aimant la nature et ses éléments (eau, feu), cherchant à ramener l'homme vers cette nature pour qu'il communie à nouveau avec elle.

Beau et mystérieux, "Sortilège" d'Alan Eddine Slim abandonne ceux qui l'ont aimé dans une confusion apaisante. On est sous le choc doux d'images vraiment originales et de paradoxes diffus dont on n'aura jamais l'explication.

Quelque part, on se demande si le cinéaste n'élabore pas une cosmogonie cohérente ou s'il se contente, au contraire, de raconter une histoire qui lui passe simplement par la tête.

Peut-être ne faut-il pas chercher plus loin que la contemplation des images dans ce film presque muet, ainsi que l'écoute de la musique post-rock du groupe "Oiseaux-tempête" qui joue un grand rôle pour que ce film-maelström soit une réussite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=