Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Cas Richard Jewell
Clint Eastwood  février 2020

Réalisé par Clint Eatswood. Etats Unis. Drame. 2h (Sortie le 19 février 2020). Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates, Jon Hamm, Olivia Wilde, Nina Arianda, Ian Gomez et Mike Pniewski.

On le disait fatigué après "La Mule", ce film qui aurait pu être son dernier, son film testament. Il s'y mettait en scène comme un vieillard malicieux, mais las, courbé par le poids des années. Quoi qu'il en soit, rien de fatigué, ni de testamentaire dans le dernier film en date de Clint Eastwood.

Ce qui frappe avant tout dans "Le Cas Richard Jewell", c'est la parfaite maîtrise d'un cinéaste sûr de son œuvre, sûr de son art, même s'il serait sans doute le dernier à envisager les choses ainsi. Comme toujours chez Clint Eastwood, à l'instar de ses maîtres - John Ford, William Wellman -, c'est d'abord une bonne histoire qui est à l'origine du film.

Richard Jewell (Paul Walter Hauser), trentenaire sans histoires, devient du jour au lendemain un héros comme l'Amérique les aime : un homme de la rue, qui a fait ce qu'il devait faire, et qui a ainsi sauvé des vies

Richard dit n'avoir fait que son travail : dans la cohue du Centennial Park où il est agent de sécurité, il a repéré un sac suspect, et a insisté auprès des policiers pour faire évacuer le terrain. Le sac contenait une bombe artisanale, qui a explosé, transformant la célébration des Jeux Olympiques d'Atlanta 1996 en deuil national. Mais l'action de Jewell a permis de sauver des dizaines de personne.

L'Amérique a donc un nouveau héros, un homme auquel chacun peut s'identifier, et qui rappelle que dans la patrie de Lincoln et Washington, chacun peut peut un jour avoir son rôle à jouer, et chaque citoyen se distinguer.

Commun, Richard Jewell l'est sur tous les plans : c'est un homme enrobé au visage poupin, un grand enfant plutôt attachant qui vit encore chez sa mère, et qui s'invente en représentant de l'ordre, collectionnant les armes, attendant le moment où il pourra être enfin reconnu par ses pairs comme un véritable policier. Un grand enfant ou un homme frustré, prêt à exploser ?

Très vite, la presse, puis le FBI sèment le doute sur ce héros trop ordinaire pour ne pas être suspect. Une affaire d'héroïsme fait vendre du papier ; une affaire de héros déchu en fait vendre davantage.

Ce cynisme est incarné avec une fougue efficace par un personnage de journaliste aux dents longues, Kathy (Olivia Wilde) à côté de laquelle la Faye Dunaway de Network est un agneau. Manipulatrice, peu scrupuleuse, elle tisse jour après jour une toile dans la quelle Richard Jewell se fait rapidement prendre. A ses côtés, un agent du FBI qui s'acharne sur Jewell, malgré le manque de preuves.

Le pouvoir inique et impitoyable que les institutions peuvent exercer sur un homme isolé est bien sûr l'un des thèmes de prédilection de Clint Eastwood : le héros, après tout, reste un héros solitaire. L'héroïsme de Richard, plus encore peut-être que son geste salvateur au Park, est de résister à la pression des puissants, de ne pas craquer.

Il n'est peut-être pas ce John Wayne qu'on voit dans "Iwo Jima", qui passe à la télévision, rappel ironique de ce qu'est un héros américain. Mais il est, à sa manière, le grain de sable qui vient enrayer une mécanique aveugle et injuste.

Car le film n'accorde que peu de crédit à la thèse de la culpabilité de Jewell : là où on aurait pu imaginer un huis-clos, où on hésiterait sur la véritable nature de Richard, Eastwood balaie vite les doutes pour se recentrer sur l'histoire d'un homme auquel tout est enlevé d'un coup : la vie privée, le respect de ses concitoyens, la loyauté de ses amis.

Reste donc au centre du film une triade en apparence classique : l'accusé, son défenseur, sa mère. Mais entre ces trois personnages, Eastwood dessine une relation extrêmement touchante. Loin de faire simplement de Bobi (Kathy Bates), la mère de Richard, une mère courage, il sait filmer la relation d'interdépendance et de tendresse entre son fils et elle.

Ce qui pourrait apparaître comme une relation toxique - ce grand garçon qui vit encore chez sa mère - devient, à mesure que le film avance, l'histoire, tout simplement, d'un garçon et de sa mère qui traversent une épreuve ensemble.

Une des thématiques de prédilection d'Eastwood, même s'il l'a plus souvent explorée à travers une figure paternelle. A travers cette épreuve, Richard apprend à s'émanciper, à dire non, à vouloir protéger sa mère. Il devient, à sa manière, un autre homme. Il est en cela soutenu par un personnage haut en couleur, son avocat (Sam Rockwell), au verbe haut et aux pantalons courts, qui apporte des touches comiques dans cette tragédie américaine.

Du comique, donc, pour éviter le pathos. Un sentiment d'absurdité, quand la police saisit l'aspirateur et les Tupperware de Bobi. Si le film indigne et révolte, il ne tombe jamais dans le simple pamphlet, trop habité qu'il est par la description de ces vies minuscules broyées par le système, et pour lesquelles le cinéaste n'a que de la tendresse.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=