Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adélaïde Ferrière
Contemporary  (Evidence)  février 2020

Alors que la musique contemporaine, depuis les années 30 et Ionisation de Varèse, sans omettre les œuvres d’Arthur Honegger (les parties N° 2 et N° 7 de Dit des jeux du monde), d’Alexandre Tcherepnine (le 2ème mouvement de sa Symphonie n° 1) ou encore Amadeo Roldan (Ritmica V) s’est vivement intéressée aux percussions pour leur ensemble de timbres, le compositeur Iannis Xenakis (1922-2001) a innové en revenant, à leur fonction première, le rythme, sans pour autant oublier cette richesse de timbres.

Pour autant, les figures rythmiques se circonscrivent souvent chez lui à des cellules minimales, la métrique se complexifie et la pulsation devient souvent comme des jalons, des points de repères, Xenakis construisant sa propre grammaire et son propre vocabulaire rythmique. Comme chez Varèse, l’utilisation des percussions permet de s’émanciper des hauteurs de sons traditionnels.

Les percussions jouent donc un rôle fondamental chez lui, tant sur le nombre d’œuvres que sur la qualité de ces œuvres. Par exemple : sur le total de ses compositions, deux sont pour percussion seule : Psappha (1975) et Rebonds (1987-88), deux œuvres que l’on retrouve dans ce disque, trois sont pour ensembles de percussions : Persephassa (1969, six percussionnistes entourant le public), Pleïades (1978, six percussionnistes), Okho (1989) ; trois pour ensembles de percussions et autre formation : Idmen A (1985, chœur mixte et six percussionnistes), Idmen B (1985, six percussionnistes et chœur éventuel), Zythos (1996, six percussionnistes et trombone)...

Psappha, le titre rappelle le nom de la poétesse antique, de l’île de Lesbos, Sappho. Xenakis va travailler avec la métrique avec les rythmes de la poésie antique (rythmes iambiques...). Des rythmes qui sont agencés pour former des "cribles", soit la sélection de certains points équidistants formant une droite, ces points étant délimités par deux barres verticales : des "mesures". L’instrumentarium est libre et fait appel à la créativité de l'interprète, c’est le musicien qui doit choisir la combinaison exacte de cet instrumentarium. La partition indique six groupes d'instruments (les trois premiers correspondent à des peaux ou des bois et les trois derniers à des métaux).

Rebonds composé en 1987-89 et créé comme Psappha par le percussionniste Sylvio Gualda, a une architecture en deux grandes parties : A et B, qu’on ne peut jouer l’une sans l’autre mais dont l'ordre de jeu n'est pas forcément fixé. L’instrumentarium est légèrement différent : la première n'utilise que les peaux, alors que la seconde introduit en plus des wood-blocks. La partie A est comme un mouvement perpétuel de plus en plus consistant jusqu’à sa propre désintégration. La partie B est tout en contrastes où des accents se déplacent sans cesse d’un instrument à l’autre et se termine par un ardent mouvement circulaire entre tous les instruments.

Ces deux œuvres majeures encadrent le reste du répertoire présent dans ce disque.

"Moi, jeu" de Bruno Mantovani (1955-) est comme une fuite en avant, "Loops II" et "IV" de Philippe Hurel (1955-) sont portées par une énergie rythmique. Le titre notifie et enseigne le principe d'écriture. Le son de l'instrument et les techniques de jeu semblent y importer moins que les mouvements de transformation. Le principe est simple : de petits motifs rythmiques qui se renouvèlent et se transforment peu à peu pour créer de nouvelles boucles.

Écrit en 1984 pour William Moersch, le percussionniste américain, "After Syrinx II" est la deuxième des œuvres que Richard Rodney Bennett (1936-2012) a composées sur la base de Syrinx (1913) de Debussy pour flûte solo. Si on retrouve la fameuse arabesque, le compositeur britannique sans perdre de vue un certain impressionnisme y explore les techniques sérielles et y fait également usage de séquences où les mouvements sont caractérisés par des variations de texture et de tempéraments.

"Omar" de Franco Donatoni (1927-2000), subtil jeu de timbres (dualité entre baguettes molles et baguettes dures) est comme un organisme vivant en perpétuelle évolution : vers l’amoindrissement pour le premier mouvement et à l’opposé vers l’accroissement dans le second mouvement.

Tout du long Adélaïde Ferrière se montre impériale, subjugante dans la pièce de Philippe Hurel et dans Psappha.

Alors on s’imagine la musicienne, avec son regard porté vers l’avenir, ses gestes, car l'extraordinaire virtuosité qu’exigent ces œuvres demande une succession de gestes d’une précision folle, des gestes qui se transforment tout naturellement en ballet...

 

En savoir plus :
Le site officiel de Adélaïde Ferrière
Le Soundcloud de Adélaïde Ferrière
Le Facebook de Adélaïde Ferrière


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=