Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Etat sauvage
David Perrault  février 2020

Réalisé par David Perrault. France. Western/Romance. 1h58 (Sortie le 26 février 2020). Avec Alice Isaaz, Kevin Janssens, Déborah François, Bruno Todeschini, Constance Dollé, Armelle Abibou, Maryne Bertieaux et Kate Moran.

Il serait facile de définir le deuxième film de David Perrault comme un "western à la française".

A l'instar de son premier long-métrage, "Nos héros sont morts ce soir" (2013), où il rendait hommage à un certain cinéma français d'atmosphère ("Touchez pas au Grisbi" de Jacques Becker, "Bob le flambeur" de Jean-Pierre Melville) plus qu'au "policier à la française", ici, son cinéma s'apparente non pas au western mais à un cinéma historique hors métropole, un genre jamais vraiment défini, avec des fleurons comme "Coup de Torchon" de Bertrand Tavernier ou "Poussière d'Empre" de Lam lê, voir "Les Caprices d'un fleuve" de Bernard Giraudeau.

On pourrait presque parler de néo "cinéma colonial à la française" si quelqu'un avait eu l'idée d'en définir le genre. Edmond, joué par Bruno Todeschini, a emmené sa famille en Amérique du Nord, non pas forcément pour immigrer définitivement, mais pour faire de l'import-export de parfums français avec les riches habitants du nouveau continent. On l'imagine fortune faite ayant la possibilité de revenir en France.

Comme on est à la fin de la guerre de Sécession, et qu'il est par nécessité économique dans un état sudiste, le Missouri, où se trouve ses principaux clients, il est pris au piège. L'Empereur Napoléon III avait conseillé à ses sujets partis outre-atlantique de rester neutres dans le conflit Nord-Sud. Mais l'irruption brutale des "barbares nordistes" dans le Sud élégant rend cette position intenable : la famille française va donc chercher à gagner la côte pour revenir au pays.

C'est une longue marche, une errance inédite que filme le cinéaste en s'attachant aux rapports très tendus entre les membres de cette famille. S'il y a des éléments s'approchant du "western", ils découlent des activités pas toujours claires d'Edmond qui provoquent la colère d'une bande menée par Bettie (Kate Moran). On est alors plus, encore une fois, dans un registre imprévu, celui d'un fantastique historique, comparable à celui du "Pacte des Loups" de Christophe Ganz.

"L'Etat sauvage" de David Perrault est un film qui brouille constamment les pistes et ses registres puisqu'il ajoute encore une autre dimension : celle qu'on pourrait appeler "féminine", voire "féministe". En effet, à l'exception du père et d'un guide, tout le reste du groupe est composé de femmes : la mère, ses trois filles, et de la gouvernante-maîtresse du père, de surcroît noire sans que cela aboutisse à ce qu'on en attend car Perrault ne joue jamais la carte raciale.

En plaçant des acteurs français ou francophones dans des lieux et à une époque où on les a rarement ou jamais vus, celui-ci fait une nouvelle preuve d'originalité. Il en revient toutefois à un affrontement primaire entre cette entité française "off shore" et les méchants dirigés eux aussi par une femme étrange.

On sent que David Perrault, par ailleurs scénariste, se plaît à créer un climat inattendu, à placer d'excellents comédiens dans ce faux western et à construire tout ce qui découle de ses hypothèses de départ.

On se laissera ainsi porter par les péripéties de "l'Etat sauvage" de David Perrault, joliment filmées et rendues crédibles par une distribution quasiment sans faute où l'on découvrira en Kevin Janssens celui qui concurrencera désormais Matthieu Schoenaerts.

On se demandera aussi avec impatience où Perrault rebondira lors de son prochain long métrage... Suspense !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=