Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Etat sauvage
David Perrault  février 2020

Réalisé par David Perrault. France. Western/Romance. 1h58 (Sortie le 26 février 2020). Avec Alice Isaaz, Kevin Janssens, Déborah François, Bruno Todeschini, Constance Dollé, Armelle Abibou, Maryne Bertieaux et Kate Moran.

Il serait facile de définir le deuxième film de David Perrault comme un "western à la française".

A l'instar de son premier long-métrage, "Nos héros sont morts ce soir" (2013), où il rendait hommage à un certain cinéma français d'atmosphère ("Touchez pas au Grisbi" de Jacques Becker, "Bob le flambeur" de Jean-Pierre Melville) plus qu'au "policier à la française", ici, son cinéma s'apparente non pas au western mais à un cinéma historique hors métropole, un genre jamais vraiment défini, avec des fleurons comme "Coup de Torchon" de Bertrand Tavernier ou "Poussière d'Empre" de Lam lê, voir "Les Caprices d'un fleuve" de Bernard Giraudeau.

On pourrait presque parler de néo "cinéma colonial à la française" si quelqu'un avait eu l'idée d'en définir le genre. Edmond, joué par Bruno Todeschini, a emmené sa famille en Amérique du Nord, non pas forcément pour immigrer définitivement, mais pour faire de l'import-export de parfums français avec les riches habitants du nouveau continent. On l'imagine fortune faite ayant la possibilité de revenir en France.

Comme on est à la fin de la guerre de Sécession, et qu'il est par nécessité économique dans un état sudiste, le Missouri, où se trouve ses principaux clients, il est pris au piège. L'Empereur Napoléon III avait conseillé à ses sujets partis outre-atlantique de rester neutres dans le conflit Nord-Sud. Mais l'irruption brutale des "barbares nordistes" dans le Sud élégant rend cette position intenable : la famille française va donc chercher à gagner la côte pour revenir au pays.

C'est une longue marche, une errance inédite que filme le cinéaste en s'attachant aux rapports très tendus entre les membres de cette famille. S'il y a des éléments s'approchant du "western", ils découlent des activités pas toujours claires d'Edmond qui provoquent la colère d'une bande menée par Bettie (Kate Moran). On est alors plus, encore une fois, dans un registre imprévu, celui d'un fantastique historique, comparable à celui du "Pacte des Loups" de Christophe Ganz.

"L'Etat sauvage" de David Perrault est un film qui brouille constamment les pistes et ses registres puisqu'il ajoute encore une autre dimension : celle qu'on pourrait appeler "féminine", voire "féministe". En effet, à l'exception du père et d'un guide, tout le reste du groupe est composé de femmes : la mère, ses trois filles, et de la gouvernante-maîtresse du père, de surcroît noire sans que cela aboutisse à ce qu'on en attend car Perrault ne joue jamais la carte raciale.

En plaçant des acteurs français ou francophones dans des lieux et à une époque où on les a rarement ou jamais vus, celui-ci fait une nouvelle preuve d'originalité. Il en revient toutefois à un affrontement primaire entre cette entité française "off shore" et les méchants dirigés eux aussi par une femme étrange.

On sent que David Perrault, par ailleurs scénariste, se plaît à créer un climat inattendu, à placer d'excellents comédiens dans ce faux western et à construire tout ce qui découle de ses hypothèses de départ.

On se laissera ainsi porter par les péripéties de "l'Etat sauvage" de David Perrault, joliment filmées et rendues crédibles par une distribution quasiment sans faute où l'on découvrira en Kevin Janssens celui qui concurrencera désormais Matthieu Schoenaerts.

On se demandera aussi avec impatience où Perrault rebondira lors de son prochain long métrage... Suspense !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=