Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Transmission
Théâtre Hébertot  (Paris)  février 2020

Comédie dramatique de Bill C. Davis, mise en scène de Steve Suiss, avec Francis Huster et Valentin de Carbonnières.

Succès théâtral durant de nombreuses saisons sous le titre "L'affrontement", "Mass apeal" la pièce de Bill C.Davis créée en 1980 à Broadway et jouée en France depuis une vingtaine d'années revient avec un autre titre : "Transmission" dans une nouvelle adaptation de Davy Sardou. Il en résulte une pièce encore plus moderne aux dialogues particulièrement percutants.

Tim Farley est un prêtre populaire avec de la bouteille (au propre comme au figuré) qui brosse ses paroissiens dans le sens du poil lors de sermons où il fait (souvent un peu trop imbibé de whisky) le spectacle. Lors d'une messe où il propose hilare un "sermon-dialogue" (qui est surtout prétexte surtout à un numéro de plus de sa part), il est interpellé par un jeune homme.

Il s'agit de Mark Dolson, qui se trouve être séminariste et l'interroge notamment sur l'ordination des femmes. Déconcerté, Farley clôt le débat mais retrouve le jeune séminariste peu de temps après dans son bureau car il est chargé par son supérieur hiérarchique de l'accueillir dans sa paroisse et de l'encadrer.

Ces deux personnalités aux styles et visions très différentes de l'église vont rapidement s'opposer sur de nombreux sujets, à commencer sur la manière de faire un sermon. Dolson reproche à Farley la démagogie des siens et veut mettre à profit ces temps de paroles pour traiter des questions morales qui lui sont importantes.

Farley, désarçonné par ce jeune idéaliste qui remet en question la façon dont il prêche depuis des décennies, ne peut s'empêcher pourtant d'être interpellé. Il lui conseille cependant pour ne pas risquer sa carrière, de mettre de l'eau dans son vin (et non pas du whisky dans son verre).

Mark Dolson ordonné diacre, Farley lui propose de faire le sermon de la prochaine messe. Dolson suit d'abord les conseils du prêtre mais vite agacé par la réaction des fidèles, leur dit finalement ce qu'il pense d'eux et de la société. Il ne tardera pas à être exclu de l'église par le Monseigneur Burke, le supérieur de Farley. Farley défendra t-il le jeune exalté ? 

La pièce de Bill C.Davis n'a pas vieillie et, dans la nouvelle version de Davy Sardou, parle avec encore plus d'actualité de thèmes comme la vie de prêtre ou des positions de l'église aujourd'hui. Au delà de la paroisse dont il question, elle traite de façon universelle de questions fondamentales liées à toutes les religions.

Francis Huster, qui avait déjà joué le rôle de Farley avec Davy Sardou il y a une quinzaine d'années, trouve ici sans doute son meilleur rôle. Dans un personnage où il peut donner libre cours à sa fantaisie et jouer une large palette d'émotions dans l'évolution de cet homme qui se remet peu à peu en question, il est magistral.

Face à lui, Valentin de Carbonnières, époustouflant dans "7 morts sur ordonnance", est une nouvelle fois étonnant de justesse. Crédible de la première à la dernière minute dans ce personnage intègre pour qui l'Eglise est une vocation absolue, il forme avec Francis Huster un duo complémentaire et exceptionnel.

On suit avec une tension qui ne faiblit pas l'évolution des deux personnages et de leurs rapports dans un huis-clos, brillamment orchestré par Steve Suissa (qui connaît bien Francis Huster pour l'avoir dirigé à maintes reprises), où chacun finira par confesser à l'autre sa propre vérité.

Ce face à face passionnant est incontestablement un grand moment de théâtre.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=