Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cyril Adda
Interview  (La Boule Noire, Paris)  dimanche 6 octobre 2019

A l'occasion de la sortie de son album L'îlot, nous avons eu le plaisir de passer une journée avec Cyril Adda. C'était l'occasion de tourner une session et de s'entretenir avec lui.

Quel a été ton parcours avant de réaliser ce disque ?

Cyril Adda : Mon parcours dans la musique est assez large puisque j'ai commencé, dans les années 2000, par des études de technicien son. Auparavant, comme musicien, au lycée, je faisais partie d'un groupe de jazz. Très rapidement, je me suis converti à la chanson grâce à Jean-Louis Murat, car j'ai été stagiaire sur un de ses albums, Madame Deshoulières, pendant un mois. C'était en 2000. C'est donc Jean-Louis Murat qui, lors de cette expérience, m'a donné envie de me tester vocalement, et aussi de me lancer dans l'écriture. C'est quelqu'un que j'ai beaucoup admiré.

Dans les années 2000, j'ai eu un premier groupe de chanson, qui s'appelait les Rats De Marée. C'était de la chanson festive, mais pas uniquement. J'y gardais mes influences jazz, et l'écriture était réaliste ou poétique. C'était un peu une tendance de l'époque avec les Ogres de Barback ou les Têtes Raides. Rapidement, influencé par d'autres mouvements musicaux, j'étais tenté d'essayer autre chose. En 2010, j'ai commencé un projet solo, plutôt folk, en m'accompagnant à la guitare et à l'harmonica. Je me suis lancé à l'assaut des cafés de la capitale. Et petit à petit, j'ai commencé à voyager en France.

Le premier morceau que j'ai entendu de toi, tu étais au piano. Là, je te retrouve à la guitare. Comment s'est passée cette évolution ?

Cyril Adda : En 2010, je débute dans les cafés avec une guitare parce que c'est beaucoup plus pratique à transporter. Mais assez rapidement, j'ai envie de retrouver le côté de jazz que j'avais à l'adolescence. Je me disais que c'était aussi un moyen de faire des sets plus longs en variant les instruments. Dès 2013, le piano se retrouve instrument central de mon projet chanson qui lui-même évolue vers une formule trio avec contrebasse. Cette formule chanson-jazz m'a suivi jusqu'à l'enregistrement de mon deuxième EP Epreuves, en 2016. C'est sur ce disque qu'on trouve le fond de mon répertoire, des chansons que je joue depuis 2010. Je suis toujours content d'avoir le piano sur scène, mais c'est vrai que sur mon premier album, L'Îlot, j'ai un peu gommé les aspects jazzy de ma musique.

On retrouve sur cet album uniquement des chansons nouvelles ou aussi des chansons qui datent de tes débuts ?

Cyril Adda : Il y a effectivement des chansons très anciennes comme "L'Ours Polaire" ou "Le Taulard", que je chantais déjà en 2011. À l'époque, je ne me sentais pas prêt à les enregistrer. Elles sont longtemps restées à l'état de maquette en attendant de les laisser mûrir. De 2011 à 2019, ça fait une très longue période. Heureusement, leur forme et les arrangements ont évolué. Je les ai gardées sur l'album, parce qu'en concert elles me sont demandées et je continue de les interpréter. D'autres chansons de mon répertoire du début, comme les chansons anglophones, ont disparu. Mais il y a aussi sur ce disque des titres plus récents comme "L'îlot" ou "Thérapie".

Concernant l'enregistrement, s'agit-il uniquement de sessions récentes?

Cyril Adda : Il y avait des maquettes au début. Ensuite, en 2016, un premier EP enregistré en trio. On retrouve sur L'Îlot, quelques enregistrements qui datent de cette période. Les autres chansons ont été enregistrées en 2018. C'est un long processus.

Comme tu l'as dit, tu as eu une période anglophone. Comment le Français s'est-il imposé à toi comme langue d'écriture ?

Cyril Adda : Au départ, lorsque je me suis mis au chant, j'ai fait de la chanson. J'ai développé des processus d'écriture en français. L'envie d'aller vers la langue anglaise s'est rajoutée après. Ça m'a plu d'avoir un répertoire mixte. C'était plus facile à assumer dans des bars en mode folk. Il a fallu que je fasse un choix, artistique, stratégique si l'on veut. Le réseau que j'étais en train de mettre en place par l'intermédiaire des tremplins chanson française, des professionnels que je rencontrais, ainsi que le retour du public, m'ont amené à aller d'abord vers la chanson. En scène d'été, je glissais parfois une chanson en anglais dans mon répertoire. Mais c'était plus cohérent de présenter mon projet comme celui d'un artiste solo qui chante en français.

Je m'attendais à ce que tu me parles de la narration. Tes chansons racontent des histoires. Je pensais que, dans ces cas-là, l'écriture française était plus évidente.

Cyril Adda : Ce qui m'a amené à la chanson, c'était d'abord l'envie de travailler ma voix comme un instrument, même si ça a été un long processus. Ensuite, pour l'écriture, j'ai encore du mal à aller vers de la poésie ou quelque chose de totalement abstrait. J'ai eu besoin, pendant très longtemps, de raconter des histoires. Je ne suis pas un narrateur. Je ne me sens pas capable de faire du slam. Même parler sur scène durant les interchansons m'intimide encore un peu. J'ai longtemps éprouvé le besoin de me cacher derrière ma voix. Si je suis sur scène, c'est pour raconter quelque chose au public.

Quels sont les artistes dont tu te sens proche aujourd'hui ? Et quels sont ceux que tu considères comme des exemples ?

Cyril Adda : Pendant très longtemps, j'ai beaucoup écouté Thomas Fersen. C'est peut-être lui qui m'a amené du côté de la narration. Il parvenait à instaurer des ambiances à travers la musique, celle-ci était soit en contrepoint par rapport aux paroles, soit totalement raccord. Je trouvais ça très intéressant de faire une chanson triste avec une musique joyeuse, ou inversement, et d'avoir en même temps un propos fort, une narration, une ambiance. Ce que fait Thomas Fersen est très littéraire.

À l'inverse, moi, j'ai envie parfois de me laisser bercer par les sons, de décrocher de l'aspect purement littéraire du texte. En cela, mes chansons peuvent apparaître parfois comme de la variété. C'est un aspect que j'assume dans ma musique. Aujourd'hui, j'avoue une attirance pour les musiques actuelles. Si le rythme est plus présent, j'assume aussi des paroles plus légères. J'essaie néanmoins de garder les deux dans mon répertoire. Même pour les auditeurs, c'est plus confortable de pouvoir parfois décrocher un peu des paroles. J'essaie de faire voyager le public entre des choses qui font réfléchir et d'autres un peu plus légères. Parfois, en tant qu'artiste émergent, tu as souvent à faire à un public qui ne te connait pas. Il faut donc aussi aller le chercher par autre chose que la narration.

En fonction de ce que tu expliques, et puisque cet album a été enregistré en 2018, quelle direction prend ton projet actuellement ?

Cyril Adda : J'ai envie de porter ce disque sur scène. En live, je mélange encore les chansons jazzy du premier EP avec celles de ce nouvel album. Ça me permet, petit à petit, d'emmener les spectateurs vers d'autres horizons, des premiers titres un peu smooth jazz vers des univers plus personnels ou des textes un peu plus en connexion avec la société. Avec les musiciens, lorsque nous interprétons "L'Insouciance", on s'éclate bien.

Ce n'est pas toujours facile de trouver l'harmonie entre les mots, l'énergie, l'ambiance. Ce que je présente au public ressemble un petit peu à ma personnalité. Je ne peux pas être en permanence dans la ballade, je m'assoupirais moi-même, mais je ne suis pas non plus un rockeur. En complément de ce disque, c'est également sur scène que je présente en toute sincérité ce qui m'a animé durant les dix dernières années de ma vie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sélection singles & EP de Why Elephant - Louise Thiolon - Cyril Adda
La chronique de l'album L'îlot de Cyril Adda

En savoir plus :
Le site officiel de Cyril Adda
Le Soundcloud de Cyril Adda
Le Facebook de Cyril Adda

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Cyril Adda (06 octobre 2019)


# 19 septembre 2021 : Au revoir l'été

Il n'a jamais fait aussi beau qu'en cette fin d'été, profitons-en pour sortir, au théâtre, au cinéma, au musée, dans vos librairies et chez vos disquaires. Si vous manquez d'idées, voici notre petite sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Chausson - Ravel - Enescu" de David Grimal & Les Dissonnances
"Marcel Lattès : le diable de Paris" de Les Frivolités Parisinnes
"The Free Design", nouveau mix de la nouvelle saison de Listen In Bed
"Onze heures onze orchestra volume 3" de Onze Heures Onze Orchestra
découvrez Temps Calme, Eau Rouge, The Blinds Suns, Ottis Coeur et The Soulphoenixs dans cette petite sélection
"Hard days fuzzy nights" de The Freaky Buds
"De pelicula" de The Liminanas et Laurent Garnier
"Spaceshipone" de The Volunteered Slaves
et toujours :
"Fever dreams" de Villagers
"Sankofa" de Amaro Freitas
"Incidents" de Black Ink Stain
"Les géantes" de Duo du Bas
"Apocalypsna" de Eliz Murad qui nous en parle en interview
"Saturday night, sunday morning" de Jake Bugg
"Jean Baptiste Lully : Ballet royal de la naissance de Vénus" de Les Talens Lyriques
"Froggy's Delight", le meilleur titre d'émission jamais trouvé, et c'est celui de la première émission de Listen In Bed pour sa saison 3 !
"Vivaldi, l'âge d'or" de Marianne Piketty & le Concert Idéal
"Chrysta bell sings The Cure" de Strange as Angels

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet. Not a musical, not at all" au Théâtre 13-Glacière
"Tu es vraiment si pressé ?" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Le Grand départ" au Théâtre La Flèche
"Guten Tag Madame Merkel" au Théâtre La Flèche
"Premier Amour" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
les reprises :
"Correspondance avec la Mouette" au Théâtre La Reine Blanche
"Al Atlal, chant pour ma mère" à la MC93 à Bobigny
"Karine Dubernet - "Souris pas !" à l'Apollo Comedy
et les autres spectacles de la rentrée

Expositions :

"Vivian Maier" au Musée du Luxembourg
dernière ligne droite pour :
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer"au Musée Marmottan-Monet
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
dans le registre Oldies but Goodies "Via Margutta" de Mario Camerini
en streaming gratuit :
"La Fille inconnue" de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne
"Sibel" de Guillaume Giovanetti et Cagla Zencirci
un cyle Brunot Dumont en 5 flms
"Twentynine Palms"
"Hadewijch"
"La Vie de Jésus"
"Flandres"
"L'Humanité"

Lecture avec :

"Celle qui brûle" de Paula Hawkins
"Okoalu" de Véronique Sales
"Poudre blanche Sable d'or" de Matthieu Luzak
"Quand tu viens me voir ?" de Charles Berberian
"Shuggie bain" de Douglas Stuart
"Si maintenant j'oublie mon ile" de Serge Airoldi
et toujours :
"L'enfant de poussière, la peste et la vigne" de Patrick K. Dewdney
"L'éternel fiancé" de Agnès Desarthe
"La commode aux tiroirs de couleurs" de Olivia Ruiz
"Les soeurs de Montmorts" de Jérôme Loubry
"Nouvelle histoire de la Shoah" de Alexandre Bande, Pierre Jérôme Biscarat & Olivier Lalieu
"Plasmas" de Céline Minard
"Une autre guerre" de John A. Lynn II

Du côté des jeux vidéos :

"Chivalry 2" sur PS4, PS5, Xbox Series et Windows
"Ghosts'n Goblins Resurrection" sur Switch, PS4, Xbox One et Windows
Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=