Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pélleas et Mélisande
Ateliers Berthier  (Paris)  février 2020

Drame de Maurice Meterlinck, mise en scène de Julie Duclos, avec Vincent Dissez, Philippe Duclos, Stéphanie Marc, Alix Riemer, Matthieu Sampeur et Emilien Tessier.

Quand on pense à Pelléas et Mélisande, vient immédiatement en tête la musique de Claude Debussy. Pas forcément l'oeuvre du prix Nobel belge qui a inspiré le musicien. Il faut dire que Maurice Maeterlinck porte en lui une réputation d'auteur ésotérique, ennuyeux et daté.

C'est donc un pari risqué de la part de Julie Duclos d'avoir voulu le remonter. Pour y parvenir, elle ne s'est pas départie de ce qu'on connaît d'elle, à commencer par l'utilisation de la vidéo, par un travail subtil sur le son et les voix et par une volonté de simplifier, d'épurer au maximum les décors.

Ainsi, la mystérieuse forêt qui entoure le châteu et dans laquelle Golaud (Vincent Dissez) découvre Mélisande (Alix Riemer) fait surtout l'objet de la vidéo introductive. Filmée par Quentin Vigier en noir et blanc, la séquence n'a pas la force symboliste qu'elle aurait si elle avait subi un traitement couleur.

Pour caractériser le royaume décadent du roi Arkel (Philippe Duclos), père de Golaud et de Pelléas (Matthieu Sampeur), elle s'appuie sur une construction à deux étages, aux larges pièces peu encombrés, à l'image de la chambre où repose Mélisande. On est loin de l'ambiance gothique, moyenâgeuse à laquelle on s'attend avec surcharge de meubles, de trophées et d'objets de quincaillerie hétéroclite.

Julie Duclos s'attache à l'essentiel : au mystère du texte, à sa poésie si caractéristique de la fin du 20ème siècle. Le drame qui lie le trio majeur de la pièce (Golaud, Pelléas et Mélisande) est à a fois simple et dénué d'une explication rationnelle. Maeterlinck compte principalement sur la beauté de son texte et la grandeur d'âme de ses personnages pour que naisse de cette histoire légendaire la leçon d'humanité qu'il souhaite délivrer.

Devant l'épure accomplie par Julie Duclos, on ne pourra plus dire que "Pelléas et Mélisande" est une œuvre absconse. Tout au contraire, elle est ici limpide dans son récit... tout en gardant une part du mystère cher à son auteur.

Si l'on veut trouver quelques réserves à cette version qui fera date, elles sont peut-être à chercher dans l'interprétation de Pelléas et de Mélisande. Les deux jeunes acteurs sont prometteurs, mais il leur faudrait un peu plus de métier pour construire des personnages complexes, remplir leurs aspérités et réussir la synthèse excessivement difficile entre exaltation et résignation. Vincent Dissez y parvient mieux dans le rôle de Goleau.

Il est évident qu'une pièce aussi riche que "Pelléas et Mélisande" ne prend tout son sens qu'au bout d'un certain nombre de représentations et qu'elle n'a pas encore atteint son rythme de croisière. Ce n'est sans doute qu'après cela que le travail précis et précieux de Julie Duclos aura trouvé le chemin de l'émotion pure qui lui manque encore.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=