Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pélleas et Mélisande
Ateliers Berthier  (Paris)  février 2020

Drame de Maurice Meterlinck, mise en scène de Julie Duclos, avec Vincent Dissez, Philippe Duclos, Stéphanie Marc, Alix Riemer, Matthieu Sampeur et Emilien Tessier.

Quand on pense à Pelléas et Mélisande, vient immédiatement en tête la musique de Claude Debussy. Pas forcément l'oeuvre du prix Nobel belge qui a inspiré le musicien. Il faut dire que Maurice Maeterlinck porte en lui une réputation d'auteur ésotérique, ennuyeux et daté.

C'est donc un pari risqué de la part de Julie Duclos d'avoir voulu le remonter. Pour y parvenir, elle ne s'est pas départie de ce qu'on connaît d'elle, à commencer par l'utilisation de la vidéo, par un travail subtil sur le son et les voix et par une volonté de simplifier, d'épurer au maximum les décors.

Ainsi, la mystérieuse forêt qui entoure le châteu et dans laquelle Golaud (Vincent Dissez) découvre Mélisande (Alix Riemer) fait surtout l'objet de la vidéo introductive. Filmée par Quentin Vigier en noir et blanc, la séquence n'a pas la force symboliste qu'elle aurait si elle avait subi un traitement couleur.

Pour caractériser le royaume décadent du roi Arkel (Philippe Duclos), père de Golaud et de Pelléas (Matthieu Sampeur), elle s'appuie sur une construction à deux étages, aux larges pièces peu encombrés, à l'image de la chambre où repose Mélisande. On est loin de l'ambiance gothique, moyenâgeuse à laquelle on s'attend avec surcharge de meubles, de trophées et d'objets de quincaillerie hétéroclite.

Julie Duclos s'attache à l'essentiel : au mystère du texte, à sa poésie si caractéristique de la fin du 20ème siècle. Le drame qui lie le trio majeur de la pièce (Golaud, Pelléas et Mélisande) est à a fois simple et dénué d'une explication rationnelle. Maeterlinck compte principalement sur la beauté de son texte et la grandeur d'âme de ses personnages pour que naisse de cette histoire légendaire la leçon d'humanité qu'il souhaite délivrer.

Devant l'épure accomplie par Julie Duclos, on ne pourra plus dire que "Pelléas et Mélisande" est une œuvre absconse. Tout au contraire, elle est ici limpide dans son récit... tout en gardant une part du mystère cher à son auteur.

Si l'on veut trouver quelques réserves à cette version qui fera date, elles sont peut-être à chercher dans l'interprétation de Pelléas et de Mélisande. Les deux jeunes acteurs sont prometteurs, mais il leur faudrait un peu plus de métier pour construire des personnages complexes, remplir leurs aspérités et réussir la synthèse excessivement difficile entre exaltation et résignation. Vincent Dissez y parvient mieux dans le rôle de Goleau.

Il est évident qu'une pièce aussi riche que "Pelléas et Mélisande" ne prend tout son sens qu'au bout d'un certain nombre de représentations et qu'elle n'a pas encore atteint son rythme de croisière. Ce n'est sans doute qu'après cela que le travail précis et précieux de Julie Duclos aura trouvé le chemin de l'émotion pure qui lui manque encore.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=