Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Panic Party - The Psychotic Monks
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 20 février 2020

Trio énergique de musiciens stéphanois, Panic Party plante le décor : la soirée sera rock ou ne sera pas. Du garage rock qui vient du garage et sort un peu dans le jardin, des morceaux rapides, courts et efficaces. Quelques reprises, des créations originales, ils ne payent pas de mine et envoient leurs accords comme on sème le vent. Du bout des doigts et sans y penser vraiment.

Les mélodies en anglais tirent vers le pop, les rythmes virent vers le punk, les cordes tendent vers le rock, c’est comme sauter sur le lit au réveil, ça rend l’humeur du pied droit et ça frise les moustaches. Léger et sans prétention, Panic Party quitte la scène comme il est entré, la démarche nonchalante de ceux qui font ce qu’ils veulent.

The storm is coming. Quatre types sapés comme des mormons un dimanche de fiançailles, des velours côtelé feu-au-plancher sur une musique animale sortie tout droit du cœur de la bête. La viscérale, celle qu’on aime invoquer les soirs de pleine lune et les matins comme ça. Dément.

Nous, publics, simples mortels, embarquons pour une mise en abîme d’idées délirantes et d’hallucinations, de pensées qui s’enchevêtrent dans toutes les directions et de transes hypnotiques. Ce n’est pas pour rien que ces gars-là se sont baptisés The Psychotic Monks. Bien leur en a pris. Le quatuor, à la fois obscur et psychédélique, pousse la limite de la mélodie à des onomatopées percutant les quatre coins de la scène. Comme une agonie mystique. Et on en redemande.

Ils remplissement l’espace d’un son enveloppant, tendu entre mystères brumeux et colères des éléments, ils sont à l’expérimentation ce que le frisson est à l’extase. Indispensables. A de longues et lentes plages aux allures de marche funèbre se succèdent des saccades épileptiques à en brouiller la vision. Ils sont habités, c’est certain, d’incertains et de combats épiques, de révoltes anciennes et de légendes insalubres. Ils sont ailleurs. Et nous y emmènent.

Electronique, fondamentalement rock ou foutrement fuck, la syntaxe se perd dans les morceaux joués comme on va en guerre, changeant les honnêtes en une horde indisciplinée assoiffée de rage et de sensations. The Psychotic Monks est un, il incarne ce qui subsiste quand il ne reste rien. Indomptés et fougueux dans la noirceur et la violence. Sauvages.

La musique est exutoire et délirante. Les percussions délivrent le reptilien de ses cases sociales, les musiciens secoués de soubresauts vont et viennent dans le tumulte de la salle. Fièvre, onirisme et conscience éclairée de flash stroboscopiques. Delirium tremens quand tu nous tiens.

La musique a des allures cinématographiques, les musiciens se cherchent, se trouvent, s’interrogent et se répondent comme on teste l’écho, de loin en loin avec une espièglerie non feinte. C’est qu’ils s’amusent. Ça tombe bien, nous aussi. C’te claque.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ep1 de Panic Party
The Psychotic Monks en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
L'interview de The Psychotic Monks (vendredi 12 juillet 2019)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Panic Party
Le Soundcloud de Panic Party
Le Facebook de Panic Party
Le Bandcamp de The Psychotic Monks
Le Facebook de The Psychotic Monks

Crédits photos : Eric Ségelle (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=