Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
Interview réalisée par Radio Evasion  (Brest)  10 novembre 2005

Rencontre avec Da Silva, jeune auteur-comosisteur-interprète qui vient de sortir son premier album Décembre en été.

Manu Da Silva, tu as sorti ton album Décembre en été, il y a quelques semaines. Peux-tu nous parler de la naissance de ce disque. Tu n'en es pas à ta première expérience musicale me semble-t-il ?

Da Silva : Moi, j'ai commencé la musique à l'âge de 12 ans. Je viens d'une famille de parents d'immigrés qui habitait dans une petite une banlieue de province. Il y avait un centre social en bas de chez moi avec des mecs qui jouaient du punk rock comme les Ramones et tout ça… Moi, j'adorais leurs pompes, leurs blousons et leur musique alors je me suis acheté une guitare électrique et j'ai commencé à faire du punk. Les années ont passé, je te parle de ça, il y a quinze ans. Mais, j'ai toujours composé à la guitare folk. J'ai composé des chansons à la guitare folk et au moment de prendre une guitare électrique, de mettre une batterie et tout, je me suis dit "Mais attends, c'est très jolie comme ça. Ben, je garde tout". Voilà.

Ça vient aussi de l'écriture en français. Tu écrivais avant en anglais et en espagnol ?

Da Silva : En anglais, en espagnol, en français, les trois. En fait dans une même chanson, je mélangeais.

J'ai lu que tu souhaitais faire quelque chose d'assez brute pour Décembre en été.

Da Silva : Ouais, c'est vrai. J'ai voulu que ce soit dépouillé, incisif et qu'il y ait une matière assez brute comme du granit. Je ne souhaitais pas lécher une production, ça ne m'intéressait pas. C'est une forme d'extrémité aussi, et on peut aussi avoir de la tension sur une guitare acoustique. Si le morceau est bon, il sonne sur toutes les guitares.

Comment s'est déroulé l'enregistrement de l'album ?

Da Silva : Je l'ai enregistré chez moi. Ce que j'ai voulu garder, c'et l'intention plus que la technique. Ce que j'ai voulu garder, c'est ce petit moment de magie qui se passe au début quand tu crées le morceau. Donc, j'ai tout enregistré chez moi. Après, on est passé en studio avec Dominique Ledudal. Là, on a enregistré des mandolines avec Pierre Sangra, du piano avec Albin de la Simone, à qui j'ai proposé des titres et qui sont venus joués dessus et puis le duo avec Françoiz Breut. Et on a refilé le bébé à Renaud Létang, le mixeur de Manu Chao, Souchon, qui lui, dans tout ce bordel de pistes, a su faire en sorte que ça sonne.

Pourrais-tu nous parler de ton duo avec Françoiz Breut sur le titre "Décembre en été" ?

Da Silva : En fait quand j'ai écrit "Décembre en été", c'est après avoir lu un livre de Besson qui s'appelait Les jours fragiles. Ce livre racontait les derniers jours d'Arthur Rimbaud, de son dernier voyage lorsqu'il allait rejoindre l'Afrique, il va décéder à Marseille… Il était avec sa sœur dans le train. Et donc j'ai besoin d'une voix féminine, une résonance quoi. Je marque trois noms sur une liste - je ne te donnerai pas les deux autres - et je vais voir Vincent Frèrebeau, le patron du label Tôt ou Tard. Je lui dis "Voilà avec qui je veux chanter "Décembre en été" " Il me dit, "La première que tu as marquée, elle va être signée sur le label très bientôt, son album est enregistré, je la signe en licence". Du coup, ça s'est fait naturellement et après l'avoir rencontrée c'était génial, donc roule…

Ta rencontre avec le label Tôt ou Tard s'est faite comment ? On en parle souvent comme un label très familial, privilégiant avant tout l'artiste..

Da Silva : Ben disons, que moi, c'est le seul qui me parlait musique et qui ne parlait pas que argent. Donc pour un artiste c'est important. J'avais d'autres propositions mais celle-là était la plus aboutie artistiquement. Et puis j'ai trouvé autre chose qu'une maison de disque, j'ai trouvé une équipe super soudée qui est à l'écoute des artistes, donc j'ai dit bingo.

On t'a découvert sur le double album du label Tôt ou Tard, Plus tôt plus tard, avec une magnifique reprise de "l'Espace" de Mathieu Boogaerts, en duo avec Bastien Lallement.

Da Silva : C'était une chouette collaboration. "L'Espace", je trouve que c'est un morceau énorme de Mathieu Boogaerts. Moi, je ne suis pas trop à faire des bœufs avec des gens, tout ça. Mais là, ça s'imposait. J'ai dit OK, on y va.

Un grand merci à Manu Da Silva

Merci également à Marianne de Tôt ou Tard pour l'organisation de la rencontre.

Interview réalisée pour Radio Evasion , radio de l'Aulne Maritime

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album La Distance de Da Silva
La chronique de l'album L'Aventure de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (jeudi 29 mars 2018)

En savoir plus :

Da Silva chez Tôt ou Tard


Groggy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=