Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mystère Von Bulow
Barbet Shroeder 

Réalisé par Barbet Schroeder. Grande Bretagne/Etats Unis/Japon. Drame/Policier. 1h50 (1ère sortie le 9 janvier 1991 - Sortie version restaurée 4 mars 2020). Avec Glenn Close, Jeremy Irons, Ron Silver, Annabella Sciorra, Uta Hagen, Fisher Stevens, Jack Gilpin et Christine Baranski.

Trente ans après sa sortie, "Le Mystère Von Bulow" de Barbet Schroeder n'a rien perdu de ses qualités qui lui valurent de nombreuses distinctions à sa sortie, à commencer par l'oscar de la meilleure interprétation masculine pour Jérémy Irons.

C'était aussi la confirmation pour Barbet Schroeder, également nominé à l'oscar dans la catégorie meilleur réalisateur, qu'il pouvait mener une vraie carrière américaine.

Le réalisateur de "La Vallée" et de "More", le fondateur des Films du losange qui fut le producteur des films d'Eric Rohmer, est sans doute l'un des metteurs en scène français les plus sous-estimés. Outre une grande carrière dans la fiction en France, des documentaires majeurs, comme celui sur Idi Amin Dada (1974) ou Jacques Vergès ("L'avocat de la terreur", 2007), Barbet a été à la hauteur du grand cinéma américain de qualité.

En revoyant ce film de "procès", on est surpris de s'apercevoir que le personnage principal n'est pas Jeremy Irons mais Ron Silver, qui interprète le rôle d'Alan Dershowitz, auteur du livre adapté par Barbet Schroeder..

Cet avocat idéaliste accepte de défendre le multi-millionnaire Von Bulow, typique de sa caste et par ailleurs suintant un antisémitisme inconscient, lui aussi marque de fabrique d'une certaine élite WASP, uniquement pour pouvoir alimenter la défense de deux frères afro-américains dans le couloir de la mort bien qu'innocents.

Contrairement à nombre des réalisateurs américains, Barbet Schroeder sait ce que veut dire "lutte des classes" et son film somptueusement décoré, étale le train de vie inimaginable des ultra-riches comme les Von Bulow. Il les montre aussi comme des oisifs surmédicalisés, s'ennuyant au point qu'ils rêvent de "travailler" et font d'une activité rémunérée la solution à tous leurs problèmes.

"Le Mystère von Bulow" de Barbet Schroeder est une charge ironique contre ces "pauvres très riches" dont la vie n'est pas si enviable que ça. Dès lors, c'est tout le système américain que le Français stigmatise avec ses cohortes d'avocats qui obtiennent des résultats pas forcément conformes à la vérité, tout ici n'étant qu'une question d'argent.

Même un avocat à tête de Groucho Marx, mu par des idées généreuses, peut être manipulé par ces nouveaux demi-dieux dont l'Olympe ressemble aux écuries d'Augias. En pénétrant pendant deux heures au cœur d'un des grands procès qui marqua l'Amérique avant celui d'O.J. Simpson, on n'est plus sûr de rien. La vérité paraît contingente, sujette au génie d'un avocat qui ne peut plus se dédire alors que ses convictions vacillent peu à peu.

"Le Mystère von Bulow" de Barbet Schroeder est désormais un classique, un film qui se regarde hors du temps avec un plaisir toujours renouvelé et qu'on peut confronter à tout ce que l'on a appris depuis sur le système judiciaire américain sans qu'il paraisse daté.

Irons est magnifique, presque autant que dans "Fatale" de Louis Malle où, là aussi, il prête son élégance à un personnage de démiurge ivre de sexe. On n'oubliera pas non plus Glenn Close, victime plongée dans un coma profond, tout en étant la "voix off" porteuse silencieuse de la "vérité vraie".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=