Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mystère Von Bulow
Barbet Shroeder 

Réalisé par Barbet Schroeder. Grande Bretagne/Etats Unis/Japon. Drame/Policier. 1h50 (1ère sortie le 9 janvier 1991 - Sortie version restaurée 4 mars 2020). Avec Glenn Close, Jeremy Irons, Ron Silver, Annabella Sciorra, Uta Hagen, Fisher Stevens, Jack Gilpin et Christine Baranski.

Trente ans après sa sortie, "Le Mystère Von Bulow" de Barbet Schroeder n'a rien perdu de ses qualités qui lui valurent de nombreuses distinctions à sa sortie, à commencer par l'oscar de la meilleure interprétation masculine pour Jérémy Irons.

C'était aussi la confirmation pour Barbet Schroeder, également nominé à l'oscar dans la catégorie meilleur réalisateur, qu'il pouvait mener une vraie carrière américaine.

Le réalisateur de "La Vallée" et de "More", le fondateur des Films du losange qui fut le producteur des films d'Eric Rohmer, est sans doute l'un des metteurs en scène français les plus sous-estimés. Outre une grande carrière dans la fiction en France, des documentaires majeurs, comme celui sur Idi Amin Dada (1974) ou Jacques Vergès ("L'avocat de la terreur", 2007), Barbet a été à la hauteur du grand cinéma américain de qualité.

En revoyant ce film de "procès", on est surpris de s'apercevoir que le personnage principal n'est pas Jeremy Irons mais Ron Silver, qui interprète le rôle d'Alan Dershowitz, auteur du livre adapté par Barbet Schroeder..

Cet avocat idéaliste accepte de défendre le multi-millionnaire Von Bulow, typique de sa caste et par ailleurs suintant un antisémitisme inconscient, lui aussi marque de fabrique d'une certaine élite WASP, uniquement pour pouvoir alimenter la défense de deux frères afro-américains dans le couloir de la mort bien qu'innocents.

Contrairement à nombre des réalisateurs américains, Barbet Schroeder sait ce que veut dire "lutte des classes" et son film somptueusement décoré, étale le train de vie inimaginable des ultra-riches comme les Von Bulow. Il les montre aussi comme des oisifs surmédicalisés, s'ennuyant au point qu'ils rêvent de "travailler" et font d'une activité rémunérée la solution à tous leurs problèmes.

"Le Mystère von Bulow" de Barbet Schroeder est une charge ironique contre ces "pauvres très riches" dont la vie n'est pas si enviable que ça. Dès lors, c'est tout le système américain que le Français stigmatise avec ses cohortes d'avocats qui obtiennent des résultats pas forcément conformes à la vérité, tout ici n'étant qu'une question d'argent.

Même un avocat à tête de Groucho Marx, mu par des idées généreuses, peut être manipulé par ces nouveaux demi-dieux dont l'Olympe ressemble aux écuries d'Augias. En pénétrant pendant deux heures au cœur d'un des grands procès qui marqua l'Amérique avant celui d'O.J. Simpson, on n'est plus sûr de rien. La vérité paraît contingente, sujette au génie d'un avocat qui ne peut plus se dédire alors que ses convictions vacillent peu à peu.

"Le Mystère von Bulow" de Barbet Schroeder est désormais un classique, un film qui se regarde hors du temps avec un plaisir toujours renouvelé et qu'on peut confronter à tout ce que l'on a appris depuis sur le système judiciaire américain sans qu'il paraisse daté.

Irons est magnifique, presque autant que dans "Fatale" de Louis Malle où, là aussi, il prête son élégance à un personnage de démiurge ivre de sexe. On n'oubliera pas non plus Glenn Close, victime plongée dans un coma profond, tout en étant la "voix off" porteuse silencieuse de la "vérité vraie".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=