Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Melle Julie # Meurtre d'âme
Théâtre de la Girandole  (Montreuil)  mars 2020

Comédie dramatique de Moni Grégo d'après l'oeuvre éponyme de August Strindberg, mise en scène de Roxane Borgna, avec Jacques Descorde et Roxane Borgna.

"Melle Julie # Meurtre d'âme" de Moni Grégo se présente comme une variation pour deux voix, celles des deux principaux protagonistes en excluant le personnage-écran de la cuisinière, de la tragédie "Mademoiselle Julie" écrit en 1888 par le dramaturge suédois August Strindberg.

Demeure le huis clos délétère sur un tropisme strindbergien, la relation de couple pathogène, basée sur le principe psychologique du rapport de force qui régit toutes les relations interpersonnelles, avec sa guerre des sexes et des cerveaux sur fond de lutte des classes.

Pour sa première mise en scène, la comédienne Roxane Borgna s'empare avec acuité de cette partition dont elle livre une mise en scène inédite et percutante, notamment affranchie du puritanisme et du procédé de l'ellipse souvent attachés à la représentation de l'oeuvre originale, une mise en scène de nerfs, de cris, de larmes, de sperme et de sang pour, comme elle l'indique dans sa note d'intention, une histoire des corps.

Ainsi elle s'affranchit de la chronologie narrative et use d'une approche qui n'est pas que naturaliste mais, à l'instar de l'oeuvre de l'auteur, navigue entre symbolisme et expressionnisme propice au "voyage vers la nuit intérieure".

Et surtout, elle positionne le drame dans l'intime de la chambre, lieu privilégié de la scène conjugale et espace propice à la crise, en l'occurrence celle du personnage-titre, lieu de révélation et du meurtre psychique qui s'y accomplit, comme l'écrivait, à propos de Strindberg, le dramaturge Arthur Adamov pour ce lieu dans lequel les personnages "s?expliquent, s?humilient et se bafouent".

Par ailleurs, ne consistant pas en la posture du courant pluridisciplinaire mainstream, Roxane Borgna opte pour une fusion théâtre-vidéo particulièrement cohérente et esthétiquement réussie.

Il en résulte une scénographie immersive comprenant la projection kaléidoscopique d'oeuvres picturales d'Auguste Strindberg et de photographies en adéquation de Marie Rameau fusionnant par fondu-enchaîné avec l'incrustation de séquences pré-enregistrées et l'insertion de zooms filmés en direct par le vidéaste Laurent Rojol qui a apporté sa collaboration artistique ainsi que le compositeur Eric Guennou pour la création d'un univers sonore métamorphique.

La proposition réfléchie, pertinente et aboutie est portée par une dramaturgie du corps, soutenue par l'intervention du chorégraphe Mitia Fédotenko, qui fait la part belle au jeu des acteurs, en l'occurrence porté à son acmé et à son excellence avec Roxane Borgna, réussissant de surcroît le challenge de la simultanéité de la mise en scène et de l'interprétation, et Jacques Descordes qui dispensent une éblouissante performance pour cette confrontation torride des corps et implacable des esprits..

Indiscutablement passionnant.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec
la captation
de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquilité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=