Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christan Louboutin – L'Exhibition[niste]
Palais de la Porte Dorée  (Paris)  Du 26 février au 26 juillet 2020

Christian Louboutin, créateur des chaussures à l'iconique semelle en cuir rouge, investit le Palais de la Porte Dorée pour une exposition aussi somptueuse que spectaculaire qu'il a voulu comme une célébration de trois décennies de création et une invitation à découvrir son univers artistique.

Intitulée "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" , elle a été conçue sous sa direction artistique et le commissariat de Olivier Gabet, directeur du Musée des Arts Décoratifs, qui la présente comme "une immersion qui présente les multiples facettes d’une expression protéiforme".

Ainsi Christian Louboutin dévoile les inspirations, les références et ses goûts d'esthète érudit qui ont nourri un imaginaire fécond dans une (dé)monstration conséquente sur 1300 mètres carrés.

Et, dans une scénographie somptueuse voire somptuaire assurée par Christian Louboutin et Oskar Bocquillon designer manager de la Maison Louboutin, elle se déploie en un voyage composé de dix escales chrono-thématiques scandant les arcanes de son processus créatif.

Christian Louboutin, Roi en son palais

Les tropismes de Christian Louboutin, né en 1964, outre le goût de l'exotisme né dans son enfance en regardant les façades du Palais de la Porte Dorée à proximité du domicile familial, dont les fresques célébraient les expéditions coloniales, résultent d'ancrages temporels : l'héritage du Pop Art des seventies, le glamour paillettes des folles années Palace, le New Fetish de la mode du Porno chic de la dernière décennie du 20ème siècle et du "More is more" des subcultures qui marque le début du troisième millénaire.

Ce qu'il combine avec un imaginaire nourri par l'Histoire de l'Art, tant les Beaux Arts que les arts graphiques et décoratifs et les arts populaires et ethniques, l'Histoire de la Mode et particulièrement celle de la chaussure, le spectacle vivant, théâtre, cirque et revue, la littérature et le cinéma souvent révélée par le nom du modèle.

Et il opère par déclinaison à l'aune de sa forme de prédilection, le stiletto à talon vertigineux auguré par l'emblématique escarpin "Pigalle" dont l'impressionnant florilège de ses avatars est dispensé au sein d'un parcours articulé autour de pôles significatifs pour lesquels il a sollicité des artisans d'art oeuvrant tel des architectes d'intérieur dans un lieu dans lequel il insère une structure palatiale.

Ainsi, en premier lieu, pour évoquer sa genèse, la "Salle des Vitraux", telle une nef miniature qui regroupe les premiers modèles d'avant la fameuse semelle rouge, de ce rouge Pantone 18.1663TP devenu le signe distinctif de sa griffe,sur un podium central entourés d'un ensemble de vitraux réalisés par la Maison du Vitrail à partir de ses dessins célébrant ses créations fétiches comme autant de stations d'un chemin non de croix mais de réussite.

Un avant-goût de cathédrale annonçant la "Salle du Trésor" qui réunit les créations emblématiques de Christian Louboutin autour d'un monumental palanquin processionnel fabriqué par des orfèvres dinandiers de Séville et décoré de velours brodé par les ateliers du créateur indien Sabyasachi Mukherjee pour lequel Christian Louboutin avait dessiné les modèles de la sa collection Automne-Hiver 2015 et qui constitue un trône merveilleux pour l'idole contemporaine de la mode, le stiletto, façonné en cristal par l'artiste sculpteur Stéphane Gérard.

Les modèles les plus emblématiques figurent dans la salle du "Théâtre Bhoutanais" avec ses gigantesques colonnes de bois sculpté par les artisans ébénistes du Bouthan sur la scène duquel sont projetés des hologrammes originaux des performances de l’effeuilleuse new burlesque Dita Von Teese et du footballeur et freestyle guinéen Iya Traoré.

Christian Louboutin a également invité des artistes contemporains tels l’artiste pakistanais Imran Qureshi qui revisite la peinture miniature moghole et le duo anglais Whitaker/Malem, créateur de vêtements sculpturaux en cuir, qui a customisé des mannequins de vitrine fabriqués aux mensurations de l'actrice Arielle Dombasle en le recouvrant de cuir aux neufs couleurs de sa collection "Nudes" lancée en 2013.

Et avant d'arriver à l'"Enfer", salle plongée dans le noir, le visiteur est invité à fouler le tapis rouge dans un clinquant palais des glaces, le "Pop Corridor", inondé de lumière en compagnie des célébrités du show business et des personnalités VIP qui "adooorent" les Louboutins.

Placée sos sle signe du "Fétichisme", la galerie de photographies érotico-fantasmatiques résulte d'une collaboration entre le chausseur et le réalisateur américain David Lynch autour des modèles extravagants, et impropres à la marche, telles "La Lynch" et "La Ballerina Ultima", créés notamment pour une revue du cabaret le Crazy Horse qui sont sublimés par les corps - et les jambes - magnifiques de ses danseuses.

Des jambes suggestives à ne pas pas rater dans le vrai-faux salon vintage avec un papier peint imprimé d'un semis des photographies érotiques du peintre et photographe Pierre Molinier, notamment fétichiste des jambes, dont des photomontages participent au "Musée imaginaire" de Christian Louboutin dans une mise en résonance avec une des photos de la série des "Big Nudes" de Helmut Newton.

Un musée évoquant les anciens cabinets de curiosités avec leur éclectisme et leurs appariements, qui, du service à thé en porcelaine Wedgwood du 18ème siècle aux poupées amérindiennes, d'un soulier de l'actrice Mae West aux "Flowers" de Andy Warhol, et des céramiques turques à la "Madone voilée" de Pierre et Gilles, qui constitue un riche répertoire de formes, de matières et de motifs.

Et la boucle est bouclée.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Palais de la Porte Dorée

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Palais de la Porte Dorée


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec
la captation
de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquilité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=