Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christan Louboutin – L'Exhibition[niste]
Palais de la Porte Dorée  (Paris)  Du 26 févrie2020 au 3 janvier 2021

Christian Louboutin, créateur des chaussures à l'iconique semelle en cuir rouge, investit le Palais de la Porte Dorée pour une exposition aussi somptueuse que spectaculaire qu'il a voulu comme une célébration de trois décennies de création et une invitation à découvrir son univers artistique.

Intitulée "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" , elle a été conçue sous sa direction artistique et le commissariat de Olivier Gabet, directeur du Musée des Arts Décoratifs, qui la présente comme "une immersion qui présente les multiples facettes d’une expression protéiforme".

Ainsi Christian Louboutin dévoile les inspirations, les références et ses goûts d'esthète érudit qui ont nourri un imaginaire fécond dans une (dé)monstration conséquente sur 1300 mètres carrés.

Et, dans une scénographie somptueuse voire somptuaire assurée par Christian Louboutin et Oskar Bocquillon designer manager de la Maison Louboutin, elle se déploie en un voyage composé de dix escales chrono-thématiques scandant les arcanes de son processus créatif.

Christian Louboutin, Roi en son palais

Les tropismes de Christian Louboutin, né en 1964, outre le goût de l'exotisme né dans son enfance en regardant les façades du Palais de la Porte Dorée à proximité du domicile familial, dont les fresques célébraient les expéditions coloniales, résultent d'ancrages temporels : l'héritage du Pop Art des seventies, le glamour paillettes des folles années Palace, le New Fetish de la mode du Porno chic de la dernière décennie du 20ème siècle et du "More is more" des subcultures qui marque le début du troisième millénaire.

Ce qu'il combine avec un imaginaire nourri par l'Histoire de l'Art, tant les Beaux Arts que les arts graphiques et décoratifs et les arts populaires et ethniques, l'Histoire de la Mode et particulièrement celle de la chaussure, le spectacle vivant, théâtre, cirque et revue, la littérature et le cinéma souvent révélée par le nom du modèle.

Et il opère par déclinaison à l'aune de sa forme de prédilection, le stiletto à talon vertigineux auguré par l'emblématique escarpin "Pigalle" dont l'impressionnant florilège de ses avatars est dispensé au sein d'un parcours articulé autour de pôles significatifs pour lesquels il a sollicité des artisans d'art oeuvrant tel des architectes d'intérieur dans un lieu dans lequel il insère une structure palatiale.

Ainsi, en premier lieu, pour évoquer sa genèse, la "Salle des Vitraux", telle une nef miniature qui regroupe les premiers modèles d'avant la fameuse semelle rouge, de ce rouge Pantone 18.1663TP devenu le signe distinctif de sa griffe,sur un podium central entourés d'un ensemble de vitraux réalisés par la Maison du Vitrail à partir de ses dessins célébrant ses créations fétiches comme autant de stations d'un chemin non de croix mais de réussite.

Un avant-goût de cathédrale annonçant la "Salle du Trésor" qui réunit les créations emblématiques de Christian Louboutin autour d'un monumental palanquin processionnel fabriqué par des orfèvres dinandiers de Séville et décoré de velours brodé par les ateliers du créateur indien Sabyasachi Mukherjee pour lequel Christian Louboutin avait dessiné les modèles de la sa collection Automne-Hiver 2015 et qui constitue un trône merveilleux pour l'idole contemporaine de la mode, le stiletto, façonné en cristal par l'artiste sculpteur Stéphane Gérard.

Les modèles les plus emblématiques figurent dans la salle du "Théâtre Bhoutanais" avec ses gigantesques colonnes de bois sculpté par les artisans ébénistes du Bouthan sur la scène duquel sont projetés des hologrammes originaux des performances de l’effeuilleuse new burlesque Dita Von Teese et du footballeur et freestyle guinéen Iya Traoré.

Christian Louboutin a également invité des artistes contemporains tels l’artiste pakistanais Imran Qureshi qui revisite la peinture miniature moghole et le duo anglais Whitaker/Malem, créateur de vêtements sculpturaux en cuir, qui a customisé des mannequins de vitrine fabriqués aux mensurations de l'actrice Arielle Dombasle en le recouvrant de cuir aux neufs couleurs de sa collection "Nudes" lancée en 2013.

Et avant d'arriver à l'"Enfer", salle plongée dans le noir, le visiteur est invité à fouler le tapis rouge dans un clinquant palais des glaces, le "Pop Corridor", inondé de lumière en compagnie des célébrités du show business et des personnalités VIP qui "adooorent" les Louboutins.

Placée sos sle signe du "Fétichisme", la galerie de photographies érotico-fantasmatiques résulte d'une collaboration entre le chausseur et le réalisateur américain David Lynch autour des modèles extravagants, et impropres à la marche, telles "La Lynch" et "La Ballerina Ultima", créés notamment pour une revue du cabaret le Crazy Horse qui sont sublimés par les corps - et les jambes - magnifiques de ses danseuses.

Des jambes suggestives à ne pas pas rater dans le vrai-faux salon vintage avec un papier peint imprimé d'un semis des photographies érotiques du peintre et photographe Pierre Molinier, notamment fétichiste des jambes, dont des photomontages participent au "Musée imaginaire" de Christian Louboutin dans une mise en résonance avec une des photos de la série des "Big Nudes" de Helmut Newton.

Un musée évoquant les anciens cabinets de curiosités avec leur éclectisme et leurs appariements, qui, du service à thé en porcelaine Wedgwood du 18ème siècle aux poupées amérindiennes, d'un soulier de l'actrice Mae West aux "Flowers" de Andy Warhol, et des céramiques turques à la "Madone voilée" de Pierre et Gilles, qui constitue un riche répertoire de formes, de matières et de motifs.

Et la boucle est bouclée.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Palais de la Porte Dorée

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Palais de la Porte Dorée


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=