Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eugénie Grandet
Théâtre 13/Seine  (Paris)  février 2020

Tragi-comédie écrite et mise en scène par Camille de La Guillonnière, avec Hélène Bertrand, Lara Boric, Erwann Mozet, Pe?lagie Papillon, Charles Pommel et Lorine Wolff.

Il n’est pas chose aisée de porter sur les planches un roman, d’autant plus un roman d’Honoré de Balzac tel qu’"Eugénie Grandet", où la narration descriptive des lieux, des hommes et de leurs états d’âmes prennent rapidement le pas sur l’action.

Pourtant dans ce spectacle tiré de l’œuvre éponyme du grand romancier, la ompagnie Le temps est Incertain mais on joue quand même ! en propose une version tout à la fois fidèle et engagée. Une véritable gageure pourtant extrêmement réussie.

Derrière l’accomplissement de ce tour de force périlleux, on trouve les choix ingénieux et originaux de Camille de la Guillonnière qui signe l’adaptation et la mise en scène de la pièce : pas de ré-écriture, pas de distribution de rôle et une représentation chorale à une, deux, trois, voire six voix superposées.

Le texte de Balzac se déploie ainsi dans la bouche des six comédiens dans la pureté de son script originel, et ce à la virgule près, permettant aux spectateurs, tel un lecteur se plongeant dans un livre, tout d’abord étranger et dérouté, puis s’imprégnant petit à petit de l’univers et des personnages pour finir par se faire happer par l’histoire, il faut le dire, superbement bien racontée par l’illustre écrivain.

Illustrant plus que figurant tour à tour, Eugénie ou son père, Nanon ou les Cruchots, Hélène Bertrand, Lara Boric, Erwann Mozet, Pélagie Papillon, Charles Pommel et Lorine Wolff donnent de l’énergie et de la voix tel un chœur tumultueux jouant avec brio et conviction une partition subtile et élégante.

Le rythme et l’enchaînement des variations de narration jouent également beaucoup dans la fluidité du spectacle qui ne se raconte jamais tout à fait de la même manière.

Moments contés, figurés, interprétés, chantés ou musicaux (à la guitare et au violoncelle) s’alternent à la recherche de l’angle narratif le plus percutant pour chaque passage, avec de superbes moments de grâces, comme la découverte du coffret en or, la mort de monsieur Grandet ou la scène du chaste baiser des deux amoureux.

Il y a, dans cette manière d’envisager le théâtre comme une évocation de ce qui fût plus que dans l’incarnation du ici et maintenant, une évocation (voulue ou non) aux chansons de gestes, aux saltimbanques et autres troubadours.

Le jeu habité des excellents comédiens fait le reste Tout y est, la lumière feutrée et jaunis du modeste et avaricieux intérieur bourgeois de Luc Muscillo, les costumes sans chichis mais ingénieux de Nelly Geyres, les clins d’œil anachroniques discrets mais amusant (telle l’interprétation a capella de "Girls just want to have fun" de Cyndi Lauper ou en chorale du "Sound of Silence" de Simon & Garfunkel).

Un spectacle très original et percutant sur sa forme, qui est une très belle manière de découvrir ou redécouvrir le roman d’Eugénie Grandet.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=