Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Idiot Wind
Peter Kaldheim  (Editions Delcourt)  février 2020

Il est évident que pour pouvoir écrire une bonne autobiographie, il faut avoir une belle histoire à raconter, un passé qui va embarquer le lecteur, une vie remplie, de hauts et de bas ici et aussi, surtout, une belle plume qui saura trouver les mots justes pour dégager des émotions. Peter Kaldheim, qui publie son premier livre rassemble tous ces critères.

Peter Kaldheim a été éditeur chez Harcourt puis Van Nostrand Reinhold. Une carrière vite avortée à cause d’une addiction à la drogue qui va le faire couler, lui valant même un petit séjour à la prison de Rikers Island (pour avoir vendu de la cocaïne à un flic en immersion), avant de le jeter sur les routes. Il vit aujourd’hui à Lindenhurst, Long Island, où il organise des excursions de pêche au large de Montauk. Idiot Wind, en référence à un titre de Bob Dylan, est son premier livre, l’histoire de sa vie qui aurait pu s’achever par un terrible gâchis, l’histoire d’une vie reconquise, l’histoire de sa rédemption.

Le 26 janvier 1987, une énorme tempête s’abat sur New-York quand Peter Kaldheim fuit la ville et Bobby La batte, le dealer auquel il doit pas mal d’argent. Il n’y aura pas de retour possible. Il saute dans le dernier bus en partance. Commence alors une vie d’errance. Sans argent et sans abri, il entreprend de traverser le pays en stop.

Alors que les kilomètres défilent, c’est aussi un portrait de l’Amérique qui se dessine à travers les vies minuscules des chauffeurs qui lui instillent une nouvelle sagesse et l’aident à renouer avec le monde. Il découvre que le désespoir ne connaît pas la honte. Et aussi la fraternité des gens de la route : on donne quand on peut, et on prend quand on ne peut pas. Et, quand la solitude est trop grande, il trouve réconfort en relisant les grands dipsomanes et autres vagabonds de la littérature comme Kerouac, Orwell, Exley ou même Kesey. Après avoir parcouru 8000 bornes et traversé les frontières de vingt états, il atteint enfin le bout de sa route.

Dans la lignée des grands auteurs américains qui aiment les mots et les voyages solitaires, Peter Kaldheim nous offre une autobiographie de haute volée écrite avec ses tripes qui dégouline de sincérité. Son voyage, son aventure, son roman sur sa vie est superbe, il nous embarque par les mots et les émotions, faisant de nous son compagnon de route et surtout de galère.

Sa vie est bien loin d’avoir été un long fleuve tranquille. Il perd son épouse, se réfugie dans l’alcool et la drogue alors que le monde de l’édition s’offrait à lui. Puis la fuite, inéluctable, intervient, pour quitter New-York et s’embarquer dans ce long périple semé d’embuches et de rencontres de tout type. Pour se reconstruire, Kaldheim doit faire ce voyage, travailler sur lui et reconnaître les erreurs commises, il trouvera des gens pour l’aider, souvent dans la même galère que lui, pour obtenir enfin la rédemption. Son road trip va nous embarquer en Floride, en Louisiane, en Arizona, à Las Vegas dans le Nevada, à Portland aussi puis à Yellowstone dans le Montana.

Au fil des pages, sous l’écriture de Peter Kaldheim se dévoile un véritable amour de l’écrivain pour la littérature mais aussi pour la musique, le titre de l’ouvrage étant celui d’une superbe chanson de Bob Dylan. Sa route, il la fait aux côtés des grands écrivains vagabonds qu’il admire au travers de nombreuses références littéraires qu’il nous donne au gré des pages, avec une préférence pour Kerouac. Mais la culture de l’auteur ne s’arrête pas aux portes de la littérature, l’auteur nous dévoile aussi des références au cinéma et au rock.

Ce qui fait la force de l’ouvrage, c’est aussi les yeux que portent l’auteur sur l’époque qu’il traverse, la fin des années 80 et le pays qu’il parcourt. Idiot Wind, c’est aussi un regard réaliste et utile sur les années Reagan. C’est un ouvrage au ton juste, qui ne fait pas dans la mièvrerie, dans lequel l’auteur nous montre sa souffrance sans jamais se plaindre.

Les souffrances et les misères qui le suivent sont balayés par les nombreuses rencontres qu’il fait, les moments qu’il partage avec d’autres vagabonds, des clochards, des illuminés ou même des orphelins qui le font réfléchir au sens de sa vie tout en l’aidant à sa rédemption, pour enfin connaître une autre vie.

Jay McInerney, grand écrivain, ne s’est donc pas trompé en nous conseillant la lecture du premier ouvrage de Peter Kaldheim, l’histoire d’une vie gaspillée et reconquise et le livre d’un homme qui chuchote avec Orwell, Kerouac et Exley.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=