Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce El Niño de Hollywood
Óscar & Juan José Martínez  (Editions Métailié)  février 2020

Tout le monde connaît El Niño, le courant côtier saisonnier chaud ayant une influence sur le climat mondial. Peu par contre connaissent El Niño de Hollywood, le surnom d’un personnage hors-norme nommé Miguel Angel Tobar, personnage principal d’un ouvrage publié chez Métailié qui nous propose une plongée inédite, entre thriller et récit documenté, dans l’univers des gangs.

A la plume de cet ouvrage, deux frères, l’un est reporter et l’autre est anthropologue. Óscar est un journaliste d’investigation et un écrivain salvadorien qui travaille pour un journal en ligne spécialisé sur les sujets de violence, migration et crime organisé. Son frère, Juan José est un anthropologue salvadorien. Il étudie les gangs et la violence depuis 2008 et a collaboré avec diverses institutions telles que l’Unicef.

Dans ce document poignant de réalité, les deux auteurs nous racontent la vie de Miguel Angel Tobar, dit El Niño de Hollywood, un tueur sanguinaire appartenant au seul gang faisant partie de la liste noire du département du Trésor des Etats-Unis, la Mara Salvatrucha 13. Son histoire brutale permet surtout aux auteurs de livrer les dynamiques sous-jacentes du phénomène des gangs aux Etats-Unis et en Amérique centrale, et de montrer comment des processus globaux construisent une infinité d’histoires microscopiques qui ont, elles, des conséquences bien réelles.

Comme nous l’exprime la couverture de l’ouvrage, le récit que nous font les deux auteurs nous montre parfaitement comment les USA et le Salvador ont créé le gang le plus dangereux au monde, le plus meurtrier aussi. Pour construire leur récit et en faire un texte profondément réaliste, les deux auteurs ont rencontré Miguel Angel Tolbar, une fois qu’il a eu décidé de devenir un informateur.

Se dévoile alors sous les confidences du tueur sanguinaire son enfance, où il côtoie déjà la violence et sa nature puis la naissance du gang et son organisation. Et puis, on découvre aussi un pays réputé pour faire partie des plus dangereux du monde, où les homicides sont nombreux et fréquents : le Salvador. Un pays qui a vu bien avant les années 80 une partie de sa jeunesse fuir vers les USA, emportant avec elle sa violence et se trouvant en rivalité avec des gangs mexicains.

Avec l’arrivée au pouvoir de Reagan, une partie de ces salvadoriens furent renvoyés chez eux, continuant d’entretenir les rivalités anciennes et enrôlant des jeunes désœuvrés comme Miguel Angel Tolbar.

L’ouvrage est construit en trois parties d’un intérêt inégal selon moi. Si la première partie me semble être la plus intéressante, c’est parce qu’elle nous explique la naissance et le fonctionnement du gang La Mara Salvatrucha 13 en montrant bien comment les USA ont contribué à la mettre en place. La seconde partie, moins intéressante à mon goût, nous montre l’intégration du jeune, El Niño, dans le gang, renseignant comment il fonctionne. La troisième partie, beaucoup plus courte que les précédentes, est l’objet des derniers instants de vie de Miguel Angel Tolbar.

El Niño de Hollywood est donc un ouvrage intéressant, construit à partir d’une centaine d’heures d’interviews et de terrain qui lui donne une dimension particulièrement réaliste mais aussi très littéraire car particulièrement bien écrit, ce qui le rend très agréable à lire.

El Niño de Hollywood, c’est le Salvador dans ce qu’il a de plus laid, la corruption, la misère et la violence avec en toile de fond les meurtres et la mort. C’est aussi la politique extérieure américaine dans ce qu’elle a de plus scandaleux.

Alors si vous êtes amateurs de sensations fortes, non sensibles à l’hémoglobine et curieux sur les maras latino-américaines, ce livre vous ravira.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec
la captation
de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquilité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=