Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Turner - Peintures et aquarelles - Collections de la Tate
Musée Jacquemart-André  Du 13 mars 2020 au 11 janvier 2021

En collaboration avec la Tate Britain de Londres qui détient le fonds inestimable des 32 000 oeuvres léguées par l'artiste à la nation anglaise, le Musée Jacquemart-André propose une exposition monographique dédiée, et nonobstant son intitulé "Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate", à l'oeuvre aquarelliste de Joseph Mallord William Turner .

Le commissariat est assuré par David Blayney Brown, conservateur senior de l?art britannique du 19ème siècle à la Tate Britain, et Pierre Curie, conservateur du Musée Jacquemart-André, qui ont opéré une sélection de 60 aquarelles, puisées dans un thésaurus d'oeuvres "privées" de l'artiste qui n'étaient destinées ni à l'exposition ni à la vente, mises en regard avec dix oeuvres picturales,

Et ils ont opté pour le didactisme avec un parcours chronologique retraçant à travers le genre du paysage, l'évolution vers l'épure du maître de l?âge d?or de l?aquarelle anglaise surnommé "le peintre de la lumière" présenté, toutefois de manière controversée, comme le précurseur de l'impressionnisme, qui augure de la dissolution cezanienne de la perspective géométrique et est considéré comme l'oracle de l'abstraction lyrique

Turner : du Beau et du Sublime romantique au paysage métaphysique

A une époque qui connaît la commercialisation de l'aquarelle et un nouvel engouement pour la peinture de paysage, le jeune et précoce Turner commence par des dessins topograhiques réalisés pour des architectes tout en se formant à la Royal Academy et particulièrement au genre du paysage, celui du 17ème siècle ordonné autour du traitement de la lumière qui constitue la base de la formation des artistes de son époque dont ses aînés compatriotes tel Gainsborough.

Ses références majeures, et ses deux fondamentaux, sont celle du peintre français, Claude Gellée dit Le Lorrain installé à Rome, et d'une école, celle de la peinture hollandaise, influences qui constituait le thème de l'exposition "Turner et ses peintres" au Grand Palais en 2009, et une influence sans doute déterminante celle de l'enseignement du peintre Joshua Reynolds qu'il reçut tant au sein de la Royal Academy que dans son atelier, quant à l'approche synthétique et la suprématie de l'imagination pourr dépasser l'arbitraire des apparences.

Peintre nomade et voyageur pour se composer une bibliothèque de paysages qui donneront lieu, grâce à une exceptionnelle mémoire visuelle et chromatique, à des aquarelles réalisées en atelier à partir de dessins sur le motif, il sillonne l'Angleterre avant de faire, à la fin du Blocus continental, son "Grand Tour" pour compléter son répertoire iconographique.

Et notamment en Italie où la découverte de la lumière intense des pays méditerranéens va s'avérer déterminante également en matière picturale pour laquelle il procède à une recherche aboutie, celle de la transposition des effets de l'aquarelle dans la peinture pour renforcer l'expressivité picturale en inversant la technique des maîtres anciens - touches claires sur un fond sombre - pour commencer par un fond blanc.

Dès lors, il dépasse le challenge du compromis idéal entre le Beau et le Vrai qui animait la peinture romantique de son temps, celui du Sublime avec la substitution d'une frontalité lumineuse à la perspective en ligne de fuite soutenue par le tropisme de la couleur jaune qui résulte de son obession de la lumière solaire révélatrice de toutes les couleurs.

En second lieu, les oeuvres sélectionnées soulignent son évolution esthétique du réalisme et de la représentation illusionniste à la transcription de la perception sensible par l'expressivité de la couleur en s'affranchissant également de représentation du sujet, objet ou figure, jusqu'à la disparition des édifices, puis même des ruines et la dissolution de la figure selon une dialectique de l'occultation et de l'illumination*.

Ainsi se distingue à peine, de manière quasi subliminale, un château de sable, un petit amas de ruines ou un oiseau. Ce que le critique d'art et ami de Turner John Ruskin analysait comme une vision tragique de l'histoire, celle de la disparition du monde vivant dont la nature serait le cénotaphe, et qui ressort également à une quête mystico-métaphysique avec la métaphore biblique de la lumière divine.

Dans les tableaux mis en résonance dans la dernière salle, le visiteur pourra à peine distinguer le bateau-fantôme voguant vers un tourbillon cosmique ("Yacht approchant de la côte") et les dauphins annoncés dans le titre de la toile "Mer agitée avec des dauphins".

Le périple muséal comme celui pictural de Turner s'achève sur une de ses quatre dernières oeuvres ayant pour titre (visionnaire ?) "La Visite de la tombe" de la série réalisée en 1850, un an avant son décès, sur un thème mythologique classique, celui de l'épopée d'Enée, souvent traité par son maître Claude Le Lorrain et qu'il traite de manière récurrente, tel en 1834 avec la toile "Le Rameau d'or" incluse dans la sélection des commissaires, ressortant à la peinture d'histoire et dont la facture anticipe le symbolisme.

Cette visite peut être utilement complétée, ou précédée, par l'excellent biopic réalisé par Mike Leigh en 2014 ("Mr Turner").

 

* article "Couleur et paysage dans la peinture romantique anglaise" de Jacques Carré

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Jacquemart-André

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Jacquemart-André


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=