Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anne de Fornel - Jay Gottlieb
Cage Meets Satie  (Paraty)  mars 2020

"Perhaps I can be blamed for my devotion to Satie. But I can never give it up… If my ideas get confused, I owe this confusion to love". John Cage

"Pour s’intéresser à Satie, il faut commencer par être désintéressé, accepter qu’un son soit un son et qu’un homme soit un homme, renoncer aux illusions qu’on a sur les idées d’ordre, les expressions de sentiments et tout le reste des boniments esthétiques dont nous avons hérité. Il ne s’agit pas de savoir si Satie est valable. Il est indispensable" John Cage

"La première fois que je disposais des objets entre les cordes, c’était dans la volonté de "posséder" les sons, d’être capable de les répéter. Mais, dès que la musique quitta mon domicile et s’en alla de piano en piano et de pianiste en pianiste, il devint clair que, non-seulement, il n’y avait pas deux pianistes qui sonnaient pareil, mais également que chaque piano produisait un son différent de chaque autre. Au lieu de pouvoir répéter, nous sommes placés, dans la vie, devant des qualités et des caractéristiques uniques à chaque occasion.

Le piano préparé, les impressions que je ressentais du travail d’amis artistes, de l’étude du bouddhisme Zen, des promenades dans les champs et les bois à la recherche de champignons, tout me conduisait à me réjouir des choses comme elles venaient, comme elles se produisaient, plutôt que pour les posséder, les conserver ou les forcer à être." John Cage

Le pianiste David Tudor entre sur scène et salue, avant de s’installer à son piano. Le public est silencieux. Il ouvre la partition, soulève le couvercle et laisse ses mains au-dessus des touches de son instrument. Cela dure quatre minutes et trente-trois secondes. Ensuite le pianiste referme le couvercle et se lève. La pièce a été jouée mais aucun son n’est sorti du piano.

Quatre minutes et trente-trois secondes de silence. Enfin pas vraiment. Le silence total n’existe pas. Ce sont tous ces bruits, tous ces sons non désirés, involontaires et imprédictibles qui forment la musique de cette pièce. Cette œuvre, provocante, expérimentale, pleine d’humour et conceptuelle est certainement la plus connue de la musique contemporaine et de son auteur : John Cage, artiste majeur de la deuxième partie du XXème siècle.

Ce n’est pas un hasard, si fils d’inventeur, John Cage imagine et développe à partir de 1938, en s’inspirant très fortement d’Henry Cowell, le piano préparé : piano où l’on place sur les cordes différents matériaux et objets modifiant le timbre de l’instrument, produisant des sons imprévisibles.

Ce n’est pas un hasard s’il y a de l’humour, une sorte de maline irrévérence dans la musique de Cage. Une de ses influences majeures est Erik Satie.

Ce n’est pas un hasard donc de retrouver ces deux compositeurs sur ce disque. Deux compositeurs qui ont en commun : la provocation, l’absence de jugement de valeur esthétique, une fausse simplicité qui n’empêche pas une réelle complexité, un intérêt pour une musique d’ameublement.

C’est à une frénésie sonore et rythmique presque tribale que nous convient les Three Dances de Cage. Le piano préparé se transforme en orchestre de percussions et ouvre tout un champ des possibles imaginaires et poétique.

"Expériences n°1" a été à l'origine utilisée comme musique pour une chorégraphie éponyme de Merce Cunningham. La forme et la matière montrent l'influence de la musique d'Erik Satie. Seules les touches blanches du piano sont utilisées et la composition utilise le mode éolien.

Le disque se termine par l’arrangement de Cage pour deux pianos du "Socrate de Satie".

D’abord drame symphonique pour voix et orchestre (ou piano) sur des dialogues de Platon : ortrait de Socrate par Alcibiade ("Le Banquet"), entretien de Socrate et de Phèdre ("Phèdre") et mort de Socrate ("Phédon"), Cage en réalise un arrangement subtile, lumineux et servira une nouvelle fois de musique à des chorégraphies de Cunningham.

Anne de Fornel, spécialiste de Cage, est dans son élément et Jay Gottlieb n’est pas en reste. L’interprétation est fine, recherchée et virtuose. Un disque passionnant !

 

En savoir plus :
Le Soundcloud d'Anne de Fornel
Le Facebook d'Anne de Fornel
Le site officiel de Jay Gottlieb
Le Soundcloud de Jay Gottlieb
Le Facebook de Jay Gottlieb


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=