Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Beatles
Frédéric Granier  (Editions Perrin)  mars 2020

Les excellentes éditions Perrin continuent de nous ravir au travers de leurs publications de biographie, toutes autant passionnantes les unes que les autres, qu’elles concernent des empereurs romains, des hommes politiques français du 20ème siècle ou des personnages historiques majeurs. Ici, c’est la biographie d’un groupe de légende que nous propose l’éditeur avec celle des Beatles, écrite par Frédéric Granier, chef de service à Géo, collectionneur de disques et de films rares, ayant déjà signé de nombreux ouvrages sur la culture pop.

Le 10 avril 1970, la nouvelle fait la une de la presse internationale : Paul McCartney quitte les Beatles. Son départ marque le terme d’une aventure extraordinaire, celle de quatre adolescents partis des caves de Liverpool pour devenir le groupe le plus populaire de tous les temps, incarnation de la soif de liberté qui secoue toute la génération de l’après-guerre. Alors que "Let it be", leur chanson testament, s’impose comme un dernier succès, Mc Cartney attaque en justice ses trois compagnons. Le rêve est fini. Et pourtant, cinquante ans après, leur légende demeure.

"Help !", "Yesterday", "Penny Lane", "All you need is love", "Hey Jude"… Les 200 morceaux enregistrés par les "quatre garçons dans le vent" en à peine huit ans sont toujours vénérés par des millions de fans. Leurs douze albums constituent une discographie aussi intimidante qu’indépassable, source d’inspiration pour tous les musiciens depuis. Chaque réédition fait l’objet de campagnes marketing particulièrement efficaces, mais qui ont tendance à remplacer l’histoire par le mythe.

Pour écrire ce formidable ouvrage qui passionnera à la fois les fans des Beatles mais aussi le fan des Rolling Stones que je suis (l’ouvrage nous montre d’ailleurs qu’il n’existait pas la rivalité entre ces deux groupes que nous vendaient les journalistes), l’auteur s’est appuyé sur des documents rares et des entretiens inédits. Il nous offre alors une biographie dans laquelle il raconte avec maestria cette épopée moins lisse et paisible que ne laissent paraître les records de vente enregistrés par le groupe avec plus de deux milliards de disques écoulés depuis 1962.

C’est un ouvrage complet qu’il nous propose, d’une grande précision composée de nombreuses anecdotes. On suit cet immense groupe depuis leurs débuts erratiques jusqu’à l’hystérie de la Beatlemania, des expérimentations sonores de Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band aux premières échappées en solitaire. On découvre au fil des pages que le destin commun des Beatles est jalonné de triomphes mais aussi de deuils, de désillusions, de controverses, de rancœurs et même d’échecs retentissants. Chaque membre du groupe a son histoire, même si celle de John Lennon prend peut-être plus de sa place que celle des autres dans l’ouvrage.

Le livre nous plonge dès le début dans les premières années du groupe, Lennon qui rencontre Mc Cartney lors d’une fête paroissiale, Mc Cartney qui lui présente un guitariste avec Harisson puis un groupe qui sera constitué de cinq membres avec Stuart Stucliffe et Pete Best. Assimilés à la ville de Liverpool, le livre nous manque la ville de Hambourg a joué un rôle fondamental au début de leurs carrières. On apprend aussi les raisons du choix du nom du groupe, leur rencontre avec Epstein qui devient leur manager, la mort brutale de Stucliffe (qui affectera beaucoup Lennon) puis le remplacement de Pete Best par Ringo Star, Pete Best devenant le musicien le plus malchanceux de l’histoire de la musique, passant à côté d’une carrière hors du commun avec les Beatles.

L’ouvrage nous parle du premier single qui connaît un faible succès puis du succès qui intervient rapidement pour ce groupe très vite adoubé par les Windsor. On les voit partir à la conquête de l’Amérique, traverser la Manche et effectuer une première série de concerts à l’Olympia.

L’ouvrage nous explique aussi l’inspiration de certaines chansons, parfois inspirées par la vie des musiciens. La mort de la mère de John Lennon sera à l’origine du titre "Mother" en 1970 et de "Julia", son prénom, en 1968. L’ouvrage nous raconte aussi beaucoup les sessions d’enregistrement du groupe.

L’ouvrage enfin revient avec détails sur la brouille légendaire des Beatles qui aboutit à leur séparation. Il nous montre que la responsabilité ne revient pas seulement à Paul Mc Cartney mais qu’elle est plutôt la conséquence de nombreuses rancœurs accumulées par tous les membres du groupe.

Et évidemment, l’ouvrage a toute sa place dans les biographies historiques proposées par Perrin car l’histoire des Beatles ne saurait être séparée de l’Histoire depuis les années 60. L’auteur prend soin de bien replacer le groupe dans le contexte historique de l’époque, ce qui m’a particulièrement intéressé puisque l’on voit bien tous les bouleversements sociaux que ce groupe a pu provoquer à l‘époque notamment avec le mouvement hippie. Granier a véritablement adopté une démarche d’historien pour rédiger et construire son ouvrage.

Derrière la plus belle partition du rock se dessine donc dans l’ouvrage de Frédéric Granier une autre histoire, celle de la culture de masse, du psychédélisme, des paradis artificiels et de l’activisme pacifique. Autant de phénomènes que les Beatles ont traversé de leur empreinte, qui ne racontent pas seulement les années 60, mais dévoilent une révolution sociale et culturelle dont les effets se ressentent encore aujourd’hui. Mc Cartney le confirme d’ailleurs dans un interview en nous disant "les Beatles n’étaient pas seulement dans l’ère du temps, ils étaient dans l’esprit du siècle".

Alors voilà l’ouvrage de Frédéric Granier est un ouvrage vertigineux à la hauteur du groupe qu’il nous raconte. Formidable biographie, pertinente historiquement, elle dévoile une lecture passionnante, une mine d’érudition qui permettra aux non connaisseurs des Beatles d’en apprendre beaucoup sur le groupe. Elle nous rappelle enfin que les Beatles furent un immense groupe de musique que l’on écoutera encore pendant longtemps.

Et pour finir, vous l’imaginerez volontiers, cet ouvrage donne une terrible envie de réécouter les disques des Beatles…

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=