Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jo Wedin & Jean Felzine
Interview  (Twitch)  vendredi 8 mai 2020

Jo Wedin & Jean Felzine nous a fait l'honneur de participer à un concert sur la chaîne Twitch de Froggy's Delight. Cela nous a permis de donner une interview pour présenter leurs projets communs et solo.

Merci à vous d'avoir accepté cette aventure de Froggy's Delight, c'est notre deuxième concert live.

Jean Felzine : Merci de nous avoir invités. Juste avant le confinement, nous devions jouer au Pop-Up du Label le 2 avril, cela devait être notre retour sur scène.

Jo Wedin : Normalement, si tout va bien, nous le ferons au mois d'octobre.

Sur le chat, on parle justement des prochaines dates de concert, quelques dates commencent à revenir ?

Jean Felzine : Oui, quelques unes. On n'en avait pas des milliers, non plus.

Jo Wedin : On est en train de finir un album, en fait. On avait quelques dates pour la sortie du single. Ce sera surtout avec l'album qui sortira en mars 2021 que nous aurons plus de dates et une tournée.

C'est un album sur lequel vous travaillez actuellement ?

Jean Felzine : On est en train de terminer des chansons, et on retournera en studio peut-être en septembre, cette année en tout cas.

Est-ce un album qui était prévu ? Avez-vous travaillé de nouveaux titres pendant ce confinement ou ce sont des chansons que vous aviez déjà écrites ?

Jean Felzine : Il y en a certaines que l'on avait déjà...

Jo Wedin : ... Et on en a fait des nouvelles aussi.

Finalement ces contraintes imposées de rester chez soi, de ne plus faire de live, de plus voir ses amis, de plus voir les gens avec qui on collabore habituellement, est-ce que cela vous a permis au contraire d'être plus créatifs ?

Jo Wedin : Comme il n'y avait rien à faire, j'ai tout de suite commencé à bosser et à avancer. Cela ne m'a pas trop dérangé. Jean et moi avons aussi des projets solo. Maintenant, Jean est plus inspiré.

Jean Felzine : Oui, on marche un peu en vases communicants. Mais ce n'est pas une condition très inspirante de ne pas pouvoir sortir de chez soi. C'est juste que l'on a beaucoup de temps pour travailler, donc fatalement on travaille sans doute un petit peu plus que d'habitude. La pièce que vous voyez, c'est le petit studio que l'on a à la maison. C'est bien parce que cela veut dire que l'on peut aussi enregistrer quelques trucs ici.

Jo Wedin : On peut faire de démos, on peut même faire un disque si l'on en a envie.

Cela dépend un peu du voisin aussi ?

Jean Felzine : Oui, c'est ça, on peut faire un peu de prises, enfin rien de très bruyant. Vous ne vous rendez pas forcément compte parce que j'ai repris l'ampli avec des micros mais on joue très très bas. On n'a pas forcément chanté à pleine puissance. On a toujours ce petit stress...

Jo Wedin : Oui, on a un voisin très chiant... On ne peut même pas marcher avec des chaussures.

Johanna, tu parlais des projets solo de chacun. Vous vous focalisez sur votre album commun ou vous arrivez dans ces journées de 24 heures à tout faire ?

Jo Wedin : Les deux en parallèle. On avait déjà entre 5 et 7 titres pour notre album, on en a fait 2 ou 3. J'ai fait les deux en parallèle et Jean aussi, il a deux groupes.

Jean Felzine : L'album de Mustang est terminé, il n'y a plus qu'à le sortir. Je travaille mes projets solo un peu quand j'ai le temps, il n'y a pas de plan de carrière particulier, donc quand j'aurai assez de chansons, je les mettrai sur un album. Je les enregistre ici, donc c'est plus simple.

Quand on parle de deux groupes, c'est Mustang et Jo & Jean ou c'est un troisième ?

Jean Felzine : Mustang, Jean et Johanna et moi en solo, oui.

D'aileurs, c'est difficile pour vous deux d'écrire et de composer en choisissant où cela va finalement atterrir ?

Jean Felzine : Non, ce ne sont pas les mêmes chansons.

Jo Wedin : Non, cela me plaît. Pour mon solo, le style est assez différent, c'est surtout des chansons en anglais mais je pense que je vais aussi en faire en français. Il y a beaucoup de musiques qui m’inspirent, cela a toujours été comme ça.

Cela ne génère pas trop de schizophrénie ?

Jean Felzine : Un petit peu. Disons que c'est bien quand on aime des choses différentes de pouvoir les répartir dans des projets différents. Je suis assez content maintenant d'avoir ces trois trucs : des trucs plus rock avec Mustang, des trucs très pop avec Johanna, et puis moi ce sont des chansons électroniques, plutôt introspectives. Cela me va bien.

Il y a quand même un côté hyperactif là-dedans, non ?

Jean Felzine : Je n'ai pas eu l'impression d'être hyperactif pendant deux mois.

Jo Wedin : Non, moi non plus.

Jean Felzine : A part finir des jeux vidéo sur le téléphone et regarder la moitié des films de Bergman avec Johanna.

Jo Wedin : Tout est relatif aussi. Cele ne se fait plus trop mais à une époque, tu pouvais aller en studio et faire ton disque pendant quelques semaines aussi.

Jean Felzine : Oui, j'ai un peu connu ça. C'est terminé.

Jo Wedin : Oui, c'est à l'ancienne. Je vais sortir un morceau bientôt, tout a été fait sur un ordinateur, cela va assez vite quand même.

Jean Felzine : Oui, j'ai fait une reprise d'Aristide Bruant il y a quelques semaines, je l'ai enregistrée, une semaine après elle était sortie sur Bandcamp, sur une compil' en l'occurrence. Il y a des procédés qui permettent une quasi immédiateté de sortie, c'est assez marrant.

Jo Wedin : Et sans forcément être hyperactif, tu fais des chansons tous les jours...

Jean, tu évoquais l'album de Mustang qui est terminé. On demande dans le chat si tu connais déjà la date de sortie ?

Jean Felzine : Non, je n'ai pas de date de sortie, mais a priori ce sera dans l'année qui vient, j'ai bon espoir.

Jo Wedin : En 2021 ?

Jean Felzine : Oui, peut-être même avant. Il est terminé, il n'y plus qu'à masteriser. On est presque sûr d'avoir trouvé quelqu’un pour le sortir. Je suis assez content, ça fait 6 ans quand même maintenant.

Quand vous sortez 3 projets, 4 avec le solo de Johanna, vous n'avez pas peur de vous retrouver dans l'impossibilité de jouer les uns avec les autres ? Si Mustang part en tournée, comment cela se passe ?

Jean Felzine : C'est ce qui peut nous arriver de mieux, c'est-à-dire quelque chose qui nous permette de tourner et de vivre pendant quelques mois.

Jo Wedin : Honnêtement aujourd'hui, cela ne se passe pas comme ça, tu ne fais une grosse tournée qui va durer 6 à 8 mois. Il y en a mais c'est quand même rare.

Je suis plutôt partie pour sortir que des singles. Je profite de ces temps modernes où l'on n'est pas vraiment obligé de sortir des albums. La France est un peu en retard à ce niveau-là : pendant longtemps, on disait qu'il fallait faire un album car les médias l'attendaient sinon on ne parlait pas assez de toi. Il n'y a plus uniquement que ces médias sur papier, tout est sur internet maintenant. Tu peux même faire la promo avec un single. Je ne trouve pas cela compliqué en fait, tu peux faire un peu ce que tu veux aujourd'hui, si tu as envie. Tu peux faire plus de choses si tu ne suis pas ces vieux schémas, selon moi.

C'est ce que vous avez fait : un morceau avec un clip qui va avec et une promo complète autosuffisante autour de ce seul morceau alors qu'avant, on faisait un clip pour un album complet.

Jean Felzine : Oui, c'est vrai. Le gros de la musique que l'on écoute, ce n'est pas forcément de la musique à album. La pop, c'est surtout des singles.

Jo Wedin : Oui, tu écoutes un morceau d'un artiste qui te plaît et tu passes à autre chose.

Jean Felzine : J'adore les albums aussi, cela peut être génial de construire un album mais il y a pleins de contraintes financières. C'est compliqué d'avoir le budget, cela prend beaucoup de temps : du coup, on est immobilisé autour d'un album pendant 3-4 ans parfois. C'est un peu pesant.

Jo Wedin : C'est beaucoup d’investissement. C'est bien de sortir des singles, des EP, sortir des choses un peu tout le temps. C'est aussi ça la réalité, les gens n'ont pas vraiment la patience. Comment gérer tout ça ? Du coup, sortir un album tous les ans n'est pas suffisant.

On est obligé de suivre ce qu'il se passe, sinon on ne peut pas survivre. Si on ne vit pas sur la musique, on peut se permettre de bien travailler un album et de le sortir. Nous, on vit sur la musique. Il faut que l'on revoit la manière de faire tout ça.

C'est bien pour nous auditeurs car on vous retrouve souvent avec des nouvelles choses. Cela permet de garder un lien et un contact avec les artistes. Dans le chat, certains disent que le support physique est important, notamment en vinyle parce que ce sont de beaux objets. Quel rapport avez-vous avec le support physique ?

Jean Felzine : C'est sûr qu'il y a un côté très flatteur. Quand on a une belle pochette , on est content de la voir en grand. On a fait des vinyles mais cela coûte cher, surtout quand on fait des petites quantités. Quand on fait des rééditions des Beatles, ils peuvent en faire des dizaines de milliers. Nous, on en presse 300 à 500, cela coûte plus cher.

Personnellement, je ne suis pas du tout consommateur de vinyles. Je n'ai pas grandi avec ça, c'était les CD puis après les MP3. Par contre, je comprends l'attachement des gens et on voit bien en concert, les gens aiment acheter les disques en direct à l'artiste, de la main à la main. Il faut que les gens comprennent que cela nous fait toujours très plaisir d'avoir un vinyle, nous on aimerait bien en avoir à chaque fois...

Jo Wedin : On n'a pas du tout les moyens.

En tout cas, la bonne nouvelle, c'est que l'on risque de vous voir régulièrement, plutôt avec des singles.

Jo Wedin : On va essayer en tout cas.

Jean Felzine : Oui, on va essayer. C'est aussi un défi d'écriture. Sur un album, on peut parfois mettre des chansons soit un peu plus faibles, soit un peu plus difficiles, qui ne fonctionnent qu'au milieu de l'album, ce que l'on appelle les chansons d'album. C'est un défi d'avoir une chanson autosuffisante. En tant qu'auteur de chansons, c'est excitant. C'est assez stimulant pour la composition.

Sur le chat, Sylvain dit "la dictature du tube".

Jean Felzine : Je ne vois pas ce qu'il y a de péjoratif dans le tube. Les chansons de Burt Bacharach que l'on adore - Johanna a fait une reprise de "Don't make me over" de Dionne Warwick -, sont des tubes et des chansons exceptionnelles. Pour moi, la chanson populaire idéale, c'est un tube. Ce n'est pas par cynisme que je dis ça, c'est vraiment ce que je pense. On n'essaie pas forcément d'avoir un tube, on essaie d'avoir une chanson intéressante qui se tient, qui permet aux voix de décoller...

Jo Wedin : … qui nous plaît tout simplement. C'est extrêmement difficile de faire entendre un tube à tout le monde. Tu peux avoir plein de bonnes chansons mais qui va les écouter ? C'est un océan de musiques. Ce n'est même pas une chasse aux tubes, c'est une chasse de playlists surtout et pas de radios. C'est ça qui est dur quand même.

Une fois que l'on aura le droit de sortir librement de chez nous, vous avez déjà des choses que vous avez envie de faire qui vous manquent, des potes, des collaborations musicales ?

Jo Wedin : J'ai fait quelques collaborations pendant le confinement, cela m'a beaucoup plus, avec de gens avec qui je n'avais pas travaillé avant. Cela ne me manque pas trop. J'espère surtout que je vais pouvoir aller chez moi en Suède, cet été. Cela me manque beaucoup... et les vrais concerts !

Jean Felzine : Je n'attends rien de particulier du déconfinement. Les concerts, cela ne va pas être pour tout de suite non plus. Déjà, pouvoir marcher dehors sans que l'on nous demande nos papiers, enfin bref... Je n'ai pas l'impression que l'on aille vers plus de liberté dans ce pays. Je suis assez pessimiste...

Dans le chat, Sylvain dit c'est très bien ce que vous faites, je suis grand fan.

Jo Wedin et Jean Felzine : Merci Sylvain.

Jean, tu as annoncé vouloir "speedrunner" ton répertoire sur Twitch, est-ce que c'est plutôt réussi ? Tu es content de ton score ?

Jean Felzine : (Rires) On n'a pas tout speedrunner, on n'est pas à 100%. Cela me fait marrer d'être sur une plateforme de jeux vidéos, je suis assez jeux vidéos.

Jo Wedin : Tu as un peu plus joué aux jeux vidéos que de la guitare...

Jean Felzine : Oui ! (Rires) Comme je n'ai pas de consoles et que je n'ai qu'un ordi en fin de vie, je ne joue que sur téléphone...

Rendez-vous après le confinement pour venir faire un ou deux speedruns chez nous.

Jean Felzine : Voilà ! Il faut savoir que je suis assez mauvais quand même... J'aime jouer mais je ne suis pas bon.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jo Wedin & Jean Felzine
Le Bandcamp de Jo Wedin & Jean Felzine
Le Soundcloud de Jo Wedin & Jean Felzine
Le Facebook de Jo Wedin & Jean Felzine


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=